A Lollypop or A Bullet par Iqura Sugimoto - 2008
2 volumes (édition terminée) - Glénat
2 volumes (édition terminée) - Kadokawa shoten
Sens de lecture japonais - 130x180 mm - 7,50€
Pas de planning
Couvertures japonaises Couvertures françaises

Donnez votre avis

Nagisa Yamada, jeune ado de 13 ans, attend péniblement que son année de collège se termine. Elle ne veut pas aller au lycée mais intégrer directement les forces d'autodéfense pour devenir adulte tout de suite et gagner de l'argent pour sa famille. C'est alors qu'une nouvelle élève arrive dans sa classe, Mokuzu, fille du chanteur Masachika Umino, célèbre des années auparavant. D'office, elle se présente comme une sirène venue dans le monde des humains pour en apprendre plus sur eux...

A Lollypop or A Bullet est une série en deux tomes adaptée d'un roman de Kazuki Sakuraba (auteure également de Gosick, dont l'adaptation manga sort chez Soleil Manga) par Iqura Sugimoto qu'on a déjà pu découvrir avec Variante (déjà chez Glénat) ainsi que la version manga du long métrage d'animation Summer Wars (chez Kazé Manga). À la lecture du résumé au dos du premier tome, on pourrait croire se retrouver là face à une simple petite chronique adolescente romantique sans guère d'envergure mais il n'en est en fait rien.

Quand elle fait la connaissance de Mokuzu Umino, nouvelle arrivante dans sa classe, la jeune Nagisa ne sait pas qu'elle va bouleverser toute sa vie en à peine un mois. Bien que totalement différentes, les deux jeunes filles connaissent un même mal-être, un vide, une souffrance que rien ne semble pouvoir combler et qui va les rapprocher bien que Nagisa fasse tout pour rester éloignée des autres. Depuis la mort accidentelle de son père il y a dix ans, elle vit avec sa mère et son grand frère, ce dernier ne facilitant pas le quotidien de sa famille aux faibles revenus : 17 ans, beau comme un dieu mais incapable de prendre sa vie en main, restant réfugié jour et nuit dans sa chambre, entouré de ses figurines, de ses livres, plongé dans des réflexions abstraites n'ayant guère de sens si elles ne sont pas confrontées à la réalité, vivant dans un cocon qu'il s'est construit pour échapper aux contraintes d'un monde qu'il ne veut pas assumer, dépensant les maigres ressources de sa famille pour alimenter sa fuite.
Sa jeune sœur, face à ça, réagit à son exact opposé : seuls le réel, le concret, les faits comptent pour elle qui ne parle que de "vraies balles" et pense s'engager au plus vite dans les forces d'autodéfense pour subvenir aux besoins des siens, assumant alors un rôle bien lourd pour elle. Ayant poussé le pragmatisme à son paroxysme, devenant presque cynique face à ses camarades qu'elle ne veut pas comprendre, elle ne supporte pas les futilités des filles de son âge, rejetant tout ce qui n'a pas une utilité première pour elle, refusant tout rêve, toute légèreté, fuyant alors le monde aussi à sa manière en en gommant certaines facettes qu'elle juge comme des obstacles à dégager sur sa route vers sa vie d'adulte responsable, même si ces facettes qu'elle exècre font aussi partie de la vie, qu'elle le veuille ou non.

Quand débarque Mokuzu, c'est un véritable choc de deux visions du monde. L'adolescente, fille d'un ancien chanteur pour midinettes, semble avoir tout pour elle : belle, riche... mais dôtée d'une personnalité incompréhensible pour les autres. Car elle aussi fuit le monde : derrière les apparences de bonheur parfait, elle vit un véritable enfer dans sa prison dorée, l'obligeant à se créer une autre existence pour survivre, jour après jour, sans aucune certitude que le lendemain sera meilleur, que ce n'est pas la mort qui l'y attend, fatalement. À force de consteller sa vie de mensonges aussi énormes que féériques, peut-être que l'horrible vérité qu'elle refuse de reconnaître réellement finira aussi par devenir un autre mensonge qui ne l'atteindra plus...
Nagisa se sent alors menacée par cette fille totalement à son opposé, tirant "des balles en sucre" pour adoucir une existence atroce. Mais les souffrances s'attirent et les deux adolescentes ont besoin du support de l'autre pour tenter de continuer à avancer même si aucune issue de secours ne semble en vue.

