Yumihari par Hitoshi Tomizawa - 2005
4 volumes (édition terminée) - Kana
4 volumes (édition terminée) - Gentôsha
Sens de lecture japonais - 127x180 mm - 7,35€
Pas de planning
Couvertures japonaises Couvertures françaises

Donnez votre avis

Un bateau perdu au milieu des eaux. A l'intérieur des hommes, des femmes et des enfants fuient mais ne savent pas ce qu'ils vont trouver, eux qui ont vu leur Japon purement et simplement disparaître... Mais voilà qu'un autre navire approche et que des troupes de samouraïs sans pitié les abordent avec sauvagerie, amenant les rescapés dont le jeune Shôchi devant un être bizarrement vêtu. Alors que la situation semble désespérée, un nouveau bâtiment, le Yumihari, approche et les canonne...

Yumihari est un manga en 4 volumes de Hitoshi Tomizawa dont on a déjà pu découvrir Alien 9 chez Asuka et Blitz Royale chez Soleil Manga. C'est ici Kana qui nous propose de suivre les aventures de Shôichi Matsunaga dans l'étrange univers du vaisseau rugissant...

Etrange, voilà bien le mot qui définit Yumihari. Dès le premier volume, on se trouve plongé dans un univers difficilement compréhensible, se retrouvant en fait dans la même situation que les personnages principaux, complètement paumés au milieu d'un monde devenu totalement fou, mêlant les époques, de la plus ancienne à la plus futuriste. Les premières pages sont directes et scotchent avec le débarquement de samouraïs armés ne laissant aucune chance à ceux qui tentent de résister. Comme dans Alien 9 et Blitz Royale, Tomizawa n'hésite pas à confronter des enfants à la violence de la guerre, crue et impitoyable. Il y a toujours ce décalage perturbant entre son style de dessin, très enfantin, rond, de grands yeux, et l'anarchie totale qui règne très vite dans son action.

Le scénario s'avère tout de même vite rude à suivre, les scènes et points de vue pouvant être multiples et trop rapidement coupés pour passer à un autre, sans oublier des explications qui arrivent au compte-goutte, qui plus est pas toujours franchement bien claires. De plus, dès qu'un scénario s'attaque au thème du temps, qu'il l'arrête, le remonte, le découpe, il devient vite difficile de rester parfaitement clair dans le cheminement, on se retrouve donc très rapidement complètement largué.
Pourtant, malgré ce capharnaüm, l'auteur parvient à garder l'attention du lecteur, qui petit à petit commence à y voir un peu plus clair dans la trame générale même si beaucoup de choses resteront très floues.
Mais une fois la dernière page tournée, l'impression qui marque le plus reste celle du dépit assortie d'un gros "Mais... pourquoi ?" : difficile de vraiment savoir ce que Tomizawa a voulu raconter, quel était le but, la ligne directrice, le fond de ces quatre volumes sans compter des personnages qu'on a pourtant suivis durant presque 800 pages dont on ne sait finalement rien, et qui n'évoluent pratiquement pas, simples acteurs de l'intrigue sans guère de consistance.

Bref, il y a de quoi rester sur sa faim tout en gardant pourtant une sensation bizarre d'une profondeur présente mais soit inexploitée soit difficile à déchiffrer.On nous parle de l'envie de vivre sans jamais renoncer, nécessaire au delà de tout pour exister, de la possibilité de lire l'avenir et des répercussions d'une telle connaissance mais... Perturbant et intrigant ou complètement raté et hermétique ?

Droits images et couvertures: © Hitoshi Tomizawa 2007 - publié au Japon par Gentôsha Comics Inc., Tokyo



Retour liste manga
Langage SMS, injures, allusions aux scans interdits. Merci également de développer un minimum votre avis.
Tout avis posté sera vérifié avant d'être validé et d'apparaître ci-dessus.
Nom: Email:
Votre avis général :
Aucun
Votre avis sur ce manga?
Afin de confirmer que vous êtes une vraie personne merci de recopier les lettres que vous voyez ci-dessous
Recopiez le code   
Retour liste manga