Lolita HR par Delphine Rieu / Javier Rodriguez - 2007
2 volumes (édition arrêtée) - Shogun
Sens de lecture français - 130x185 mm - 7,95€
Pas de planning
Couvertures françaises Couvertures espagnoles

Donnez votre avis
Lire les autres avis

Lolita est la nouvelle idole du rock. Brisant les tabous, disant tout haut ce que certains pensent tout bas, elle hurle à la face du monde sa réalité : Néponine le despote les tient sous sa coupe et les abrutit pour qu'ils ne se révoltent pas. Notamment grâce à la peur du moment, celle du Marabout, une maladie mortelle qu'on ne sait pas guérir et qui aura entraîné la mort de centaines de milliers de personnes. Aujourd'hui, les contaminés sont parqués dans des sanatoriums, ressemblant plus à des mouroirs qu'à des endroits de vie... Médhi est l'un d'eux et il rêve de sa Lolita...

Lolita HR est un euromanga où l'on retrouve Delphine Rieu au scénario et Javier Rodriguez au dessin. Il aura commencé sa prépublication dans le Shogun Mag 1 avant de se poursuivre dans le Shogun Seinen. Chaque volume relié contient quatre chapitres.

C'est dans un univers bien sombre que nous plongent les deux auteurs. Un monde aseptisé par un despote arrivé au pouvoir en douceur et gardant sa position par l'utilisation de l'inertie d'une foule à qui l'on garantit sa tranquillité en échange de sa liberté de penser et de choisir. Abreuvé de propagande, gardé sous contrôle par un soupçon de petite rébellion innocente initiée par une rock star totalement manipulée par son entourage, le peuple reste bien sage dans sa cage dorée dont on retire de temps à autre les brebis galeuses contaminées par un virus mortel. Rien de tel en effet que la peur de mourir pour garder une population bien sage si on lui promet la survie au prix de son intégrité.

Mais le monde que Rieu et Rodriguez nous propose, déjà totalement vraisemblable par ces premiers éléments qui font d'office écho à une réalité pas toujours très éloignée de nous, se complexifie encore davantage quand la star Lolita, marionnette sans âme, se trouve être le centre même d'une vaste manipulation à plusieurs visages : celui de l'argent qui coule à flot au fur et à mesure qu'elle dénonce le manque de liberté imposé par le despote Néponine, permettant alors à une population enfermée de se défouler juste avant de retourner bien sagement en cage, mais aussi celui de la résistance prête à tous les sacrifices, même ceux qu'elle reproche au pouvoir qu'elle conteste, pour arriver à ses fins.
Evidemment, au milieu de tous ces jeux de dupes, un jeune homme risque d'être le grain de sable imprévu, celui qui troublera toutes les donnes, le facteur humain que tous avaient cru bon d'ignorer pour réussir leurs divers plans, qu'on a du mal à croire humanistes même de la part de résistants aussi intéressés par leur part de pouvoir que les autres. Même s'ils se posent parfois des questions sur la légitimité de leurs actes, sur ce qu'ils font risquer à d'autres par leurs décisions parfois plus poussées par l'envie d'en découdre qu'autre chose...

