Suikoden III par Aki Shimizu - 2002
11 volumes (édition terminée) - Soleil Manga
11 volumes (édition terminée) - Media Factory
Sens de lecture japonais - 114x172 mm - 6,95€
Pas de planning
Couvertures japonaises Couvertures françaises Couvertures américaines

Donnez votre avis
Lire les autres avis

Hugo est le fils de la cheffe des Karaya, un des six clans des plaines du Grassland. Mais l'animosité entre son peuple et les habitants de Zexen ne cesse d'augmenter jusqu'à ce qu'une trahison pousse les deux camps à une guerre sans merci.
Chris Lightfellow est, comme son père disparu voilà des années, devenue chevalier chez les Zexen. Elle doit alors prendre part aux combats. La mort sur le champ de bataille du capitaine Galahad, son supérieur, l'oblige à prendre la tête des troupes...
Tandis que plane au dessus des combats l'ombre du héros de feu...

Suikoden III est un manga en 11 volumes signé Aki Shimizu à qui l'on doit également les dessins de L'escadrille des nuages et de Blood sucker, ainsi que le manga Qwan. Il s'agit bien sûr de l'adaptation en manga du jeu vidéo du même nom.
N'ayant pour ma part jamais joué à aucun jeu de la saga Suikoden, je suis donc partie dans la lecture en étant totalement novice et neutre, je ne donnerai donc un avis que de simple lectrice découvrant un manga d'aventures.

Quand il s'agit de l'adaptation d'un jeu à succès, il y a toujours le risque que tout ne se joue que sur la popularité de la licence et que les ventes ne se focalisent que sur un grand nom. Avec Suikoden III, le fait d'avoir 11 volumes tend pourtant à montrer que ce ne sera pas le cas et qu'on nous proposera bien une histoire relativement complète et détaillée, et pas un simple produit dérivé bien creux juste là pour le business.

Effectivement, l'histoire est bien détaillée, nous introduisant pas moins de 108 personnages tout au long des 11 volumes, au rôle plus ou moins important. A partir de là, on pourrait craindre la perte de toute lisibilité, l'auteur se contentant alors de sortir les personnages de son chapeau un à un, façon mitraillette. Il n'en est heureusement rien et chacun est introduit de manière plutôt heureuse, dans un contexte précis qui rend son arrivée tout à fait compréhensible et plausible.
Evidemment, il ne peut être question de tous les développer énormément sur simplement 11 volumes et certains sont vraiment juste de passage histoire qu'on sache qu'ils étaient bien là. Néanmoins, Shimizu est parvenue à tous les rendre parfaitement identifiables, nous permettant de savoir qui ils sont, pourquoi ils sont là, à quel camp ils appartiennent, nous apportant alors rapidement une vue globale de l'intrigue, sans temps mort.

Car il y a pas mal de partis en présence, chacun avec ses intentions plus ou moins belliqueuses et la guerre mise en scène a de multiples visages, de multiples facettes, les fils étant tirés par divers personnages aux intentions souvent fort peu louables, chacun croyant manipuler l'autre. Au fur et à mesure que l'histoire avance, on rencontre de plus en plus de personnages, l'intrigue gagne en épaisseur mais également en fluidité car les buts de chacun apparaissent de plus en plus clairement. Les manipulations, les trahisons sont nombreuses mais mises en scène de manière tout à fait lisible et compréhensible, nous permettant de ne jamais décrocher.
La narration est même particulièrement dynamique et fluide, que ce soit dans les scènes de combat - bien présentes mais jamais trop, n'étant là que pour servir l'histoire et pas pour cacher un quelconque manque de scénario - les scènes d'explications ou de concertations permettant aux individus de se développer et de dévoiler leur personnalité et même les scènes plus "intériorisées" où un personnage se retrouve seul avec lui-même pour répondre aux questions qui le taraudent.

Ainsi, Hugo et Chris, ennemis au départ, connaissent un destin semblable, devant vite perdre leurs illusions et endosser de très lourdes responsabilités malgré leur frêle apparence. Chris dévoile même pas mal de force et de charisme là où on aurait pu craindre de se retrouver face à une princesse de contes de fée, incapable de prendre la moindre décision sans pleurnicher.
Quant à Hugo, le gamin des premières pages, impétueux et irréfléchi, doit petit à petit apprendre à faire face aux horreurs de la guerre, apprendre à gérer ses émotions pour ne pas se laisser submerger par elles, apprendre à accepter ses doutes et ses interrogations sur le bien-fondé de ses choix, s'il veut pouvoir protéger efficacement les siens. Des sacrifices sont de toute façon inévitables, à eux de faire en sorte qu'ils ne soient pas vains.

