Azumanga Daioh par Kiyohiko Azuma - 2000
4 volumes (édition terminée) - Kurokawa
4 volumes (édition terminée) - Media Works
Sens de lecture japonais - 150x210 mm - 9,00€
Pas de planning
Couvertures japonaises Couvertures françaises Couvertures espagnoles Couvertures américaines Couvertures allemandes

Donnez votre avis
Lire les autres avis

C'est la rentrée des classes et Yukari Tanizaki se trouve être la prof principale de la 2nde3. Parmi ses élèves, voilà la petite Chiyo, génie de 10 ans ou encore l'énigmatique et impressionnante Sakaki qui cache sous sa réserve un coeur d'or. N'oublions pas non plus Kurosawa la prof de sport ou Kimura le prof fan de lycéennes en jupette ou en short... Les journées de ce lycée-là ne risquent d'être ni longues ni ennuyeuses...

Azumanga Daioh est un manga en 4 volumes signé Kiyohiko Azuma qui a depuis débuté sa nouvelle série, Yotsubato !, toujours chez l'éditeur Media Works (à découvrir en version française chez Kurokawa à partir d'août 2006).
A noter qu'on peut retrouver Azumanga Daioh en série TV comptant 26 épisodes et datant de 2002, sortie en 2 coffrets DVD chez Kaze.

Il s'agit d'un des 4 premiers titres ayant lancé la collection manga Kurokawa en septembre 2005. Loin des aventures de débutants alchimistes dans FullMetal Alchemist ou des errances amoureuses d'une journaliste un peu paumée dans Kimi wa pet, les lycéennes et profs d'Azumanga Daioh n'ont qu'un but : le rire !

En effet, il s'agit d'un yon koma, tout simplement la version japonaise des comic strips à la Calvin & Hobbes. C'est-à-dire 4 cases dessinées très simplement et qu'on lit de haut en bas pour suivre un gag simple, jouant sur la situation, le dialogue... Rien à voir par contre avec l'humour d'un Shin chan, scato ou jouant sur des sous-entendus pas très innocents (surtout dans la bouche d'un enfant de 5 ans...) puisque l'humour est ici plutôt bon enfant, à la fois simple et subtil, loufoque, burlesque, jouant parfois sur le comique de répétition, avec peu de dialogues. Le rire prend alors naissance dans les traits de caractères toujours extrêmes des différents personnages et leurs relations pleines de surprises ou de malentendus décalés.

Ainsi, on rencontre dès la première page Yukari Tanizaki, professeur d'anglais (enfin, ça lui arrive...) au lycée, excellant dans la mauvaise foi, l'abus de pouvoir, la langue de vipère, la mauvaise humeur, le défoulement sur ses élèves qui n'y peuvent rien si son caractère de cochon mal luné risque fort de la laisser éternelle célibataire. Sa meilleure, ou plutôt sa seule amie, enfin la seule personne qui la supporte on ne sait comment, est la prof d'EPS Minamo Kurosawa, qui la connaît depuis l'enfance et résiste à toutes les provocations et à la jalousie d'une Yukari immature, irresponsable, paresseuse et souvent hilarante par ce qu'elle inflige à son entourage. Ainsi, c'est dès la présentation de Chiyo la nouvelle élève que la jeune prof montre son vrai visage (qu'elle n'a jamais spécialement caché, certes...).

Il faut dire que la nouvelle lycéenne se remarque : âgée de 10 ans, son génie lui aura fait sauté bien des classes pour atterrir dans la 2nde3 de Tanizaki. Mais être surdouée pour tout ce qui touche à l'école ne fait pas d'elle un monstre de foire rejeté de tous tant tout le monde ne peut s'empêcher de la trouver horriblement mignonne à croquer, avec ses deux couettes qui éveillent bien des fantasmes givrés à ses camarades...
Parmi ces dernières, on trouve ainsi Sakaki, grande et imposante, respectée par tous qui la prennent pour une élève loin au-dessus d'eux... alors qu'elle est tout simplement très réservée, timide et ultra-sensible, accro à en pleurer à tout ce qui est mignon, surtout les chats qu'elle adore et idolâtre même si ceux-ci la mordent dès qu'elle approche la main pour les caresser...
N'oublions pas non plus Tomo, l'énergique débile qui se plante dans tout ce qu'elle fait, Kasuga la rêveuse à l'intelligence un peu lente à démarrer que tout le monde surnomme vite Osaka parce qu'elle vient... d'Osaka et qu'elle se doit de correspondre à tous les clichés que ses copines se font de cette ville, Yomi la pseudo-intellectuelle pas si brillante que ça et ultra-complexée par son poids, Kaorin qui craque totalement pour Sakaki et manque de s'évanouir dès que celle-ci lui adresse la parole, Kagura la folle de sport...

Tout ce beau monde, cette joyeuse bande de copines gravitent au lycée... ne faisant au final pas grand chose de plus spécial que tout un chacun. Soyons honnête, le scénario, qui tient sur un timbre poste, n'est pas le point de mire du manga. Tout n'est fait que pour faire hurler de rire le lecteur, entre l'innocence naïve et mignonne de Chiyo et ses super-couettes, l'amour de Sakaki pour les chats, celle-ci étant alors prête à tout pour réussir à en caresser un alors que manifestement, pratiquement tous les félins du Japon la détestent, la mauvaise humeur de Tanizaki la prof sadique ne supportant pas le bonheur des autres si elle ne peut pas en profiter, les rêves crétins d'une Osaka perturbée par Chiyo et sa famille imaginaire...
Leur vie à l'école ou en dehors sont autant de moment où développer leur amitié ou leur gentille rivalité, aucun des personnages n'étant vraiment plus important qu'un autre, chaque lot de 4 cases mettant en avant n'importe lequel d'entre eux au fil de ses élucubrations, de ses rêves, de ses réflexions toujours débiles ou tordues, etc.

