Ristorante Paradiso par Natsume Ono - 2006
1 volume (édition terminée) - Kana
1 volume (édition terminée) - Ohta Shuppan
Sens de lecture japonais - 125x180 mm - 8,50€
Pas de planning
Couverture japonaise Couverture française

Donnez votre avis

Alors que sa mère l'a laissée depuis son enfance aux bons soins de ses grand-parents histoire de pouvoir profiter de ses secondes noces, Nicoletta, 21 ans, compte bien revenir dans sa vie de manière tonitruante, en révélant par exemple à son mari que sa chère épouse lui a caché quelques petites choses. La voilà qui débarque donc au restaurant Casetta dell'orso, tenu par Lorenzo alias beau-papa, prête à taper tout un scandale... Mais sa rencontre avec la brigade de l'établissement va vite lui faire revoir ses plans...

Début 2009, Kana nous propose de découvrir une nouvelle mangaka, Natsume Ono, avec Goyô. L'éditeur ne s'arrête pas là puisque début 2010, il continue avec Ristorante Paradiso, un one-shot suivi de la série, Gente. Commençons donc par ce one-shot, sorti en 2006 au Japon chez Ohta Shuppan. Même s'il est prépublié dans un magazine au nom très explicite, Manga Erotics F, rien de chaud ici, hormis peut-être les assiettes sortant des cuisines du restaurant Casetta dell'orso.

En effet, c'est à Rome que la mangaka nous invite à découvrir le quotidien de cet établissement réputé aussi bien pour la qualité de ses plats que pour l'allure, la gentillesse et le charme de ses employés. Pourtant, pas de beau gosse poseur aux abdo saillants à l'horizon mais des hommes d'âge mûr qui font craquer toute la nombreuse clientèle féminine avec leurs petites lunettes de presbyte, accessoire quasi-indispensable pour travailler là, la femme du patron étant grande amatrice de gentlemen.
Quand débarque Nicoletta, la fille vingtenaire de cette dernière, pas de réel bouleversement mais simplement un quotidien qui s'organise pour laisser sa place à la jeune femme, au départ quelque peu vindicative face à une mère qui l'a abandonnée enfant mais qu'elle va finalement apprendre petit à petit à connaître pour alors voir en elle plus qu'une immature irresponsable un peu fofolle. Être une mère fantôme pendant vingt ans ne veut pas dire qu'on est incapable du moindre amour maternel et qu'on ne s'intéresse pas à sa progéniture. Sans compter que la troupe du restaurant n'a pas son pareil pour apaiser les âmes, notamment le flegmatique et charmant Claudio...

Si le trait de Natsume Ono, assez particulier, anguleux, ne cherchant pas l'esthétisme technique parfait, pourrait paraître un peu froid au départ, il dégage vite au contraire une impression de chaleur et de douceur, ce qui est plutôt fort pour un manga en noir et blanc... L'ambiance au restaurant donne rapidement envie de s'assoir à une table et de se laisser guider par le charmant et discret Claudio, le ronchonneur et timide Luciano ou l'enthousiaste Vito et même déguster un bon verre sur les conseils avisés de l'attentif Gigi sans oublier les deux chefs, le paternel Furio et l'énergique Teo. Une belle équipe qu'on croirait au départ difficile à garder en mémoire et à reconnaître avec leurs lunettes et la simplicité des détails dessinés mais le trait d'Ono et sa capacité à fair ressortir le caractère des personnages dans leurs attitudes, leurs postures, leurs expressions permettent rapidement de s'y repérer sans souci. Pas besoin de grand discours pour faire passer les émotions, quelques regards, un sourire, suffisent pour en dire beaucoup, tout au long de ces petites tranches de vie simples et ordinaires. On s'attache alors vite à cette joyeuse tribu très familiale, aux relations bien plus complexes et travaillées qu'on ne pourrait l'imaginer. Chaque membre possède son propre caractère, ses particularités, ses émotions, son passé et la jeune Nicoletta va petit à petit apprendre à les connaître, sentant rapidement son cœur commencer à frétiller pour l'énigmatique Claudio, pas forcément très clair de son côté dans son comportement face à son ex. C'est peut-être aussi ce qui fait son charme...

Douceur, chaleur, générosité, délicatesse, humour, simplicité, subtilité, retenue... Si les mangas culinaires n'ont souvent pas beaucoup de succès en France, Ristorante Paradiso mérite largement le détour, s'attachant bien plus à ses personnages et leurs relations, leur vie quotidienne toute simple remplie de petits riens qui illuminent chaque page qu'aux recettes de cuisine. Et savoir qu'une série en trois volumes, Gente, permet de les retrouver ne rend la découverte que plus savoureuse.

Droits images et couvertures: © Natsume Ono 2006 - publié au Japon par Ohta Publishing Co., Tokyo



Retour liste manga
Langage SMS, injures, allusions aux scans interdits. Merci également de développer un minimum votre avis.
Tout avis posté sera vérifié avant d'être validé et d'apparaître ci-dessus.
Nom: Email:
Votre avis général :
Aucun
Votre avis sur ce manga?
Afin de confirmer que vous êtes une vraie personne merci de recopier les lettres que vous voyez ci-dessous
Recopiez le code   
Retour liste manga