Car leur destin est lourd à porter. Shimizu nous montre la guerre sans complaisance, les massacres, les civils pris dans l'étau des combats sans possibilité d'en ressortir vivants. La haine, l'intolérance, la peur, les préjugés sont autant d'armes mises à la disposition des manipulateurs pour décider du sort des marionnettes qui s'agitent devant eux, peuples des Grassland ou soldats de Zexen pris dans l'engrenage d'un conflit qu'ils croyaient maîtriser alors qu'ils n'en étaient que les pantins aveugles. Mais la paix ne se construit pas en quelques jours, contrairement à la guerre qui n'a besoin que d'une minuscule étincelle pour tout embraser irrémédiablement.

Bien sûr, comme d'habitude, tout cela n'est qu'une quête du pouvoir absolu, au travers des True Rune, armes surpuissantes dont les capacités de destruction ne doivent pas se retrouver réunies dans une seule et même main. Le pouvoir corrompt, y compris celui des True Rune qui ne rêvent que de se réunir quitte à apporter le chaos éternel, faisant porter un poids encore plus lourd à leurs détenteurs, devant apprendre à gérer la puissance qu'ils ont en eux sans se retrouver manipuler par elle, par l'ivresse qu'elle procure.
Comme toujours, le destin semble écrit par avance mais cela reste aux hommes de décider par eux-mêmes de la voie qu'ils veulent suivre. Même si, dans les moments difficiles, quand il est question de sauver sa peau, beaucoup d'êtres humains seront prêts à endurer bien des horreur et renier leur propre dignité pour simplement survivre...

Le trait de Shimizu est toujours aussi agréable, fin et précis, élégant et stylé, parvenant à donner à chacun une identité immédiatement reconnaissable. Les décors sont détaillés mais sans jamais donner l'impression de surabondance, chaque page restant parfaitement lisible. On passe d'un tableau à un autre avec facilité et fluidité, sans s'y perdre et la lecture de l'aventure des héros de Grassland et Zexen s'avère être un vrai petit plaisir simple et efficacement mis en scène, avec sa petite dose d'humour, ses combats, les moments de vaillance, les stratégies militaires et les buts inavoués de chacun.
Par contre, je me demande si ce n'est pas le genre de mangas qui s'apprécie justement bien plus quand on lit tous les volumes d'une traite, permettant alors de totalement s'immerger dans l'histoire et de toujours facilement garder en tête tous les clans, les détails, les actions passées, les précédentes batailles. L'ensemble est tout de même un peu complexe et attendre au moins deux mois entre chaque volume n'aide sans doute pas à bien suivre toute l'intrigue même si celle-ci reste finalement très classique.

Droits images et couvertures: © Aki Shimizu 2002 - publié au Japon par Media Factory, Inc., Tokyo
© 1995 2002 Konami Digital Entertainment Co., Ltd.


- un dessin fin, précis et détaillé
- des personnages nombreux mais facilement identifiables, attachants et fouillés
- une intrigue somme toute classique mais efficacement menée
- des petites touches d'humour qui contrebalancent les horreurs d'une guerre factice dont tous les acteurs sont manipulés et doivent réussir à se dégager
- le format étant réduit par rapport à la VO, il y a souvent des bords coupés d'un peu trop près

Pas besoin de connaître la saga Suikoden pour lire et apprécier ce manga, qui se suffit largement à lui-même, la mangaka étant parvenue à intégrer par ci par là des indices sur les précédents événements, suffisants pour comprendre à peu près les enjeux mais pas trop non plus pour alourdir l'intrigue. Les personnages sont attachants, diversifiés, assez complexes et fouillés, les événements s'enchaînent sans aucun temps mort et la multiplicité des partis en présence donne beaucoup d'épaisseur sans aucun effet brouillon ou illisible. En somme, un bon moment de lecture franchement sympathique...


Nombre de volumes lus: 10 au 23-12-2007
Retour liste manga


Kepha
30-05-2008
   Bien que peu objectif au sujet de la série suikoden (et encore plus par rapport à ce titre), je conseil largement la lecture de ce manga. L'histoire est très développée, et même si le scénario peut paraître classique, il est bien moins manichéen que beaucoup, et reste toujours centré sur les gens, sur le peuple qui subit la guerre sans en tiré quelconque intérêt.

Naru
14-04-2008
   Ce manga est vraiment sympa même pour une personne qui n'a jamais à la saga Suikoden.
Les dessins sont très jolis et travaillés ce que l'on ne retrouve pas dans tous les manga.
Les personnages sont très bien identifiables malgré qu'ils soient très variés.

karen
02-01-2008
   Un bon manga, avec de nombreux atouts... de très jolis dessins et un bon scénario. Ne connaissant pas le jeu dont ce manga est l'adaptation je n'ai eu aucun mal à comprendre l'histoire. Je conseille, en particulier aux amateurs de fantasy...

Langage SMS, injures, allusions aux scans interdits. Merci également de développer un minimum votre avis.
Tout avis posté sera vérifié avant d'être validé et d'apparaître ci-dessus.
Nom: Email:
Votre avis général :
Aucun
Votre avis sur ce manga?
Afin de confirmer que vous êtes une vraie personne merci de recopier les lettres que vous voyez ci-dessous
Recopiez le code   
Retour liste manga