Kimi Wa Pet - Au pied, chéri par Yayoi Ogawa - 2000
14 volumes (édition terminée) - Kurokawa
14 volumes (édition terminée) - Kodansha
Sens de lecture japonais - 115x180 mm - 6,50€
Pas de planning
Couvertures japonaises Couvertures françaises Couvertures américaines Couvertures italiennes Couvertures allemandes

Donnez votre avis
Lire les autres avis

Sumiré, jeune journaliste, vient de se faire larguer par l'homme avec qui elle vivait depuis 5 ans : elle est brillante, belle, grande, il se sentait mal face à elle, il l'a trompée, fin de l'histoire. Elle vient également de se faire déloger de la prestigieuse place qu'elle occupait au journal où elle travaille pour avoir frappé un chef un peu trop entreprenant. Elle n'a aucun ami car tous la jalousent et lui cassent du sucre sur le dos : elle est parfaite, leur filant à tous de gros complexes ! Elle a l'habitude et change alors de stratégie pour se trouver un homme : il devra être plus grand qu'elle, avoir de gros diplômes et un gros salaire. Bref, les 3 G. Finis les complexes !
Mais voilà qu'un soir, elle retrouve sur le pas de sa porte un jeune homme perdu qu'elle recueille sans trop savoir pourquoi. Il est mignon, gentil : elle va l'appeler Momo, il va devenir son animal de compagnie !

Kimi wa pet - Au pied, chéri ! est un manga de Yayoi Ogawa prépublié dans le magazine Kiss de l'éditeur japonais Kodansha (magazines pour jeunes femmes) avec 14 volumes au compteur. Il s'agit d'un des quatre premiers titres marquant le lancement du nouvel éditeur français Kurokawa. Et pour un début, c'est ce qui s'appelle réussir son entrée...

Encore un banal manga de plus sur la recherche du prince charmant ? Pas vraiment... Le postulat de base est même plutôt original : une femme à qui tout semble réussir (même si sa vie amoureuse est une catastrophe et que sa vie professionnelle subit quelques revers) se retrouve du jour au lendemain à loger un jeune homme qu'elle adopte alors comme son animal domestique. Si cela pouvait faire craindre le pire, le traitement qu'en fait Ogawa rend l'ensemble particulièrement sympathique et attachant.

Comment se faire haïr par ses collègues en 5 leçons...

Voici donc Sumiré. Bardée de diplômes, ayant fait ses études à Harvard, ayant vite grimpé les échelons, elle travaille à la rubrique "International" d'un journal. Elle sort depuis 5 ans avec un homme, ça semble pas trop mal marcher... Elle est belle, intelligente, s'avère être un vrai cordon bleu, bref la femme parfaite, la battante comme on n'en voit qu'à la TV.
Mais ce n'est que la partie visible de l'iceberg. Car si ses collègues semblent à la base admiratifs, c'est loin d'être réellement le cas. La réussite, ça énerve et ça créé vite des jalousies. Elle a tout pour elle, comment rivaliser face à ça ? Bien sûr, si elle a réussi, c'est par chance, grâce à des facilités, pensent-ils... personne n'imagine qu'elle n'en est arrivée là que grâce à un travail acharné, qu'elle mérite réellement d'avoir tout ça et qu'elle s'est battue pour l'obtenir. Une femme qui réussit, ça énerve (mais un homme qui réussit, c'est un battant... bien sûr !). A leurs yeux, tout est facile pour elle.
Au final, elle les complexe tous et ils se servent d'elle pour légitimer leurs lâcheté, leur incompétence, leur paresse : ils n'ont pas toutes ses facilités donc c'est normal qu'ils se plantent ! Evidemment, en voyant les choses comme ça, ils finissent par lui faire endosser leurs échecs : comment se faire apprécier par ses collègues dans ses conditions ?

Vous aussi, faites fuir les mecs...

Mais le travail, ce n'est qu'une partie du problème... Quand les hommes s'en mêlent, ça devient infernal !
Très vite, à force de se battre pour évoluer et réussir, elle s'est construite sa propre prison avec sa manière d'être, un peu distante, passive et froide. Dans un jeu de la séduction qui rime parfois (souvent ?) avec domination, l'homme qui l'approche finit vite par se créer un gros complexe d'infériorité face à une femme telle que Sumiré. "Je t'ai trompée parce que tu es trop bien pour moi, je ne te mérite pas". La belle excuse...

Son ambition et son envie de s'en sortir seule coûte que coûte l'ont au final enfermée dans une jolie prison dorée de solitude où elle ne peut faire confiance à personne, où elle ne fait que jouer un rôle face aux autres pour ne jamais montrer la moindre faiblesse (qui serait de toute façon interprétée comme une nouvelle manigance pour monter encore plus haut !), pour ne jamais dévoiler qui elle est réellement.
Elle se fait donc plaquer d'un côté et mettre au placard de l'autre pour avoir fait part de sa désapprobation à son chef (est-ce de sa faute si une fausse dent s'est malencontreusement décrochée de la mâchoire de son chef après son coup de poing rageur ?).

