Elemental Gerad par Mayumi Azuma - 2002
10 volumes (édition arrêtée) - Kami
18 volumes (édition terminée) - Mag Garden
Sens de lecture japonais - 128x180 mm - 6,95€
Pas de planning
Couvertures japonaises Couvertures françaises Couvertures espagnoles Couvertures allemandes Couvertures américaines

Donnez votre avis
Lire les autres avis

Cou vit depuis son enfance avec les Red Lynx, des pirates de l'air. Pourtant son incapacité à se concentrer sur le moindre apprentissage fait qu'il reste pour tous Le Bleu, incapable de se gérer, de participer efficacement à un raid, de piloter sans risquer d'exploser tous les vaisseaux environnants... Voilà qu'un jour, à mettre son nez dans le dernier butin pris par ses camarades, il réveille sans le vouloir la jeune Ren, enfermée dans une vieille caisse. A peine ont ils fait connaissance que trois personnes prennent d'assaut le vaisseau des pirates, souhaitant leur acheter pour une somme faramineuse l'Adilraid qu'ils viennent de voler : Ren !
Qu'est donc une Adilraid ? C'est une arme à forme humaine capable de fusionner avec son manieur pour devenir extrêmement puissante pour peu qu'on sache la diriger... Et les trois membres de l'Arc Aile qui viennent de débarquer n'ont pas l'intention de repartir sans leur acquisition...

Elemental Gerad est un manga signé Mayumi Azuma, toujours en cours au Japon dans le magazine Comic Blade de l'éditeur Mag Garden. C'est Kami qui se charge de nous proposer sa version française.

L'intrigue d'Elemental Gerad commence de manière basique : nous voilà présenté un gamin braillard et surexcité, ayant depuis longtemps abandonné la réflexion au profit de l'action, aussi absurde soit-elle. Puis suit l'habituelle potiche aussi expressive qu'une huître sortie de l'eau depuis trop longtemps... Aïe, voilà qui s'annonce mal. Et pourtant...

Il faut quelques chapitres à Azuma pour mettre en place son petit groupe de personnages et enchaîner les aventures. Car c'est bien d'un manga d'aventure qu'il s'agit ici. Si le prétexte est mince et vague - arriver à Adilgarden - son déroulement sera semé d'embûches avec une bonne dose d'humour. Notamment grâce à la galerie de personnages qu'Azuma met en scène.
On aurait ainsi pu craindre que seul Cou, le braillard, et Ren, la potiche, allaient être mis en avant, il n'en est rien. Il ne faut ainsi pas oublier Cisqua la cheffe de groupe au caractère bien trempé, plutôt douée pour la castagne aussi bien à mains nues qu'à l'aide d'armes de destruction hyper massives, amoureuse de l'argent mais n'oubliant pas de temps en temps qu'aider la veuve et l'orphelin peut aussi être une idée somme toute... rentable ne serait-ce que moralement parlant. On pouvait croire se trouver là face au petit chef de base, simpliste, aussi excessif qu'agaçant, elle se révèle au contraire pleine de surprises, étant aussi compétente qu'elle le prétend et son excessivité concernant l'argent ou les armes - missiles, lance-roquettes... la miss ne se refuse rien du moment que ça pète bien - la rend encore plus attachante.
Il y a aussi Rowen son "bras droit" et Kuea, son Adilraid, qui passe au départ comme le faire-valoir sexy avant qu'elle ne dévoile son impressionnant... appétit.
Et même Cou et Ren dépassent bien vite le statut stéréotypé qu'on pouvait leur craindre : Cou, malgré un nom idiot (Coud van Giruet, ce n'est tout de même pas facile à porter...), évolue pour perdre ce côté braillard sans cervelle, restant classique mais attachant dans son envie de mieux comprendre Ren, de devenir fort sans pour autant oublier les conséquences que cela peut avoir s'il contrôle mal ses capacités, bref de mûrir sans se perdre.
Quant à Ren, sa découverte candide et maladroite du monde qui l'entoure peut déclencher sans crier gare de gros fou rires, mais derrière son côté impassible, elle est capable de dévoiler aux autres leurs quatre vérités de manière plus crue et directe qu'on pourrait le croire en voyant son charmant minois, cachant une détermination à toute épreuve.
Chacun est ainsi tour à tour développé, mis en avant, sans temps mort, leur caractère prenant forme au fil de ce qu'on découvre sur eux, aucun ne se révélant être un boulet inutile. Et d'autres personnages débarquent régulièrement, cassant petit à petit les clichés qu'ils semblaient au départ dégager.
Ainsi, tout ce beau monde rend l'aventure plutôt prenante et bien rythmée, notamment de par leurs relations les uns avec les autres, vraisemblables, souvent tendres et bourrées d'humour. Car au fil des volumes, l'humour justement prend toute sa place sans pour autant casser le rythme, donnant même du dynamisme à l'histoire et évitant toute pointe trop sérieuse, faisant vite tomber de leur piédestal des personnages qui seraient tentés de se la jouer un peu trop...
Certes, les motivations de certains sont extrêmement classiques - l'envie de protéger l'autre, l'amour sans retour... - mais mises en scène efficacement, sans impression de trop plein, de niaiserie ou de prétextes bidons.