Les auteurs parviennent habilement à nous présenter tous les partis en présence, permettant alors au scénario d'atteindre un certain degré de complexité sans perdre le lectorat en cours de route. Les personnages sont rapidement mis en place et quelques pages suffisent à nous faire comprendre qu'ils possèdent tous de nombreuses facettes, mi-ange mi-démon et qu'il ne faudra en fait se fier à personne. Des personnages humains et complexes qui évoluent au fur et à mesure, ne restant pas figés dans leurs idées ou leurs actes.
Au milieu de tout ça errent Médhi le contaminé et Lolita la marionnette, aucun d'eux n'existant vraiment, n'ayant leur place dans une société qui décide tout pour vous.
Au premier abord, Médhi n'apparaît d'ailleurs pas comme très sympathique : faux idéaliste, vrai blasé, juste planqué dans ses rêves et ses fantasmes envers sa Lolita, il se laisse balancer au gré des cachets de la drogue Dreams qu'il avale pour oublier un monde fadasse où il s'ennuie. Rien n'a vraiment d'importance à ses yeux et le combat de résistance de ceux qu'il rencontre lui paraît sans raison d'être alors que lui-même est une des victimes du monde désabusé et fermé où il vit. Pour autant, il n'est pas agaçant car on le sent en gestation, devant juste comprendre vraiment certaines choses pour savoir que lui aussi a un rôle à jouer, ne devant pas juste rester un figurant moqueur des actions des autres. Mais le couperet de la maladie risque toujours de lui retomber dessus...
Une maladie bien pratique pour empêcher la population de se poser trop de questions, trouvant alors normal de voir les policiers débarquer au moindre souci sous prétexte de protéger le plus grand nombre de ces "dangers publics" que sont les contaminés.

Le dessin est travaillé, plutôt précis et permet sans problème de savoir qui est qui. La narration est particulièrement rythmée, sans temps mort, plutôt bien gérée même en suivant plusieurs pistes en même temps et parvient à nous mener d'un rebondissement à un autre, d'un parti à un autre sans jamais nous faire lâcher l'histoire, nous faire perdre pied. Les divers éléments, épidémie mortelle, despote, ordre policier totalitaire, résistance, show-biz débilisant, se mêlent avec justesse et équilibre pour nous proposer un euromanga très prenant et jamais déprimant malgré la noirceur du monde mis en scène. La galerie de personnages est importante, variée, chacun a son rôle à jouer dans cette jungle urbaine où l'espoir reste la denrée rare.


Note de septembre 2008 : Lolita HR quitte la collection Shogun pour intégrer directement la collection des Humano sous le nouveau titre "a.doll.a".

Note de juin 2011 : Les Humano ayant arrêté la série sans sortir d'inédit, Lolita HR revient cette fois-ci chez un nouveau éditeur, Eidola : réédition des deux premiers volumes en juin 2011 puis sortie du tome 3 inédit pour novembre 2011.

Droits images et couvertures: © Delphine Rieu & Javier Rodriguez 2007 - Les Humanoïdes Associés S.A.S. Paris


- un dessin maîtrisé, détaillé, parvenant à donner corps à l'histoire
- une narration rythmée et fluide, capable de nous plonger dans la complexité du scénario sans nous perdre
- une histoire donc assez complexe, tout à fait vraisemblable, travaillée et assez imprévisible
- des personnages profondément humains, dans leurs rêves comme dans leurs faiblesses

Au final, voilà un titre qui parvient à convaincre dès son premier volume, plantant un décor plutôt sombre avec son lot de désillusions, de manipulations et de personnages paumés à la recherche d'un monde où vivre en liberté. Mais sont-ils vraiment prêts à assumer le prix de cette liberté ?


Nombre de volumes lus: 2 au 10-12-2007
Retour liste manga


herbv
09-02-2013
   Voilà, j'ai profité d'Angoulême 2013 pour ramener les trois tomes de la série (faudrait penser à mettre la fiche à jour d'ailleurs) et je dois avouer que j'ai été agréablement surpris de la qualité de l'histoire. Certes, il y a un petit coup de mou durant le 2ème volume mais le récit repart bien ensuite. Médhi, tout personnage principal qu'il est, est quand même un sacré minable, tout comme un peu tout le monde, et ça, ça fait plaisir. Il ne reste plus qu'à attendre le dernier opus, pour cette année, j'imagine.

Langage SMS, injures, allusions aux scans interdits. Merci également de développer un minimum votre avis.
Tout avis posté sera vérifié avant d'être validé et d'apparaître ci-dessus.
Nom: Email:
Votre avis général :
Aucun
Votre avis sur ce manga?
Afin de confirmer que vous êtes une vraie personne merci de recopier les lettres que vous voyez ci-dessous
Recopiez le code   
Retour liste manga