Host club - le lycée de la séduction par Hatori Bisco - 2003
18 volumes (édition terminée) - Panini Manga
18 volumes (édition terminée) - Hakusensha
Sens de lecture japonais - 115x175 mm - 7,05€
Pas de planning
Couvertures japonaises Couvertures françaises Couvertures allemandes Couvertures américaines

Donnez votre avis
Lire les autres avis

Haruhi est élève dans le prestigieux lycée de Cerisiers & Orchidées. Un élève sérieux et appliqué, venant d'une famille aux revenus bien moins élevés que ceux de tous ses autres camarades qu'il ignore et évite, préférant passer son temps à étudier. Mais voilà qu'il passe par mégarde les portes du Cercle d'hôtes du lycée, un regroupement de 6 garçons passant leur temps à charmer par de belles paroles flatteuses les demoiselles de l'école souhaitant tuer le temps. Haruhi s'y retrouve embarqué sans le vouloir après avoir cassé un vase de grande valeur, à rembourser. Mais Haruhi, derrière son uniforme masculin, est bel et bien une fille...

Host club est un manga signé Bisco Hatori, toujours en cours au Japon où il est prépublié dans le magazine shôjo Lala de l'éditeur Hakusensha, tandis qu'en France, c'est Panini Manga qui se charge de nous le faire découvrir.

A première vue, l'histoire est banale : une jeune fille d'origine modeste qui se retrouve dans un lycée réservé aux enfants de familles riches et ne s'en cachant pas, voilà qui n'aura rien de neuf pour tout lecteur d'Imadoki de Yuu Watase ou Hana yori dango de Yoko Kamio. Mais ce qui différencie nettement ce titre de ses collègues, c'est son traitement, jouant à fond la carte de l'humour et de la parodie, atomisant à tour de bras et sans aucune pitié tous les clichés shôjo.

Ainsi, les personnages sont la personnification même de tous les stéréotypes, la mangaka en profitant alors pour les détourner.
Tamaki est le beau gosse par excellence, le tombeur devant lequel tous les filles s'évanouissent au moindre de ses clins d'oeil ravageurs. Mais en contrepartie, il se prend constamment pour le héros, ce qu'il n'est pas puisque chaque personnage a droit à ses moments de gloire, il est profondément crétin et ne se rend même pas compte de sa bêtise, trop occupé à flatter son ego démesuré. Un égocentrisme dont sont bien conscients ses camarades du cercle d'hôtes qui en jouent pour le faire se ramasser chaque jour un peu plus que la fois d'avant, finissant alors en pleurs agenouillé dans un coin de la pièce, boudant comme un gosse... Tout est démesuré avec lui, aussi naïf qu'un gamin, croyant mener le jeu alors qu'il se fait manipuler par tout le monde. Bref, un crétin dont le narcissisme fait rire sans borne, aux idées réac totalement éculées, attachant dans son opiniâtreté, sa capacité à se relever, son extrêmisme totalement assumé par la mangaka.

Ses petits camarades sont peut-être mieux lotis mais ont droit eux aussi à leur caractère très typé.
Kaoru et Hikaru, les jumeaux, sont passés maîtres en l'art de la manipulation, leur seule source d'amusement dans leur vie facile de gosses de riches, puisqu'ils prennent tout leur entourage pour leurs jouets personnels dont ils peuvent user comme ils le souhaitent.
Facile de rendre ce genre de personnages détestables, ce qu'ils ne sont pourtant pas du tout, de par leur rôle très second degré, comme celui de frères incestueux qui font se pâmer toutes les filles du lycée fans de yaoi, s'arrachant leurs photos, ne loupant jamais aucune occasion de les voir se tripoter en se lançant de grandes tirades ultra-guimauves.

Hani quant à lui semble être une version déjantée de Momiji de Fruits basket, un lycéen dans un corps de gamin se baladant constamment avec son lapinou, faisant alors fondre les filles par ses gamineries attendrissantes. Bien sûr, tout cela n'est qu'une façade de plus... Mais il forme un duo plutôt amusant avec Mori, le pseudo grand-frère pratiquement muet et ultra-protecteur dont la moindre action prend une ampleur démesurée tant celles-ci sont rares et d'autant plus précieuses à ne pas louper.

Kyoya est le véritable maître de la bande, le binoclard sérieux et pragmatique, maître en marketing très près de ses sous, sachant toujours tout à l'avance et pouvant alors se jouer de tout le monde sans rien laisser paraître. Un futur maître du monde, à n'en pas douter...

