7 milliards d'aiguilles par Nobuaki Tadano - 2008
4 volumes (édition terminée) - Doki-Doki
4 volumes (édition terminée) - Media Factory
Sens de lecture japonais - 130x180 mm - 6,95€
Pas de planning
Couvertures japonaises Couvertures françaises

Donnez votre avis
Lire les autres avis

Lors de son voyage scolaire, Hikaru Takabe, lycéenne solitaire faisant tout pour garder le reste du monde loin d'elle avec ses écouteurs sur les oreilles, se retrouve un soir seule sur la plage et voit une étrange étoile filante lui foncer dessus et la désintégrer... Quelques jours plus tard, la voilà en cours, ne sachant pas trop comment elle est arrivée là jusqu'à ce qu'elle entende une étrange voix lui parler malgré son casque. Une entité extra-terrestre est arrivée sur Terre dans le but de massacrer toute vie et Hikaru a pour mission de l'en empêcher !

7 milliards d'aiguilles est un manga en quatre tomes de Nobuaki Tadano que Doki-Doki nous propose de découvrir en version française. Un manga centré sur un seul mot : solitude.
Ainsi, la jeune Hikaru garde en quasi-permanence un casque vissé sur les oreilles, pour mettre une barrière entre elle et le reste du monde, ne supportant pas le brouhaha de la vie autour d'elle, souhaitant se couper de toute relation humaine. Quelle ironie quand elle se retrouve à devoir cohabiter dans son corps avec une entité qu'elle ne peut s'empêcher d'entendre malgré tous les casques du monde puisqu'elle lui parle directement de l'intérieur, étant qui plus est plutôt du genre bavarde... Ironie d'autant plus grande que l'entité en question a choisi Hikaru pour sauver l'humanité d'un fléau alors que la jeune fille ne supporte que la solitude et se débarrasserait bien de cette humanité qui l'ennuit. Difficile alors pour elle de se sentir concernée par la mission dont elle se retrouve chargée.
Évidémment, très vite, les choses vont évoluer et la jeune fille va devoir quitter l'apparente sécurité de son cocon pour se confronter aux autres, que ce soit par le biais de l'amitié avec deux camarades de lycée ou de la bagarre sanguinolente avec le déterminé Maelström.

On pourrait ainsi croire au départ que 7 milliards d'aiguilles n'allait être qu'une course-poursuite avec ce destructeur de monde qu'est le Maelström... et en fait, pas du tout. Cette partie de l'histoire est rapidement résolue et la structure de la série apparaît alors d'autant plus déconcertante. En effet, les volumes semblent être quasi-indépendants les uns des autres : le premier, c'est la combat contre Maelström, le second un retour aux sources familiales qui nous en apprend plus sur le passé d'Hikaru et ce qui l'a rendu aussi asociable, le troisième s'intéresse à la question de l'évolution des espèces, le quatrième enfin en termine avec cette notion de solitude sans toutefois aller vraiment au fond des choses. Ainsi, on ne sait jamais vraiment de quoi l'auteur veut précisément parler, la série changeant de direction et de style au bout de quelques chapitres pour passer alors à autre chose sans jamais aller jusqu'au bout de son raisonnement, restant donc au final assez superficielle dans ses "réflexions".
La symbiose entre Hikaru et cette entité extra-terrestre fait d'office penser à la série Parasite où le jeune Shin'ichi se retrouvait avec un alien à la place du bras droit avec qui il allait devoir collaborer pour éviter que les congénères de son nouvel "ami" continuent de bouffer chaque habitant de la planète. S'ensuivait alors, au fil des courses-poursuites et des tueries, des questions sur la hiérarchie des espèces, la cohabitation, la survie, et autres sujets apportant de la profondeur à ce qui n'aurait pu n'être qu'une simple boucherie complaisante et gratuite. Ce n'est pas le cas de 7 milliards d'aiguilles, dont le côté sanguinolent se calme rapidement dès le second volume, où la réflexion ne va au final guère plus loin que "Je ne veux plus être seule... T'en fais pas, on est amies".

Qui plus est, les humains de la série ont des nerfs d'acier car aucun ne ressort le moins du monde traumatisé après avoir pourtant vécu des expériences cauchemardesques, aucun ne se pose vraiment de questions même après vu des gens autour de lui se faire massacrer, tous acceptant les choses comme des robots sans états d'âme finalement pas super concernés par leur vie. Ainsi, le Maelström est responsable de la mort atroce de dizaines de lycéennes mais "c'est pas grave, c'est pas de sa faute, il était naïf et innocent...".
Hikaru est même un modèle de tolérance stoïque, ne trouvant à redire dans sa cohabitation forcée avec des énergies cosmiques que parce qu'elles se trouvent être un peu trop bavardes. L'ensemble des réactions des acteurs humains manque ainsi de cohérence et de vraisemblance, malgré toute la sympathie que l'auteur arrive à faire sortir de ses personnages qu'on ne connaît finalement pas beaucoup. Les deux bonnes copines d'Hikaru, certes responsables de la prise de conscience de la jeune fille dans le fait que les autres ont quelque chose à lui apporter, sont ainsi surtout là pour juste lui dire "on peut rien faire mais on t'encourage", alors qu'elles auraient sans doute pu être plus développées et prendre vraiment part à l'histoire dont elles ne restent bien souvent que basiques spectatrices impuissantes.