On suit leurs trois années de lycée, au fil des mois qui passent, puisque chaque chapitre de quelques pages est lié à un mois précis, rythmant la lecture. On retrouve ainsi chaque année les événements traditionnels, la rentré des classes d'avril et la découverte de nouvelles têtes, les vacances d'août et ses longues journée de farniente, la fête du sport d'octobre où Tanizaki entre en grande rivalité avec sa copine Kurosawa, la fête culturelle de novembre et ses traditionnelles activités où toute la mignonne-attitude de la bande de copines peut se déployer, le nouvel an et ses festivités, etc.
Bref, tout est fait de petits riens, ces petites choses du quotidien, ces non-événements de la vie de tous les jours qu'Azuma parvient à transmettre avec un humour dévastateur, rendant profondément attachantes ces nanas un peu tarées, joyeusement décalées, jamais méchantes malgré les efforts de certaines.

Bien sûr, tous les gags ne sont pas à se rouler par terre, certains tombent à plat (et ce malgré une traduction qui semble de bonne facture, coulante et immédiatement accessible, sans incessante note en bas de page) mais l'ensemble sait rester tendre et chaleureux, notamment avec une Sakaki touchante, émouvante dans son obsession d'être acceptée par les félins qu'elle adore malgré leurs coups de patte dévastateurs.

Et une fois, la dernière page tournée, on se rend compte qu'à la manière de Chiyo, on ressent un petit pincement au coeur et l'impression de quitter ses meilleures amies avec le lycée terminé.
Bref, si on accroche à cet humour simple et frais, voilà 4 volumes de pur bonheur à l'ambiance unique, réussissant à faire rire et détendre à partir de rien, le tout à déguster petit à petit, au rythme de quelques pages par jour...

Petite note sur le titre : s'il ne veut rien dire en français, il ne veut rien dire non plus en japonais. Il semblerait qu'il s'agisse d'une contraction entre le nom du mangaka, Azuma, et le mot Manga pour Azumanga. Quand à Daioh, c'est le nom du magazine dans lequel il était prépublié au Japon (le Monthly Comic Dengeki Daioh chez Media Works).

Droits images et couvertures: © Kiyohiko Azuma 2002 - publié au Japon par Media Works Inc. Tokyo


- un dessin simple, sans fioriture, évident
- des personnages ultra-attachants, au caractère immédiatement accessible et donc portant tout le comique des situations sur leur comportement et leurs relations
- un humour simple, frais, faisant passer du simple sourire tendre au fou-rire irrésistible à partir de rien
- certains gags moins drôles que d'autres mais n'est-ce pas inévitable ?

Le rire est universel mais on ne rit pas tous de la même chose. En l'ocurrence, la lecture de quelques pages d'Azumanga suffit à savoir si on accroche au style simple et efficace d'Azuma ou non. En cas de réponse positive, il ne faut pas hésiter face à ces 4 volumes drôles, touchants, tendres...


Nombre de volumes lus: 4 au 11-04-2006
Retour liste manga


sica
08-10-2008
   Véritable coup de coeur dû au hasard!
Rien à lire un jour et me voilà à demander l'avis du libraire...Azumanga Daioh? je tente! je prends le premier volume et le bus pour la bibliothèque...arrivée au terminus, j'ai repris le bus dans le sens inverse pour acheter les trois autres!
Une vraie bouffée d'air frais!
un humour dévastateur (à l'aller, quand j'ai levé la tête d'Azumanga et me suis aperçue que le bus entier me regardait: je ne mettais pas rendu compte que je riais haut et fort)
et un dessin extrêmement simple mais accrochant, et chaque personnage est immédiatement reconnaissable,ce qui permet peut-être encore plus facilement de se laisser aller dans ces trois années qu'on quitte véritablement avec un brin de nostalgie...
bref: un vrai moment de bonheur, et quand je les relis (et oui, c'est à ce point) c'est un petit peu comme feuilleter un album de famille: en quelques "images" on se souvient d'un moment précis, tendre et drôle
ps: pr cx qui adorent Azumanga Daioh: n'hésitez pas non plus devant Yotsuba&, je ne pensais pas non plus que je rirais autant (record: 12 min à rire de bon coeur sur la même page et à esquisser un sourire en y repensant)(source de ce tps: mon mari)

Videl
03-05-2006
   Tout simplement Hilarant...que dire sur ce manga?Les petites histoires peuvent rebuter...Car on a l'habitude d'une continuité entre chaque tome!Mais il y a un fil rouge entre chaque histoire...mais je pense que ce style de manga humouristique atteint 2 cibles de lecteurs: ceux qui adorent et ceux qui n'aiment pas du tout.Car c'est indeniable,l'humour tres decalé de azumanga daioh ne plaira pas à tout le monde...Dans mon cas il a fallu que je gagne un concours DVD "azumangadaioh" pour revoir mon jugement (basé que sur des prejugés je l'avoue...et puis ils sont chers les tomes...)!que ce soit en DVD ou en manga: l'humour est vraiment leger et parfois trop naif, mais c'est justement ce qui est tordant...

Alors mes amis: a vos mangas hihi

Langage SMS, injures, allusions aux scans interdits. Merci également de développer un minimum votre avis.
Tout avis posté sera vérifié avant d'être validé et d'apparaître ci-dessus.
Nom: Email:
Votre avis général :
Aucun
Votre avis sur ce manga?
Afin de confirmer que vous êtes une vraie personne merci de recopier les lettres que vous voyez ci-dessous
Recopiez le code   
Retour liste manga