Mais voici la solution à tous vos problèmes, pour la modique somme de...

Débarque alors un fringant berger allem... euh, jeune homme, danseur vagabond SDF dont la jeune femme va croire pouvoir se débarrasser en lui proposant de l'adopter comme animal de compagnie. C'est bien trop idiot comme idée pour qu'il l'accepte, voyons... Perdu !
Si leur relation s'établit alors sur ce postulat totalement farfelu et choquant pour ceux qui ne voient alors qu'un gigolo parasite et profiteur, elle a le mérite d'être claire : il n'est nullement question de séduction donc pas besoin de frimer, de cacher ses défauts, de mentir à l'autre. Sumiré peut enfin se montrer telle qu'elle est : un animal, ça ne la jugera pas.
Momo, puisque c'est son petit nom, gagne alors un privilège que peu d'hommes auront connu, celui de voir Sumiré sans son armure de protection, sans son maquillage, sans son air constamment cynique, blasé, désabusé d'une jeune femme qui ne croit plus à grand chose. Une jeune femme qui ne fait que suivre le flot des convenances imposées par une société à la poursuite d'une perfection consensuelle et conservatrice, restes de l'époque où la femme marchait quelques pas derrière son mari... Une jeune femme qui se force à se rabaisser face à des hommes qu'elle cherche supérieurs à elle pour éviter les complexes et les excuses foireuses, même si cela lui demande de jouer le rôle de la passive, de la soumise qui rigole aux blagues du mâle présent, qui fait semblant de s'intéresser à tout ce qu'il dit alors qu'il se fiche éperdument de ce qu'elle pense. Une jeune femme qui cherche le bonheur, comme tout le monde, sans vraiment savoir à quoi il ressemble pour elle, s'en tenant à ce qu'on lui a juste appris sans chercher à savoir ce qu'elle veut réellement.
Elle se retrouve alors tiraillée entre son côté "femme des années 2000" façon "moi j'ai besoin de personne pour vivre !!" (héritage familial et génétique sans doute) et le côté traditionnel "je me soumets à l'homme, je deviens sa boniche, sa prisonnière, son meuble". Ne sachant au final plus vraiment ce qu'elle désire, s'interrogeant... sauf quand elle est avec Momo avec qui tout est si simple et sans ambiguïté (enfin... normalement).

Car Momo la découvre telle qu'elle est, lui permettant d'évoluer, de changer, de s'ouvrir. Peut-être pour enfin réussir une vraie relation amoureuse avec un homme parfait, correspondant à son critère des 3 G (Grande taille, gros diplôme, gros salaire) sans être pour autant le simple goujat de base prétentieux et pompeux ? Sauf que ce mec parfait, ce n'est pas Momo, il se nomme Hasumi...
Et qu'en dit-il, Momo, lui qui ne correspond à aucun des critères de la jeune femme mais qui aura réussi à lui faire ouvrir son coeur ? Lui qu'elle ne voit que comme un animal de compagnie alors qu'il espère parfois un peu plus, qu'elle le voit enfin comme un être humain à part entière, sous sa vraie identité, autre que celle de Momo l'anti-dépresseur parfait mais non remboursé par la sécu, le compagnon des soirées solitaires qui écoute et donne sans rien demander en échange, sans rien juger, en appréciant les qualités de Sumiré sans aucune arrière-pensée, sans aucune jalousie ?

La recette miracle de Miss Ogawa ? Ses personnages...

Si on pouvait craindre de se retrouver face à une vision manichéenne genre "Sumiré face aux hommes, tous des cons !", la mangaka parvient très vite à apporter pas mal de profondeur et de subtilité à sa galerie haute en couleurs. Tous les personnages portent un masque qui se détache au fur et à mesure qu'on apprend à les connaître, à les découvrir.

Ainsi, derrière le regard blasé et fort de Sumiré se cache une femme un peu perdue dans sa tour d'ivoire, ne sachant pas trop ce qu'elle cherche, fatiguée de devoir tout encaisser car on la croit invincible et forte tel un bloc d'acier. Ainsi, tout le monde la voit comme sophistiquée alors qu'elle aime le catch, la lutte et que rien que l'idée qu'on lui ait effacé sa cassette du match des poids lourds de boxe lui donne des envies de meurtres...
Au final, elle a en fait gardé l'âme de la petite fille d'autrefois, écrasée par les exigences de sa famille, lui ayant ôté toute confiance en elle, la rendant terriblement instable, doutant toujours, ne sachant pas s'imposer.

