Dessins de la vie (Les) par Hirosuke Kizaki - 1996
1 volume (édition terminée) - Soleil Manga
1 volume (édition terminée) - Enterbrain
Sens de lecture japonais - 150x210 mm - 9,95€
Pas de planning
Couverture japonaise Couverture française

Donnez votre avis

Nému s'ennuie dans son école de jeunes filles. Ses parents tiennent depuis peu un restaurant de lamen et ne comptent pas leurs heures, n'ayant donc pas la moindre minute à consacrer à leur fille. Ce n'est pas gênant puisque celle-ci n'a qu'une passion : le dessin. Le dessin de manga, même, qu'elle réussit au point que ses copines lui conseillent de se lancer au plus vite dans une carrière de mangaka. Pourquoi ne pas montrer ses dessins à la célèbre Reiko Itoh ? Ou rencontrer Kimura Goro, mangaka pro revenu depuis peu en ville...

Les dessins de la vie est un manga d'Hirosuke Kizaki, d'abord publié en 1997 chez ASCII avant d'être réédité sous sa version Memorial Edition en 2001 chez Enterbrain (qui est l'édition utilisée pour la VF). Les deux autres mangas de Kizaki, A.LI.CE (2000) et GOD-GUN (1995), ont également eu droit à leur Memorial Edition sorties le même jour que Les dessins de la vie, cette fois-ci chez Kadokawa shôten. Pourquoi ? Car Hirosuke Kizaki est décédé le 28 mars 2000, à l'âge de 35 ans. A l'évidence, quand on lit la postface de son éditeur, le bonhomme n'était pas un personnage facile. Néanmoins, il laisse derrière lui une bibliographie très courte et évidemment inachevée mais d'autant plus intense.

Si l'on croit en débutant la lecture de Les dessins de la vie se retrouver face à un manga classique sur la vie de fou que doit mener un mangaka professionnel voire à du parodique à La plume de feu, on change vite de regard au fil des pages.
Effectivement, la jeune Nému a du talent au bout des doigts : ses dessins emballent ses amies et, plus important encore, enthousiasment la si occupée et blasée shôjo mangaka Reiko Itoh. Une carrière peut facilement s'ouvrir devant elle. Mais...
La vie apparaît souvent bien lisse et linéaire dans un manga : le personnage va d'un point A à un point C en passant fort logiquement, comme si de rien n'était, par l'obligatoire point B. Lisse, linéaire, logique, évident, prévisible même, comme ces jeux vidéos qui font affronter les habituels boss de fin de niveau, de plus en plus forts. Mais franchement, en quoi est-ce vraisemblable ? Ainsi, la jeune Nému pourrait facilement devenir célèbre, en passant les habituels concours de débutants dans les magazines. Mais est-ce vraiment ce qu'elle veut ? Célébrité, reconnaissance... certes mais tout ça n'a qu'un temps. Est-ce la route qu'elle veut suivre, au risque de s'y brûler les ailes, de perdre son authenticité ?

Ainsi, on pense d'abord retrouver en Nému le personnage féminin lambda, timide, un peu cruche sur les bords, n'osant rien, rougissant au moindre coup d'oeil du beau mec du coin. Les apparences sont trompeuses.
Certes, la jeune fille n'est pas un exemple de volontarisme affirmé : elle est douée mais a du mal à décider de ce qu'elle veut. Elle est certaine de son talent mais n'ose pas se mettre en avant. Dès qu'elle fait un pas vers la carrière professionnelle qui semble lui tendre les bras, comme par exemple en décidant de montrer ses dessins à une mangaka célèbre, elle fait d'office un ou deux pas en arrière, retrouvant ses doutes et ses questions sur le bien fondé de la chose. La demoiselle a du talent mais doute sur la manière d'agir, sur ce qu'elle souhaite vraiment, au delà des clichés rabâchés par ses copines, jamais jalouses ou envieuses, souhaitant juste le bonheur de leur camarade même si elles ne la comprennent pas du tout.