Si le statut des Adilraid n'est guère expliqué pour le moment, leur personnalité variée évite de savoir précisément vers quoi on se dirige, la mangaka ayant en plus évité de nous servir de simples bombasses au QI d'huître et aux manières de robots, incapables de la moindre prise de décision personnelle. Elles bougent, agissent, évoluent, doivent faire face à leur condition, à leurs capacités, ne pouvant pas éternellement se planquer derrière leur entourage.
Evidemment, de par leur pouvoir, certains ne voient en elles que des objets sans âme juste bons à être utilisés puis jetés si elles ne conviennent pas. D'autres n'y voient qu'une manière de se faire de l'argent facile. L'être humain dans toute sa splendeur en somme.
Et on ne sait finalement pas vraiment ce que les membres de l'Arc Aile ont comme intention véritable. En fait, tout ce qui lie notre petit groupe pourrait très bien vite voler en éclats à coups de trahisons même s'ils apprennent tous à se connaître un peu mieux au fil de leurs aventures mouvementées. Ainsi, Ren qui détestait les humains est bien forcée de reconnaître que tous ne sont pas des profiteurs juste là pour ses pouvoirs... mais ce qu'elle va trouver à Adilgarden ne détruira-t-il pas tous ses espoirs ?

Car même si de nombreuses scènes d'humour parsèment le manga, le ton est loin d'être constamment à la rigolade. Certains individus, plutôt inquiétants, n'hésitent devant aucun sacrifice, aucune manoeuvre cruelle et définitive pour parvenir à leurs fins et quelques scènes sont même particulièrement sanglantes.
Les nombreuses scènes de combat, un peu fouillis au départ, gagnent fortement en lisibilité ensuite, dégageant beaucoup d'énergie et de dynamisme. Mais surtout, la mangaka aura réussi à ne pas trop en faire, à ne pas accumuler les combats longs et barbants, ne mettant en scène que ce qui est vraiment utile à l'histoire, évitant donc de lasser son lectorat à coup de castagne sans intérêt.
Ajoutons là-dessus un dessin maîtrisé, une narration rythmée et le tout se lit donc avec plaisir.

Droits images et couvertures: © Mayumi Azuma 2004 - publié au Japon par Mag Garden Corporation, Tokyo


- un dessin plutôt maîtrisé, assez précis, lisible
- une narration fluide et bien rythmée
- des personnages attachants, bien plus développés qu'on pourrait le croire au départ
- toute une galerie de personnages diversifiés, chacun a son rôle et même son heure de gloire pour qu'on le découvre un peu mieux
- des scènes d'action qui évitent d'en faire trop et de durer trop longtemps inutilement
- une bonne dose d'humour contrebalançant certaines scènes bien moins joyeuses
- l'histoire met un peu de temps à vraiment se lancer (je dirais deux volumes)

Bref, Elemental Gerad s'avère être une vraie bonne surprise, efficace et rondement menée : les aventures sont variées, très divertissantes, le rythme est très prenant (une fois passés les deux premiers volumes), l'humour présent et réussi contrebalancé par un côté plus sombre, les personnages attachants, humains, complexes.


Nombre de volumes lus: 6 au 19-12-2007
Retour liste manga


skizyk
19-12-2007
Je n'ai lu que les deux premier volumes et, comme le dit Morgan, ils sont plutot moyens... Le dessin est un peu fouillis, c'est classique... C'est pourquoi je suis très surpris de savoir que ca s'améliore par la suite ! Surtout au point ou Morgan le décrit !

Langage SMS, injures, allusions aux scans interdits. Merci également de développer un minimum votre avis.
Tout avis posté sera vérifié avant d'être validé et d'apparaître ci-dessus.
Nom: Email:
Votre avis général :
Aucun
Votre avis sur ce manga?
Afin de confirmer que vous êtes une vraie personne merci de recopier les lettres que vous voyez ci-dessous
Recopiez le code   
Retour liste manga