Nagisa qui se targue pourtant de ne s'intéresser qu'aux faits finit par se rendre compte qu'elle ne prenait en compte qu'une partie bien lisse et pratique de la réalité et qu'elle n'est peut-être pas aussi forte qu'elle le pensait face à des choses trop lourdes pour ses épaules de fille de 13 ans, découvrant une autre réalité qui la dépasse et qu'elle ne peut admettre, elle qui se complaisait dans son propre malheur pour se donner la motivation d'avancer et ainsi échapper à la médiocrité ambiante.
Un malheur qui n'est rien face à celui de Mokuzu, gamine au corps cabossé, à l'âme névrosée, incapable de faire la différence entre la haine et l'amour, incapable de savoir comment gérer ses sentiments et ceux des autres, incapable de savoir comment les montrer, s'accrochant à à son propre désespoir pour alimenter des mensonges devenant de plus en plus "sucrés" au fur et à mesure des horreurs qu'elle supporte.

À l'évidence, A Lollypop or A Bullet n'a rien d'un divertissement léger et romantique qu'on lit sur la plage pour se changer les idées. Mais on en ressort pourtant sans désespoir mais plutôt pensif avec une larmichette au coin de l'œil puisque toute cette tragédie finit par permettre à Nagisa et sa famille d'avancer réellement en arrêtant de se cacher les choses, ayant permis à chacun de faire des choix là où seul l'immobilisme béat semblait remplir jusque là leur routine quotidienne.
Les personnages sont complexes et subtilement décrits, dévoilant petit à petit leurs diverses facettes, leurs faiblesses, leurs peurs, leurs doutes, rendant leur décision d'avancer et d'évoluer d'autant plus forte et vivante.
Là où seul son avenir d'adulte intéressait Nagisa, elle comprend alors que son adolescence mérite aussi d'être vécue par tout ce qu'elle peut lui révéler, au travers de simples "balles en sucre" lui ayant bien plus appris que toutes les "vraies balles" qu'elle recherchait. Ce sont ces quelques années qui feront d'elle l'adulte qu'elle sera, avec ses souvenirs, ses fantômes, ses épreuves, ses futilités et ses petites joies.

L'auteure parvient donc à éviter tout misérabilisme, tout pathos mielleux avec une histoire assez casse-gueule qui avait tout pour sombrer dans le grotesque et le glauque. Les faits sont durs, crus, cruels même mais elle évite tout sensationnalisme, sachant ne pas en faire trop pour faire passer les subtilités des états d'âme de chacun, avec pas mal de délicatesse et de finesse là où certains y seraient allés à gros sabots.
Le trait est fin, délicat, maîtrisé, convenant plutôt bien au mélange réalisme-féérique de l'histoire, n'ayant pas besoin d'en faire des tonnes pour faire comprendre certaines choses qu'il n'y a pas à montrer pour en faire ressortir toute l'horreur ou la signification profonde.

Certes, on ne rigolera pas beaucoup, à moins d'être sérieusement atteint, à la lecture de ces deux volumes mais le propos, aussi rude soit-il, mérite qu'on s'y attarde, de par le traitement que lui a choisi Sugimoto.

Droits images et couvertures: © Iqura Sugimoto, Kazuki Sakuraba 2008 - publié au Japon par Fujimishobo Co., Ltd., Tokyo


- un dessin fin et maîtrisé, sachant faire passer pas mal de choses par des regards
- une narration vivante sans avoir besoin de moments d'action
- des personnages complexes, attachants, ne cherchant pas la sympathie mais la compréhension
- une scénario prenant et intrigant, bien amené, dramatique et parfois dur sans pour autant en faire trop
- histoire quand même un peu difficile, psychologiquement dure, avec certaines scènes choquantes
- les volumes sont un peu trop rigides et pas très agréables à tenir (ça ne gâche pas non plus la lecture mais la première impression n'est pas formidable)

Personnages attachants, complexes, subtilement décrits, histoire prenante difficile à lâcher, recherche psychologique intéressante et pas du tout lourde ou ennuyeuse, narration parfaitement lisible, vivante, ne versant jamais dans le verbeux lassant et fatigant : A Lollypop or A Bullet se révèle une œuvre dramatique sans temps mort, intense, touchante et délicate, parvenant à parler d'un sujet difficile plutôt habilement.


Nombre de volumes lus: 2 au 05-10-2011
Retour liste manga
Langage SMS, injures, allusions aux scans interdits. Merci également de développer un minimum votre avis.
Tout avis posté sera vérifié avant d'être validé et d'apparaître ci-dessus.
Nom: Email:
Votre avis général :
Aucun
Votre avis sur ce manga?
Afin de confirmer que vous êtes une vraie personne merci de recopier les lettres que vous voyez ci-dessous
Recopiez le code   
Retour liste manga