Momo ou plutôt Takeshi, derrière son apparence de mec classique d'un shôjo manga, gentil, à l'écoute, généreux, mignon, etc. (le genre de mec que tous ses homologues masculins détestent), cache beaucoup de choses sur lui, n'étant pas que le simple rigolo qui aboie et parle comme un gosse de 4 ans. On le croit tout doux tout gentil mais il a appris à se servir de sa belle gueule pour se débrouiller, n'ayant pas beaucoup de scrupule quand il s'agit de manipuler ceux qu'il ne considère pas et s'avère en fait terriblement désabusé, cynique, blasé, lucide et facilement blessé même s'il ne le montre jamais.
De plus, sûr de lui, de son talent dans son domaine, suffisamment fort mentalement, ayant déjà du affronter et dominer ses démons et ses complexes pour danser, rien chez Sumiré ne risque de le faire douter de lui. Montrant alors à la jeune femme que ce qu'elle devrait peut-être chercher, ce ne sont pas des hommes aux 3G mais un mec lui ressemblant moins, capable d'affronter la vie, d'assumer ses peurs, ses erreurs et ses défauts.

Ils ne sont pas le contraire de ce qu'on croit qu'ils sont, c'est juste une de leurs multiples facettes. Ainsi, en effet, Sumiré a un côté sophistiqué mais également un côté très simple, nature, loin de la statue de glace hautaine et méprisante qu'on pourrait se plaire à imaginer. Momo est loin d'être un salaud, sait être gentil et attentif mais pour ceux (celles) qui le méritent selon lui. Tour à tour intéressé et prévenant. Elle en prend un coup, l'image du prince charmant...
Tous deux présentent à ceux qui les entourent une facette d'eux-mêmes différente selon la personne en face : quelle facette est la plus vraie ? Après tout, Sumiré semble très naturelle avec Momo, mais avec Hasumi, elle fond et ce sont bien plus son corps et son désir qui parlent, sont-ils alors moins naturels, moins sincères que sa tendresse pour Momo ?

Même Hasumi, prince charmant en chef, portant la lourde tâche d'incarner le parti parfait, paraît attachant, peut-être aussi paumé que Sumiré dans sa manière de créer une relation qu'il semble espérer solide. On adorerait le détester et on n'y parvient même pas... Il a ses défauts (enfin, pas beaucoup hormis qu'il est un peu lisse), ses paroles innocentes mais un peu malheureuses ("tu peux rentrer chez toi, même si tu finis pas le ménage, d'accord ?") mais il est sincère...

Vas-y, fais nous rire...

Tous en tout cas, que ce soit la meilleure amie de Sumiré"Je ne suis pas vieille !!", les collègues de bureau, l'ex-copain, etc. apportent un petit quelque chose qui construit petit à petit un univers cohérent, familier, attachant... et drôle. Car si le manga a son lot d'émotions au travers des doutes et des envies des personnages, il arrache également pas mal de rires à la lecture. Ogawa parvient à insérer énormément de second degré, d'ironie et d'auto-dérision, amenant son lot de clichés assez prévisibles (la réaction du mec face à Momo ? Momo qui arrive au mauvais moment ? La lettre qui glisse sous un meuble ? etc.) mais qu'elle détourne ou parodie, leur donnant même un côté très "oh ça sent le vécu tout ça !" (Sumiré se faisant de monstrueux films en se basant sur des détails insignifiants par exemple). L'ensemble est alors particulièrement rythmé, sachant alterner humour et émotion sans aucun temps mort. Le dessin peut faire penser à celui d'autres mangas du même type (Happy mania ou Piece of cake par exemple) mais en plus fin et plus détaillé, plutôt agréable à l'oeil dès qu'on s'y est habitué.

Droits images et couvertures: © Yayoi Ogawa 2000 - publié au Japon par Kodansha Ltd., Tokyo


- un dessin simple, adapté, sans fioriture inutile
- une trame de départ originale (et casse-gueule...)
- des personnages très attachants, humains et complexes qu'on apprend à connaître : ils ne sont pas si simples qu'on pourrait le croire...
- un humour ravageur
- un scénario qui tient la route, sachant se renouveler
- euh...

Bref, on se trouve là face à un manga pas forcément évident sur les premières pages, le temps de se prêter au jeu, devenant au fur et à mesure de plus en plus réjouissant, drôle, tendre et touchant. Car on ne se retrouve pas là face à un manga sociologique sur "la vie quotidienne d'une jeune tokyoïte en proie au machisme d'une société conservatrice"... mais bien face à une comédie romantique hilarante (Sumiranger, tu me feras toujours rire...) et émouvante, alternant légèreté et subtilité.