7 milliards d'aiguilles n'est pas un foirage total, loin de là, mais souffre sans doute d'être la première œuvre de Nobuaki Tadano, n'allant alors jamais au bout de ses multiples propos, tous tournant autour de la question de solitude sans jamais réellement faire de lien construit entre eux. La série est toutefois l'occasion de découvrir un auteur au coup de crayon personnel, dynamique et attirant, sachant narrer son histoire et parvenant à rendre ses personnages attachants et sympathiques. D'où la petite déception de ne pas les voir plus travaillés en profondeur, plus impliqués dans une histoire qui en revient au final au classique "Je vais sauver le monde parce que j'ai des amies"... Un peu décevant donc, la série ayant clairement du potentiel, mais un auteur assez prometteur qu'il convient de surveiller pour voir son évolution.
À noter d'ailleurs l'histoire courte présentée en bonus du dernier tome, dessinée avant la parution de la série et préfigurant le personnage d'Hikaru , "la fille retirée derrière ses décibels".

Droits images et couvertures: © Tadano Nobuaki 2010 - publié au Japon par Media Factory, Inc.


- un dessin maîtrisé et assez attirant, pas si classique, détaillé tout en restant lisible
- une narration énergique et claire malgré des personnages habitant le même corps
- des personnages attachants et attendrissants
- une base de scénario bien trouvée et intrigante
- une petite dose d'humour qui sait tomber au bon moment
- une histoire qui change de style et de cap en quelques chapitres
- l'auteur ne va jamais vraiment au bout de ses idées, passant d'un coup à autre chose
- des réactions pas très vraisemblables, les personnages spectateurs de trucs monstrueux pas du tout traumatisés, des morts qui s'alignent sans choquer
- une série qui n'exploite jamais véritablement son potentiel

Si le premier volume est assez intrigant, la suite de la série a du mal à tenir ses promesses, manquant de cohérence dans ses propos, n'allant jamais vraiment au bout de ses réflexions, restant très basique dans ses développements. Le manga n'est en pas moins divertissant et intéressant mais manque au final de profondeur malgré les sujets abordés.


Nombre de volumes lus: 4 au 18-10-2010
Retour liste manga


Simon
24-10-2010
Le premier tome est une actualisation du roman de Hal Clement ''Le Microbe détective'' (Needle, 1950), un classique de la SF qui avait déjà inspiré en son temps le ''Voyage fantastique'' d'Asimov.

Herbv
18-10-2010
   Comme Meier Link. En fait, je trouve la série excellente sauf sur le dernier tome qui part vraiment dans tous les sens et conclue trop vite l'histoire avant que le thème de l'évolution soit réellement exploité et explicité. Certes, ça semble partir un peu dans tous les sens mais j'avoue avoir beaucoup aimé ce côté imprévisible qui caractérisait le début de chaque volume. Une lecture que je ne peux que conseiller.

Meier Link
18-10-2010
   Un manga fort sympathique, une des bonnes surprises de cette année. Je suis plutôt d'accord avec la chronique, les défauts soulignés existent bel et bien, mais j'ai tout de même été moins dérangé que Morgan par ces carences au niveau du fond. C'est vrai qu'on ne sait pas trop où on va ni si on va arriver quelque part, mais j'ai trouvé l'ambiance vraiment prenante. Les dessins, les décors, il se dégage quelque chose de paisible du manga (paradoxal vu qu'il se passe un bordel pas permis dans le coin à cause du Maëlstrom). Le plus gros regret que je fais au manga, c'est qu'il se finit trop vite et que l'une des idées les plus réjouissantes (la multi-cohabitation) n'est finalement pas si bien utilisée que ça. Pour moi ce n'est pas un chef d'œuvre mais un manga fort agréable.

Langage SMS, injures, allusions aux scans interdits. Merci également de développer un minimum votre avis.
Tout avis posté sera vérifié avant d'être validé et d'apparaître ci-dessus.
Nom: Email:
Votre avis général :
Aucun
Votre avis sur ce manga?
Afin de confirmer que vous êtes une vraie personne merci de recopier les lettres que vous voyez ci-dessous
Recopiez le code   
Retour liste manga