Sidooh par Tsutomu Takahashi - 2005
12 volumes (édition en cours) - Panini Manga
25 volumes (édition terminée) - Shueisha
Sens de lecture japonais - 130x180 mm - 9,99€
Planning de sortie
Couvertures japonaises Couvertures françaises Couvertures italiennes

Donnez votre avis
Lire les autres avis

Japon, 1858. Shotaro, 14 ans, et son frère Gentaro, 10 ans, voient leur mère mourir du choléra, arrivé sur l'île en même temps que les navires étrangers entrés en rade d'Edo quelques années plus tôt. Laissés seuls, leur survie est plus que compromise jusqu'à ce qu'ils rencontrent un jeune brigand, Kiyozo Asakura, qui les mènera à la résidence des Coeurs Purs, une secte dirigée par le charismatique Rugi. Y trouveront-ils un endroit où devenir de forts samouraï ?

Après Alive, Skyhigh Karma et Blue Heaven, Panini Manga nous propose de découvrir un nouveau manga de Tsutomu Takahashi, Sidooh, toujours en cours au Japon dans le magazine Young Jump de l'éditeur Shueisha. En installant cette fois-ci son histoire au coeur d'une période charnière du Japon, celle de la fin du shogunat Tokugawa avec l'arrivée des étrangers dans un pays fermé au monde pendant plus de 250 ans, le mangaka y trouve largement le terreau pour tous les ingrédients habituels de ses mangas : haine, violence, noirceur, désespoir. Amateurs d'humour et de légèreté, passez votre chemin...

Ainsi, le lecteur est d'office plongé dans le bain en découvrant ces deux gamins laissés à leur sort dans un Japon où se succèdent les catastrophes, tremblements de terre et épidémie de choléra. Deux gamins démunis, impuissants, faibles et donc forcément victimes toutes désignées d'un monde devenu totalement désespéré. Le seul moyen de s'en sortir ? La force et la perte de toute valeur morale.
Ainsi, nos deux victimes font l'apprentissage de la violence et de la noirceur, oubliant définitivement leur innocence et leurs illusions, ne pouvant trouver leur salut qu'en devenant eux-mêmes les bourreaux des plus faibles qu'eux. Tuer ou être tué, la règle est simple. Tous les moyens sont bons pour y parvenir et même en ayant été victimes eux-mêmes, leur survie ne passera que dans l'acceptation de règles immorales et manipulatrices. Ils obéissent alors sans chercher plus loin à des ordres assassins, laissant leur simple instinct de survie guider leur pas. Loin des idéaux nobles, Takahashi nous dépeint alors une humanité prête à toutes les bassesses pour vivre quelques jours de plus.

En effet, on est ici bien loin des héros forts et courageux, dévoilant leur générosité et leur grandeur d'âme avec de belles phrases salvatrices et des coups de sabres moralisateurs plutôt que tranchants. Dans Sidooh, ça tranche, ça découpe, ça viole, ça torture, c'est crade et ça pue, ça pourrit et ça meurt. L'âme humaine est montrée dans ses plus sombres extrémités avec aucun espoir d'une vie meilleure.
Ainsi, le jeune Gentaro vu d'abord comme faible et chétif développe vite uniquement des sentiments négatifs, haine, colère, envie et emportement bestial. Inutile de dire que niveau sympathie, rien n'est fait pour que l'on s'attache à des personnages acceptant d'être manipulés, troquant leur liberté contre une survie même éphémère. Pour autant, Shotaro et son frère sont intrigants de par leur force de caractère, leur envie de vivre, envers et contre tout, prêts à tout pour ne pas crever dans la misère qu'ils ont toujours connue. N'en devenant alors que plus humains dans cette quête éperdue de la vie coûte que coûte.
Quelques grammes de légèreté passent pourtant parfois mais vite tranchés d'un coup de sabre. L'espoir n'existe pas.

Pour autant, la lecture de Sidooh n'est pas une torture déprimante ou lourde. Comme toujours, Takahashi, s'il ne fait pas vraiment dans la finesse, est plutôt habile dans sa narration, fluide et terriblement énergique, et son dessin extrêmement expressif, faisant parfaitement ressortir le côté sombre de chacun de ses personnages. Le destin de ses deux protagonistes fait un peu écho à celui de Ryo Narushima de Coq de combat, et le dessin est d'ailleurs dans la même veine.
Mais là où le jeune taulard devenu voyou poursuit comme unique but de péter la gueule à tous ceux se dressant sur sa route en allongeant chaque jour un peu plus sa liste d'ennemis, les deux aspirants samouraï sont des pièces d'un rouage bien plus vaste qu'eux, celui qui changera le Japon de la fin du 19ème siècle. Si l'on connaît déjà historiquement parlant le nom des vainqueurs, impossible de savoir pour le moment vers quel destin, forcément funeste, les deux jeunes garçons se dirigent, quelles épreuves ils devront traverser et surtout quelle partie de leur âme ils parviendront finalement à conserver intacte... S'il y en a une...

Droits images et couvertures: © Tsutomu Takahashi 2005 - publié au Japon par Shueisha Inc., Tokyo



Retour liste manga


skizyk
21-08-2012
Ah, je me meurs ! J\'adore complètement ce manga et pleure des citernes de larmes à cause du ralentissement des sorties, conséquence de son inexplicable manque de succès... C\'est extrêmement beau, c\'est hyper violent, c\'est parfois très intense, il y a des personnages vraiment détestables... Mais vains Dieux, y\'a TOUT, pourquoi ça ne marche pas ? Surement le prix, ou alors le fait qu\'il faille des connaissances assez solides sur l\'histoire de la révolution Meiji pour tout bien saisir.

Super-sushi
02-08-2008
   Excellent!

Je ne vois que ça à dire... Le dessin est d'une grande qualité, avec le style takahashi qui donne une réelle impression de vie et de mouvement aux personnages. Ces derniers sont d'ailleurs tous très travaillés, et le background est splendide. Si vous ne connaissez pas le seinen , Sidooh semble être une magnifique porte d'entrée pour s'y initier! Pour les autres, T.Takahashi signe encore une fois une très très bonne production. Personnellement une série que j'affectionne de plus en plus, et qui au fil du temps gagne en profondeur.

L'édition Gen-co (Panini) est (comme d'habitude) de bonne facture, malgré l'habituelle lenteur et l'imprévisibilité de l'éditeur...

Un trésor parmi les torchons qui inondent nos librairies depuis déjà quelques années...

Vous avez aimé : "l'habitant de l'infini" , "Vagabond"
Vous n'avez pas aimé : "j'aime la strawberry tout ce que j'aime avec des grand yeux et les hommes de l'infirmerie après les cours"

==> Vous aimerez Sidooh.

Un futur classique.
Déjà une grande œuvre.

Blood
13-12-2007
   Une de mes séries favorites du moment, je crois même que je l'apprécie de plus en plus au fil du temps. C'est un pur seinen comme je les aime, noir, cynique et désabusé. Aucun personnage n'est manichéen ni idéalisé, ce sont tous des hommes avec leurs failles et leurs faiblesses qui se débattent dans un monde en déliquescence qu'ils ne comprennent plus.

Assurément du grand art !

Langage SMS, injures, allusions aux scans interdits. Merci également de développer un minimum votre avis.
Tout avis posté sera vérifié avant d'être validé et d'apparaître ci-dessus.
Nom: Email:
Votre avis général :
Aucun
Votre avis sur ce manga?
Afin de confirmer que vous êtes une vraie personne merci de recopier les lettres que vous voyez ci-dessous
Recopiez le code   
Retour liste manga