L'ouverture de "Vagabond" par Takehiko Inoue: le champ de bataille de Sekigahara
 

Vagabond, tout comme le roman de Eiji Yoshikawa, "La Pierre et le Sabre", dont il est l'adaptation manga, commencent tous les deux par la même scène: sur un champ de bataille où ne restent plus que les corps des vaincus. Nous voici après la bataille de Sekigahara qui eut lieu le 20 octobre 1600 (selon un ancien calendrier, cela correspond au 15 septembre). C'est à partir de là que Takezo Shinmen, le futur Miyamoto Musashi, va devoir faire face à son destin.
Mais qu'est-ce exactement que la bataille de Sekigahara ? Pour ça, il faut remonter plus de 100 ans en arrière.

Nous avons alors deux pouvoirs distincts. D'un côté, à Kyôto, le pouvoir impérial dont il ne reste finalement plus grand chose. L'Empereur reste le grand prêtre shinto, le maître spirituel du Japon mais n'a aucun pouvoir politique ou administratif. De l'autre, nous avons le shôgunat des Ashikaga, installé à Muromachi, un quartier de Kyôto. La famille Ashikaga a obtenu le pouvoir administratif et politique après le retournement, en 1333, d'Ashikaga Takauji contre l'Empereur Go-daigo (voir annexe de la critique d'Ikkyû). Depuis, les shôgun Ashikaga s'enchaînent.
Mais à partir du décès du troisième shôgun Ashikaga, Yoshimitsu, en 1408, le pouvoir commence à leur échapper. Le commerce florissant avec la Chine permet aux guildes marchandes de s'enrichir. Mais pendant que les uns gagnent de plus en plus d'argent, les autres, paysans, hommes du peuple, s'appauvrissent de plus en plus et de nombreuses émeutes éclatent, mettant le pays à feu et à sang, comme on peut le suivre dans le manga Ikkyû d'Hisashi Sakagushi. La guerre d'Onin, de 1467 à 1477, née d'un conflit de succession chez les Ashikaga récupéré par deux grandes familles, les Hosokawa et les Yamana, qui s'entretuent depuis des années, ne laisse sa place qu'à près de 100 ans de conflits, chaos et destruction, l'ère Sengoku.
 
Ashikaga Yoshimitsu, troisième shôgun de l'ère Muromachi selon Hisashi Sakaguchi dans "Ikkyû" volume 1

Oda Nobunaga selon Takeshi Obata et Yumi Hotta dans le bonus d'Hikaru no go 6
  En 1534 naît Oda Nobunaga, fils d'un modeste daimyô (seigneur à la tête d'un domaine). A force de batailles et de ruses, grâce notamment à l'ingéniosité d'un de ses généraux, Hashiba Hideyoshi (qui prendra le nom de Toyotomi par la suite), il parvient à agrandir son domaine et commence à s'intéresser au pouvoir de Kyôto.
En 1543, un bateau portugais échoue sur les côtes japonaises. Le Japon découvre alors les mousquets, les premières armes à feu que Nobunaga incorporera vite dans son armée, lui donnant un avantage décisif. En 1568, il entre à Kyôto, officiellement pour permettre à Ashikaga Yoshiaki de devenir shôgun. Mais il ne tarde pas à lui prendre le pouvoir. En 1572, son plus grand adversaire, Takeda Shingen, meurt tué d'une balle après lui avoir pourtant infligé une cuisante défaite. En 1575, son fils tente vainement de le venger, malgré l'aide de moines-soldats, à la bataille de Nagashino. Nobunaga est alors en route pour terminer l'unification du Japon.
Mais en juin 1582, coup de théâtre. Alors en route pour aider son général en chef Hashiba Hideyoshi dans une bataille contre le clan Môri, il fait halte au temple d'Honnô-ji de Kyôto. La fête dure toute la nuit mais au petit matin, Akechi Mitsuhide, un autre de ses généraux, vient réclamer sa vengeance. En effet, quelques années auparavant, la mère de Mitsuhide avait été capturée par le clan Hatano suite à l'exécution de certains des leurs par Nobunaga malgré la promesse de vie sauve faite par Mitsuhide, tenu alors pour responsable de leur mort. La vieille femme avait péri cruellement. De plus, Nobunaga, d'un tempérament violent et irritable, n'avait cessé d'humilier publiquement Mitsuhide. Celui-ci le poussera alors jusqu'au suicide (par seppuku) dans le temple en flammes. (A noter qu'il s'agit de l'épisode raconté en bonus dans le volume 6 d'Hikaru no go.)
Mitsuhide prend alors le titre de shôgun. Mais ne le restera que 13 jours. Hashiba Hideyoshi, revenu hâtivement, l'affronte à la bataille de Yamazaki et Mitsuhide, dans sa fuite, se fait tuer par des paysans qui l'ont reconnu.

