Un monde formidable par Inio Asano - 2003
2 volumes (édition terminée) - Kana
2 volumes (édition terminée) - Shogakukan
Sens de lecture japonais - 148x210 mm - 10,00€
Pas de planning
Couvertures japonaises Couvertures françaises Couvertures italiennes Couvertures américaines Couvertures allemandes

Donnez votre avis

Une étudiante ayant laissé tomber la fac, une écolière en proie à la brutalité de ses petits camarades, un voyou ayant volé un clan mafieux pour changer de vie, un futur-salaryman interpelé par les premiers succès de son ancien groupe de musique... Autant de personnages et d'histoires que l'auteur nous propose de découvrir au travers de 19 nouvelles.

Un monde formidable est un manga en 2 tomes signé Inio Asano, première œuvre d'un mangaka dont Kana nous a permis de suivre la suite de sa bibliographie : Le quartier de la lumière, Solanin, Le champ de l'arc-en-ciel (Panini Manga), La fin du monde avant le lever du jour et sa dernière série en cours, Bonne nuit Punpun.
Inio Asano est un conteur du quotidien. Un quotidien basique, routinier, sans rien d'exceptionnel à première vue. Celui de collégiens, de lycéens, d'étudiants, de jeunes diplômés, de fraîchement engagés dans la vie active, qu'ils soient freeters adeptes des petits boulots sans avenir ou salariés en devenir ayant du mal à se résigner à cette idée de rentrer dans le rang. Pas vraiment ado, pas franchement adultes. Ou même des quadragénaires ou plus, ayant déjà bien avancé dans leur vie sans vraiment savoir pouquoi, s'ils peuvent en être fiers ou en garder des regrets. Des individus un peu paumés dans une société qui ne s'intéresse pas vraiment à eux et les laisse glander sur le bord de la route d'où ils regardent le monde tourner un peu sans eux.
On pourrait croire que c'est déprimant à lire, de suivre ces losers, qui ressemblent à tout le monde finalement, mais ils ne sont jamais pitoyables ou pathétiques car au delà de leur potentielle inertie face à la vie, ils s'interrogent. Ils ont des rêves, plus ou moins irréalistes, plus ou moins accessibles mais l'important n'est pas là. Juste avoir des rêves, c'est déjà être privilégié. Même si ces rêves restent de simples images un peu floues dans leur tête. Ils ont des rêves pour parvenir à assumer une réalité nettement plus terne, plus rude, plus cruelle même si elle renferme quand même des côtés paisibles. Envie de mourir, d'en finir avec leur quotidien pourri, leur manque d'ambition, leur inaptitude à accepter gentiment ce que le monde consent à leur proposer ? On pourrait le croire, ils pourraient le croire également... mais finalement, non. Au dernier moment, avant l'issue fatale, avant l'ultime décision, finalement, ils s'accrochent, se rattrapent, se retournent. Instinct de survie ou simplement envie de vivre, même si c'est sans guère d'espoir, sans guère d'enthousiasme, juste envie d'être là, présents, ressentir le moment et simplement avancer avec cette certitude que même si l'avenir semble morne, il mérite peut-être d'être découvert au fur et à mesure.
Ils savent qu'ils ne seront jamais les héros, les personnages principaux, ceux dont on parle en première page des journaux mais après tout, quelle importance. Juste être là et faire partie d'un tout, même si on ne sait pas trop pourquoi ni si ça intéresse quelqu'un. Ils se retrouvent alors face à des décisions à prendre, trouver un travail, démissionner, continuer une relation ou partir, intervenir ou juste regarder... L'important n'est alors pas de savoir quelle décision prendre, juste accepter d'en prendre une et d'avancer, d'une manière ou d'une autre. À moins qu'il n'y ait la possibilité de continuer à exister sans être là, en parvenant à se conforter dans un monde illusoire où tout va bien, où le bonheur ne risque pas de s'envoler au premier coup de vent ?

L'une des particularités des nouvelles qu'Inio Asano nous propose, au fil des personnages qu'on rencontre, c'est qu'il y a toujours un lien. Un lien tout mince, sans forcément d'intérêt mais un lien tout de même. Entre chaque nouvelle, deux pages avec juste un dessin, faisant ce lien entre les personnages, les lieux, les situations des deux nouvelles, comme un passage de relai. Faisant comme un chapelet d'individus qui se croisent sans forcément se connaître, faisant partie d'une même communauté sans le savoir. Une communauté d'humains avec leurs doutes, leurs erreurs, leurs égarements, leur petite folie, leurs rêves de doux-dingues, leur vie un peu nase mais finalement pas si désagréable.
Puis on en retrouve certains au fil des histoires, avec surprise d'abord, avec plaisir ensuite, comme si on prenait des nouvelles d'anciennes connaissances qu'on avait perdues de vue au fil des années. On apprend à mieux les connaître, on s'y attache, on s'y accroche, on s'y identifie aussi un peu, riant avec eux, pleurant avec eux, aussi, un peu.

On ne peut pas qualifier ce recueil d'optimiste, ce serait exagéré et mensonger. Mais il n'a rien de lourd ou de morose et au milieu des questions que chacun se pose sur lui et le monde qui l'entoure, sur leur avenir commun, se dégage comme un petit air serein et paisible, sans jugement, sans morale, juste une présence qui finit par toucher et émouvoir, au travers de ces vies sans importance qui cherchent leur place, certaines naïvement, d'autres assez désabusées, ironiques mais jamais cyniques, toutes finalement avec détachement et calme.

Inio Asano est de ces rares mangaka maîtrisant l'exercice difficile de la nouvelle, parvenant à dépasser la simple envie de raconter une histoire linéaire classique pour finir par proposer juste quelques pages pleines de sens et de profondeur. À moins qu'on ne parvienne pas du tout à accrocher à son style, auquel cas on ne verra que succession de personnages vides et inutiles.

Droits images et couvertures: © Inio Asano 2004 - publié au Japon par Shogakukan Inc., Tokyo


- dessin original, personnel, maîtrisé, jouant pour beaucoup sur ce qui se dégage des histoires
- des personnages a priori basiques, sans relief, qu'on voit évoluer au fil des pages, des rencontres, des questions, devenant attachants
- un ensemble d'histoires non linéaires qui en fait se tiennent parfaitement, forment un tout et vont toutes dans une même direction
- de l'humour, de l'émotion, du sens, de la profondeur...
- un style très personnel, dans le dessin comme la narration ou l'histoire, on accroche ou pas du tout

Dessin personnel maîtrisé - on pourrait croire que tous les personnages ont la même tête mais on parvient à les reconnaître sans souci au fil des nouvelles -, narration alerte, sachant gérer le contemplatif comme l'action, propos dépouillés et travaillés, rythme prenant alors qu'il ne se passe pas grand-chose réellement. Pour une première œuvre, à 23 ans, c'est étonnant...


Nombre de volumes lus: 2 au 28-02-2012
Retour liste manga
Langage SMS, injures, allusions aux scans interdits. Merci également de développer un minimum votre avis.
Tout avis posté sera vérifié avant d'être validé et d'apparaître ci-dessus.
Nom: Email:
Votre avis général :
Aucun
Votre avis sur ce manga?
Afin de confirmer que vous êtes une vraie personne merci de recopier les lettres que vous voyez ci-dessous
Recopiez le code   
Retour liste manga