Mais n'oublions évidemment pas l'héroïne, Haruhi, dont le caractère change fortement de ses habituelles congénères godiches et idiotes, tombant dans le moindre panneau même avec le mot "piège" en rouge clignotant dessus. Si son principal trait de caractère est sa candeur naturelle qui fait se pâmer autant les filles du lycée (la prenant pour un garçon) que certains de ses collègues du cercle d'hôtes - Tamaki le premier, fantasmant à longueur de temps sur leur romance pourtant inexistante - elle n'en est pas pour autant naïve façon " héroïne de shôjo manga ". Elle possède un sacré caractère et n'hésite jamais à faire se ramasser les garçons qui l'entourent, même sans vraiment s'en rendre compte tant elle ne contrôle pas vraiment sa franchise liée à son innocence. Les pieds sur terre, elle ne perd jamais le nord et se laisse rarement embobiner, sachant toujours prendre les choses avec calme, sans (pratiquement) aucune peur, loin des hystériques héroïnes habituelles, passant leur temps à pleurnicher et à attendre le secours du bras fort et musclé du mâle dominant. De plus, l'amour semble totalement l'indifférer, ne s'amourachant pas du premier beau gosse venu (malgré tous les efforts de ce dernier). La notion même de genre (fille/garçon) la dépasse complètement, elle ne voit pas en quoi elle serait obligée de se conformer à une quelconque norme, que celle-ci soit vestimentaire, relationnelle ou comportementale. En cela, elle apparaît comme une héroïne rafraichissante loin des clichés habituels (même si on retrouve l'habituel père travesti qu'on aime tant nous servir dans certains mangas, comme dans Darling de Yoshihara par exemple).

De même, le clivage habituel pauvre/riche qui fait les beaux jours d'Hana yori dango est ici totalement extrêmisé, puisque nos gosses de riches s'avèrent très curieux de ces étranges coutumes de prolétaires telles que les nouilles instantanées ou la piscine gonflable (alors qu'il est si facile de partir dans les Caraïbes sur sa plage privée...). Loin d'être vraiment méprisants, ils en deviennent d'autant plus ridicules face à une Haruhi tantôt innocente face à leur curiosité lourde, tantôt blasée face à leur incompréhension d'un monde qui leur est si étranger, celui des gens sans château, majordomes et jet privé.

Bisco Hatori ne se prend en tout cas jamais au sérieux, atomisant tous les clichés shôjo à tour de bras (l'otaku fan de yaoi écrivant des fanfics bourrés de beaux gosses se tombant dans les bras est par exemple tordante) de même que ses personnages, totalement extrêmes dans leur comportement, qui pourrait alors pourtant facilement les faire apparaître comme insupportables mais n'en devenant alors que plus drôles et attendrissants.
Le dessin est des plus classiques, certains personnages ayant tout de même la mauvaise idée de se ressembler (je ne parle pas ici des jumeaux Kaoru et Hikaru, hein !) ce qui n'aide pas toujours la compréhension. De même, comme tout shôjo qui se respecte, les pages sont plutôt surchargées, bourrés de petits dessins par ci, de textes hors bulle par là. Il y en a partout et on peut vite se retrouver un peu largué devant la quantité d'informations à ingurgiter, guère aidés certes par une adaptation graphique made in Panini Manga, grand amateur de carrés blancs et de textes trop petits pour être lisibles. Ainsi, rien que la première page du premier volume peut faire fuir le lecteur, vite débordé par autant de choses à lire sur une seule et même feuille.
Mais une fois la difficulté surmontée, le rythme endiablé mais jamais fatigant malgré la grande quantité de textes (quel titre bavard !) que la mangaka arrive à imposer dans ses histoires déjantées permet de passer un très agréable moment de détente et de déridation des zygomatiques. Frais, assez crétin, jamais niaiseux, des personnages très typés et attachants, de quoi plaire à un large public pas forcément fan de grandes romances...

