Kazan par Gaku Miyao - 1997
7 volumes (édition terminée) - Ki-oon
7 volumes (édition terminée) - Shônen Gahôsha
Sens de lecture japonais - 115x175 mm - 6,50€
Pas de planning
Couvertures japonaises Couvertures françaises

Donnez votre avis
Lire les autres avis

Dans un monde désertique, Kazan est le jeune fils du chef du fier clan du Sable Rouge. Un soir qu'il joue avec sa meilleure amie Elsie, un démon de l'eau les attaque et enlève la petite fille, laissant le garçon seul au monde, avec pratiquement aucune chance de survie. Des années plus tard, Kazan est toujours là, aidé par son oiseau Kamushin, refusant de renoncer à retrouver un jour Elsie, coûte que coûte !

Kazan est un manga en 7 tomes de Gaku Miyao paru au Japon chez l'éditeur Shônen Gahosha et que Ki-oon nous a fait découvrir en version française en 2006, fidèle à sa ligne éditoriale de l'époque, alors fortement centrée sur l'heroïc fantasy. Qui sur ce coup-là n'en reste pas à de simples grosses bastons ultra-violentes avec des monstres patibulaires et des filles en petite tenue.

Le monde de Kazan est désertique, avide d'une eau si difficile à trouver. Une eau qui est ironiquement également l'arme d'un démon venu enlever la seule amie de Kazan, Elsie, alors qu'ils n'ont que 8 ans, une eau qui détruit au passage toute ce qui faisait la vie du petit garçon. Laissé seul au monde, Kazan va devoir faire preuve de qualités insoupsonnables chez un gamin pleurnichard comme lui pour s'en sortir et atteindre son seul et unique objectif, en bravant toutes les difficultés sans jamais imaginer abandonner.

Au premier abord, on pourrait prendre Kazan pour un simple gamin basique, têtu et bourrin fonçant dans le tas sans cogiter, mais il n'en est rien. Aucun sourire n'illumine plus son visage depuis la tragédie qui a bouleversé sa vie des années auparavant, l'obligeant à prendre la route en solitaire pour retrouver un être cher, non pas guidé par un espoir naïf et gentillet mais par une volonté inébranlable de protéger à tout prix l'être qui est tout pour lui.
As du combat rapproché, il n'aime pour autant pas se battre malgré ce qu'on pourrait croire, préfèrant l'utilité d'un outil des champs capable de donner la vie par les récoltes à la dangerosité d'une arme bien aiguisée, n'apportant que le mal et la haine qu'il refuse de propager. Ayant un grand respect pour la vie sous toutes ses formes, il n'en accepte pas moins le cycle de toute existence et l'équilibre qui ne doit jamais être rompu, même si cela suppose d'accepter ce qui peut sembler cruel, la survie des uns passant par la mort des autres, sans qu'il soit question derrière ça d'une quelconque morale.
Voilà qui donne un personnage étonnamment profond, pratiquement brisé par les tourments du passé qui l'ont finalement rendu plus fort sans lui faire perdre de vue ses principes, quoiqu'il lui en coûte. Un personnage atypique, qui va évidemment bouleverser la vie de ceux qu'il va croiser en chemin, tel Fawna, fille du peuple de l'eau, capable de changer la vie d'habitants assoiffés par la force de sa seule volonté. Trop faible et sensible lors de sa rencontre avec Kazan, incapable alors de supporter le poids de son don et du destin qui en découle, la jeune fille va évoluer au fil de leurs aventures, s'endurcir tout en apprenant à ne pas laisser la haine guider ses mains et la puissance de son eau, pouvant être tour à tour elixir de vie ou arme de destruction sans égal.