Nombre de volumes lus: 4 au 12-01-2006
Retour liste manga


Chloé
18-03-2008
   J'adooore ce manga!
La premiere fois que je lai lu jétais un peu craintive et le dessin était assez banal... mais au fur et a mesure je me suis habitué et maintenant je suis rendue au volume 11 donc sa veut tout simplement dire que je lai aimé non?
Sumiré est quelqu'un que je trouve trop attachant! Elle cache sa vraie personalité aux autres, mais à un coeur pure! Momo je l'adore celui-là!^^ Il est trop mignon!!! J'aimerais avoir un animal comme lui moi aussi!
enfin bref je vous recommende ce manga! Les dessins sont difficile au début mais l'histoire est splendide :D

Liyah
13-06-2007
   Au départ en lisant letitre du manga je me suis dis : "Houla ! On va avoir droit à un manga de féministe ...." Mais je suis tombée sur une prépublication du premier chapitre et j'ai tout de suite était conquise. Les personnages sont vraiment attachant, l'histoire est prenante, ...
Ce n'est pas un shôjo banal, je trouve. En tout cas il fait partit de mes mangas préférés. N'hésitez pas une seule seconde.

skizyk
10-06-2007
   Enorme ! C'est le seul manga pour fille qui m'ait plu a ce point ! PAs de nunucherie, un humour omniprésent, des personnages matures et très humains... Les dessins sont un peu moins beau que dans d'autres shojos ou joseis, mais ils rendent pas si mal. On passe vraiment un bon moment a devorer cette série, même quand on est un mec !

thildou-le-chat
14-01-2007
   Qui n'a jamais rêvé d'avoir un homme comme animal de compagnie ?! LoL Ce manga est frais. A chaque fois que je le lis, je suis morte de rire. Je trouve les dessins supers et les personnages super attachants (sauf que je hais Rumi !) Voila ! J'le conseille à fond et j'ai déjà contaminé pleins de mes amies avec ce manga !

Anonyme 19-03-2006
   Franchement, ce manga est à lire d'urgence pour ceux qui ne le connaisse pas ! Les personnages sont intelligement décrits et extrêmement attachants. L'histoire est brillante et tout le monde s'y retrouve (même s'il est plutôt destiné aux filles qu'aux garçons). En gros, même si les dessins peuvent déplaire à certain, n'hésitez plus et lisez le.

Lou
23-01-2006
   Ce manga est l'un des rares sur lesquels j'ai flashé. Je trouve superbes les dessins, qui me paraissaient vraiment affreux au début : je pense qu'ils sont pile entre le style manga et le style réaliste.
Sinon, j'adore Surimé, Momo, Ran, Yuri et même un peu Hasumi mais ce que j'adore, c'est les petits délires que Sumiré fait parfois toute seule, même si les SD ne sont pas très bien faits.
Bref, dès que j'ai lu ce manga, je me suis dit : faut que je l'achète!!!!!

kagura-chan
22-01-2006
   Ce manga est réelement excellent!!!
Il a tout pour plaire:
un scénario original,des personnages attachants,une réflexion interessante sur le role de la femme à notre époque...
sans compter un dessin superbe et un humour ravageur et proche des femmes...
Je le recommende chaudement!

Sil
16-01-2006
   Très bon manga, qui sait éviter les clichés, les sentiments et l'humour sont savement mélangés, les personnages ne sont pas lisses comme trop souvent dans certains mangas, enfin que du bonheur à lire !

Daiya
15-01-2006
   Ce manga est genial. Personnellement j'aime les dessins, l'histoire est tres bien construite et originale quant aux personnages ils sont tous aussi interressants et recherchés les uns que les autres ! Une serie qui se doit d'etre dans toutes les bibliotheques ;p

Hélèniouu !!
14-01-2006
   Excellent ce manga.
J'ai adoré à lire d'urgence !!
Il ne faut pas ce fier aux dessins qui sont pas super mais apres on s'habitue et sa devient un vrai plaisir !!!!!!!!!!

Kurumiknil
12-01-2006
   Moi j'adore ce manga ! bien que je trouve les dessins plutot moches, mais bon comme toujours l'histoire est tellement bien que j'ai passé ce detail! je trouve que ce manga montre bien à quel point le niveau social est important au Japon!!

Il faut vite que j'aille m'acheter le volume 4!!

(ps : Kurumi = Kurumiknil)

Langage SMS, injures, allusions aux scans interdits. Merci également de développer un minimum votre avis.
Tout avis posté sera vérifié avant d'être validé et d'apparaître ci-dessus.
Nom: Email:
Votre avis général :
Aucun
Votre avis sur ce manga?
Afin de confirmer que vous êtes une vraie personne merci de recopier les lettres que vous voyez ci-dessous
Recopiez le code   
Retour liste manga