Droits images et couvertures: © Bisco Hatori 2003 - publié au Japon par Hakusensha Inc., Tokyo


- des personnages farfelus, extrêmes, attachants par leur idiotie (Tamaki), leurs plans foireux (les jumeaux), leur pragmatisme (Kyoya), leurs gamineries (Hani) ou leur côté protecteur (Mori)...
- une héroïne pas niaise et stupide, les pieds bien sur terre malgré sa candeur
- pas un gramme de sérieux, tout est extrême, léger, prétexte à la rigolade
- pas de romance à tout prix, le but est surtout d'être drôle
- un titre très bavard, assez surchargé de textes et de détails
- une adaptation made in Panini Manga toujours aussi... spéciale

Voilà bien un titre qui ne se prend guère au sérieux, usant et détournant tous les trucs classiques du shôjo sans se prendre la tête. Le sujet de la fille pauvre dans un lycée de gosses de riches n'a rien de neuf mais est mis en scène sans complexe avec beaucoup de fraîcheur et de tendresse. Détente et divertissement donc au programme, malgré une sacrée densité de texte...


Nombre de volumes lus: 4 au 13-12-2006
Retour liste manga


sica
06-01-2009
   Mon avis sur ce manga: Je ris de bon coeur. Oui, l'auteur surcharge ses pages...les premières du premier volume peuvent être éprouvantes...(deux amies ont abandonné)mais une fois qu'on se met dans le rythme de Host Club, je trouve que l'ambiance est tout simplement délicieuse. et stupide et bon enfant. Le dessin m'est particulier, les traits des personnages peuvent se ressembler mais à la décharge de Hatori Bisco, elle a dépeint de telles personnalités qu'il suffit de lire le "texte" pour savoir à qui l'on se réfère. C'est frais et drôle...quoi de mieux pour les fins de weekend en hiver?

Ashachou
29-11-2008
   Ohhh que j'adore ce manga!! ><
D'ailleurs je viens tout juste de finir de lire le tome 12 =)
Ça faisait du bien, parce que j'ai eu l'impression que sa sortie a été particulièrement longue...
Bref tout ça pour dire: Host Club est un manga génial, une de mes séries favorites!
Et puis l'anim est pas mal non plus aussi, c'est une autre ambiance, y a un peu plus de rythme, tout aussi sympa que le manga je dirais =)
Je vous le conseille à tou(te)s!

Kaya
26-11-2008
   J'ai adoré ce manga
Je me suis trop marrée
Le trio de Tamaki et des jumeaux est trop bien
Je le conseille à tous ceux qui veulent rire un bon coup ^^

Chloë
12-11-2008
   J'adore ce manga !! Je ne trouve pas que les dialogues soient trop longs o_0
Mais je suis d'accord avec le reste, l'histoire n'avance qu'au tome 10, mais il y tellement de trucs marrants qui se passent dans les 9 premiers tomes !! Et c'était interessant de voir l'enfance des personnages.

Bref, c'est vraiment drôle, et ce qui est bien également, c'est que l'héroïne n'est pas la fille niaise et stupide des shôjos classiques !!!

Lucile
12-11-2007
   L'histoire du manga ne début qu'au 10éme tome, même l'auteur le dit lui même, mais acheter les 9 premiers en valaient la peine ! Malgrés, à premiére vue, la surcharge de dialogue ce manga ce laisse lire avec facilité. Il y a de l'humour, des rebondissements (qui a volé l'ours de Tamaki ? XD). Je vous conseil de l'acheter ! En plus Hatori Bisco nous met de temps à autres des autres histoires en dehors de Host Club trés agréables elles aussi à lire ! =^.^=

Claire
05-11-2007
   tres tres bon manga
qui a la particularité d'être a la fois tres amusant et tres agreable a lire
il est important a dire que le point decevant de ce manga c'est la quantite astronomique de dialogue mais on peut oublier ce leger detail pour dire que c'est un manga qui est assez unique en son genre et qui ne manque pas de nous faire sourire ^^

lolotte
15-09-2007
   L'histoire de ce manga est très bien mais n'avançe pas du tout. Depuis le tome 1 on en est toujours au même point. Heureusement qu'il y a une dose assez élevée d'humour. C'est d'ailleur pour ça que je les ai tous acheter. Chaque lecture est un éclat de rire, alors si vous déprimez achetez-les. Vous ne le regrettez pas (^^).

misha
08-06-2007
   le manga est très très marrant ya rien à dire si vous voulez rire achetez les

Langage SMS, injures, allusions aux scans interdits. Merci également de développer un minimum votre avis.
Tout avis posté sera vérifié avant d'être validé et d'apparaître ci-dessus.
Nom: Email:
Votre avis général :
Aucun
Votre avis sur ce manga?
Afin de confirmer que vous êtes une vraie personne merci de recopier les lettres que vous voyez ci-dessous
Recopiez le code   
Retour liste manga