Toyotomi Hideyoshi (anciennement Hashiba), surnommé Le Singe par Nobunaga à cause de son faciès assez disgracieux, s'empare alors du pouvoir. D'origine modeste, fils d'un simple ashigaru (simple soldat à pied), il ne peut guère se permettre de se rêver shôgun. Il place alors le jeune Sambôshi, petit-fils de Nobunaga, 3 ans, comme shôgun et s'occupe de sa régence avec l'aide de 3 autres daimyô. Mais petit à petit, il gagne de plus en plus de prestige et de pouvoir, signe une trêve avec Tokugawa Ieyasu, puissant daimyô, et commence à rêver à la conquête du monde extérieur.
En 1591, il veut envahir la Chine par la Corée, histoire d'occuper ses vassaux qui ont soif de batailles. En 1592 et 1597, il tente d'envahir la Corée, mais ne se rendant guère compte de la réalité d'une guerre sur le continent, il essuie deux échecs cuisants. Niveau famille, sa femme Nene étant stérile, il ne peut compter que sur l'une de ses concubines pour lui donner un héritier. Ce sera finalement le cas de la nièce de Nobunaga qui lui donnera un fils en 1593, Hideyori. En 1598, à sa mort, il laisse l'enfant sous la régence de 5 tairô, dont Tokugawa Ieyasu. Mais celui-ci pense avoir suffisamment attendu et compte profiter du moment pour s'emparer du pouvoir.
 
Toyotomi Hideyoshi, surnommé le Singe par Nobunaga, selon Yuzo Takada dans "Genzo le Marionnettiste" 3

"Samurai deeper Kyo" par Akimine Kamijyo.
A droite, Tigre rouge alias Tokugawa Hidetada. Historiquement, il est le 3ème fils de Ieyasu et deviendra le 2nd shôgun de l'ère Edo en 1605... A gauche, Sanada Yukimura, fidèle de Toyotomi Hideyoshi, il se battra du côté des partisans du fils de ce dernier à la bataille de Sekigahara, sera gracié par Ieyasu mais mourra lors du siège du château d'Osaka, base des Toyotomi, par Ieyasu en 1615...
  La famille Matsudaira avait un grand domaine mais n'était guère puissante à la naissance de Takechiyo, futur Tokugawa Ieyasu, en 1542. Celui-ci sera d'ailleurs envoyé comme "otage" dans le clan Imagawa dès l'âge de 7 ans (en chemin, il est capturé par des ennemis de sa famille et reste 2 ans dans le château des Oda avant d'être relâché) et y restera jusqu'à sa majorité, quand le clan sera confronté aux troupes d'Oda Nobunaga. Il retourne alors chez lui dans son domaine démembré qu'il reconstitue petit à petit, devenant un vassal de Nobunaga.
En 1582, à la mort de ce dernier, Ieyasu est très puissant et s'oppose à Hideyoshi qui vient de prendre le pouvoir, pour finalement devenir l'un des 5 tairô qui doivent veiller sur le jeune Hideyori en 1598. Très vite, deux clans vont s'affronter: les partisans du jeune Hideyori d'un côté, ceux de Ieyasu de l'autre. Sanada Yukimura prend d'abord le parti de Ieyasu avant de revenir parmi les fidèles des Toyotomi (il a servi Hideyoshi pendant des années) alors que son frère Nobuyuki reste du côté des Tokugawa. (Ces noms ne devraient pas être inconnus aux lecteurs de Samourai deeper Kyo, même si, bien évidemment, l'auteur prend un bon paquet de libertés avec la réalité historique). Ce sont ces deux clans qui s'affrontent en 1600 lors de la bataille de Sekigahara durant laquelle 210 000 hommes vont se battre. Tokugawa Ieyasu et ses alliés remportent la victoire grâce au retournement de dernière minute de daimyô de l'autre camp.
Ieyasu se fera nommer shôgun en 1603 et le clan Tokugawa dominera durant toute l'ère Edo jusqu'à l'arrivée des occidentaux en 1853, annonçant l'ère Meiji.

Sources qui m'ont permis d'écrire ce texte: Histoire du Japon par Danielle Elisseeff aux Editions du Rocher - Le Grand Guide du Japon chez Gallimard - Le Japon, Dictionnaire et civilisation de Louis Frédéric - Japonais, Histoire d'un peuple de Robert Calvet.
Voir aussi un site régulièrement remis à jour: Samouraïs - Les Guerriers du Japon


Retour au Kotatsu