Ses doutes trouvent alors un écho face à l'ombrageux Goro, sorte de mentor bien malgré lui, mangaka inconnu du grand public, quelque peu aigri par le système de l'industrie manga, pressant le talent jusqu'à en extraire tout enthousiasme, toute candeur, toute énergie. Il se retrouve alors face à la jeune Nému, redécouvrant l'électricité et la fièvre du débutant, la pureté d'un talent brut. Electrochoc ! Lui qui avait quitté tout ça alors désabusé, blasé, comme détruit par une vie tokyoïte qu'il ne voulait plus assumer, restant en retrait, refusant toute rencontre avec d'éventuels éditeurs, voilà qu'il voit ses craintes et ses doutes, ses faiblesses et ses erreurs, sa lâcheté et sa fuite lui revenir en pleine tête en se retrouvant face à cette gamine d'apparence si frêle mais au caractère certain. Car si ses premiers actes la font passer pour l'habituelle empotée solitaire, elle démontre finalement bien plus de force et de détermination, le tout réveillé et révélé par un déclic qui la pousse à bouger, à comprendre ce qu'elle souhaitait, à prendre sa vie en main et tracer son propre chemin, avec ses propres erreurs et expériences. Après tout, malgré les pressions d'une partie de son entourage ne voyant pas le manga comme quelque de sérieux à envisager pour l'avenir, elle n'a aucun doute sur ce choix.
Oh, tout ne devient pas simple pour autant mais une porte s'entrouvre et le destin tout tracé de la jeune dessinatrice prend un nouveau tournant, qu'elle aura elle-même choisi. Cette rencontre entre ces deux êtres, comme représentant les deux bouts d'une même vie, bouleverse alors évidemment tout leur univers. Et...

Mais il n'y a pas de "Et...". Le volume se termine, stoppant en pleine course la jeune Nému, lancée sur le chemin de sa vie d'adulte. Pas de suite puisque le mangaka n'est plus là pour l'écrire, lui qui n'a jamais continué une histoire au delà du premier volume comme si la suite, c'était au lecteur de l'imaginer. Comme s'il ne faisait que donner des bases mais ne souhaitait pas emprisonner ses histoires dans un schéma fini et déterminé.
A quoi bon alors lire ce volume puisqu'il n'y aura pas de suite ? Parce que, rien qu'en un volume, Kizaki aura su installer une histoire profondément touchante et attachante. Ainsi, son trait est des plus singulier, personnel, alliant simplicité et recherche, évidence et pureté. Bien que ses personnages soient sous forme de félins, ils sont extrêmement expressifs et nous apparaissent comme proches et profondément humains, trimballant leurs angoisses, leurs petites joies, leurs humeurs et leurs doutes comme tout un chacun. Pas de trame, pas de ligne de vitesse, pas de technique d'esbroufe ou de remplissage, juste l'évidence d'un trait. L'évidence d'une narration, sachant rendre vivante chaque page, même celles, et elles sont nombreuses, sans aucun dialogue, beaucoup d'émotions et d'échanges passant dans ces silences, ces non-dits chargés de sens. Rendant alors l'histoire quotidienne de la petite Nému profondément touchante et attachante.

Petite note sur l'adaptation : voilà en tout cas un manga qui étonne et détonne au premier abord dans le catalogue de Soleil Manga. Mais on pourra alors apprécier la qualité du livre en lui-même : papier bien épais et blanc, impression impeccable.
Reste que si on est partisan d'une adaptation graphique complète, les choses paraissent comme nettement moins évidentes : sous prétexte de ne pas gâcher la "perfection de l'oeuvre", l'éditeur aura décidé de ne rien traduire dans les pages mêmes, en dehors évidemment des dialogues et des textes hors bulle. Aucune onomatopée, aucune inscription n'est ainsi traduite ou sous-titrée dans la case même. Mais certaines ont droit à leur place dans un lexique de fin de volume (sans aucune indication en cours de lecture). Pour ce qui est de la fluidité de lecture concernant la compréhension de ces multiples détails qui abondent dans les pages, elle est évidemment inexistante. Rien de complètement rédhibitoire, certes, mais qui fera râler les éternels insatisfaits dans mon genre...


- un dessin simple mais travaillé, expressif et vivant
- une histoire de vie quotidienne là aussi simple mais cachant beaucoup de profondeur et d'authenticité
- des personnages attachants et complexes
- peu de dialogues, beaucoup de silences porteurs de sens, d'émotions, d'humour, de réflexion
- une adaptation graphique très très limitée

Au final, en tout cas, beaucoup de sensibilité, d'authenticité et de pudeur dans ces dessins de la vie. Rien de moralisateur ni de déprimant, pas une touche de patho ni de mièvrerie, juste le quotidien d'une jeune fille douée devant apprendre à gérer sa vie et son talent.


Nombre de volumes lus: 1 au 12-05-2006
Retour liste manga
Langage SMS, injures, allusions aux scans interdits. Merci également de développer un minimum votre avis.
Tout avis posté sera vérifié avant d'être validé et d'apparaître ci-dessus.
Nom: Email:
Votre avis général :
Aucun
Votre avis sur ce manga?
Afin de confirmer que vous êtes une vraie personne merci de recopier les lettres que vous voyez ci-dessous
Recopiez le code   
Retour liste manga