En 7 volumes, le manga parvient à nous embarquer dans un autre monde avec une efficacité et une générosité sans limite : les combats sont incroyablement rythmés et audacieusement mis en scène, parvenant à ne jamais durer plus qu'il ne faut, apportant toujours quelque chose à l'histoire. De même, rien dans ces volumes n'est inutile, juste là pour l'esbrouffe ou remplir des pages d'une complexité de façade pour planquer un vide scénaristique. Aucun mot n'est en trop, aucun personnage n'est là pour remplir un blanc, aucun événement ne surgit d'un coup uniquement pour apporter un bouleversement artificiel histoire de gonfler le nombre de pages. Tout est là pour une bonne raison, pour apporter quelque chose en plus, avoir un rôle bien précis.
Les personnages sont habilement développés au fil des chapitres, chaque mystère les entourant étant démonté sans jouer inutilement avec nos nerfs, sans pour autant perdre le lecteur en route ou amoindrir l'intérêt de l'histoire. En reprenant à sa sauce des éléments tout simples couramment utilisés - amour, courage, amitié, les grands classiques -, le mangaka parvient à créer une quête prenante et accrocheuse, sans temps mort, sachant alterner les combats ne cherchant jamais le gore inutile avec les explications jamais barbantes, les aventures exotiques, les rencontres instructives.
Les personnages sont tous attachants, avec leurs forces et leurs faiblesses, leurs rêves et leurs failles, développés non pas juste pour servir l'histoire mais aussi pour exister par eux-mêmes, avec une mention spéciale à Kamushin l'aigle, oiseau incroyable de noblesse et de classe qui sait seconder les acrobaties de Kazan avec une efficacité redoutable.

Pas non plus de bonne morale à deux balles énoncée froidement juste pour la beauté du geste mais des principes de vie où la haine n'est jamais un moteur sans conséquence désastreuse, où chacun doit assumer ses choix jusqu'au bout, où le poids de la solitude et la souffrance de l'amour aveugle et obsessionnel ne peuvent légitimer les actes les plus cruels. Quelque chose de finalement extrêmement simple, dans le bon sens du terme, délivré avec beaucoup d'intelligence et de subtilité, sans prétention, avec sincérité et maturité.
Le dessin ne cherche pas l'esthétique lisse et propose plutôt un trait vigoureux, vivant, toujours lisible, aidé par une narration entraînante et des dialogues simples mais jamais débiles, sans parole inutile. Aucun besoin d'en faire des tonnes pour qu'on ne puisse pas lâcher un volume !

Droits images et couvertures: © Gaku Miyao 1997 - publié au Japon par Shonengahosha Punlishing Co. Ltd.


- un dessin précis, rythmé, alerte, vivant.
- des personnages développés, complexes, recherchés, dont Kazan, un héros aussi réfléchi et sage que doué pour la baston.
- un scénario intelligent et sans prétention inutile, complet, sans aucun temps mort, ne jouant jamais la carte de la facilité ou du gratuit complaisant.
- une bonne petite dose d'humour mais aussi une belle part d'émotion touchante et jamais excessive.
- un titre passé trop inaperçu !!

Avec Kazan, Gaku Miyao propose une grande quête pleine d'aventure, d'énergie, de bravoure et de noblesse, ponctuée de splendides combats jamais vides de sens, jamais gratuits, à la rencontre de personnages forts, tendres, attachants, complexes, avec même de jolies petites doses d'humour et pas mal d'émotion, sans mièvrerie ni pathos exagéré. Un beau voyage, divertissement idéal sans pour autant être obligé de laisser ses neurones en veilleuse...


Nombre de volumes lus: 7 au 25-10-2011
Retour liste manga


Marmy
21-12-2011
Un des premier titre de Ki-oon...et qui m'ont fait adorer cet éditeur !
rien a dire, des histoires courtes de qualités, l'aventure de Kazan est tout simplement sublime ! cet univers restera toujours quelque part au fond de moi ! ^^

Yaku
25-10-2011
   Après avoir acheté les différents volumes d'occasion dans un désordre total, je me suis lancé dans la lecture de cette série récemment (une fois la série complète en ma possession)... un seul mot à dire : absolument merveilleux! Le point le plus fort dans ce titre, c'est que le lecteur n'est jamais perdu en route, l'histoire suit son chemin sans détour, sans "augmentation de niveau" non plus... les héros sont en plus attachants... bref, j'ai adoré ce titre!

Langage SMS, injures, allusions aux scans interdits. Merci également de développer un minimum votre avis.
Tout avis posté sera vérifié avant d'être validé et d'apparaître ci-dessus.
Nom: Email:
Votre avis général :
Aucun
Votre avis sur ce manga?
Afin de confirmer que vous êtes une vraie personne merci de recopier les lettres que vous voyez ci-dessous
Recopiez le code   
Retour liste manga