Gunslinger Girl par Yu Aida - 2002
14 volumes (édition en cours) - Kazé Manga
15 volumes (édition en cours) - Media Works
Sens de lecture japonais - 128x182mm - 8,50€
Planning de sortie
Couvertures japonaises Couvertures françaises Couvertures allemandes Couvertures américaines Couvertures italiennes

Donnez votre avis
Lire les autres avis

Henrietta, Triela, Rico, Claes, Angelica... Voilà quelques-uns des noms de ces Gunslinger Girls, redoutables machines à tuer aux capacités surhumaines qu'on envoie sur des missions d'assassinat commanditées secrètement par le gouvernement. Mais au delà de leur corps sophistiqué, elles restent des petites filles au besoin d'amour et de reconnaissance d'autant plus décuplé que leurs capacités sont surhumaines...

Le magazine Daioh de septembre 2006 avec Gunslinger Girl en couverture

Gunslinger Girl est un manga de Yu Aida, toujours en cours au Japon où 7 volumes sont parus pour le moment chez Media Works (prépublié dans le Dengeki Daioh).
Asuka nous propose une version française plutôt originale puisque deux versions sont disponibles pour chaque volume : la version classique composée du seul manga, et la version collector présentée sous forme de coffret contenant le manga et un DVD. Chaque DVD contient notamment 1 ou 2 épisodes de la série TV éditée par Kaze de manière à obtenir, quand le manga sera terminé, la totalité de l'adaptation animée (13 épisodes en tout).
Le 6ème volume quant à lui sera disponible dans une troisième version, limité à 200 exemplaires, comprenant le manga, le DVD et une figurine.

Le premier coffret de Gunslinger Girl version française chez Asuka

Voilà bien un manga très paradoxal comme le laissent sous-entendre les couvertures : de mignonnes fillettes portant un flingue... On entre d'office dans une série à la base quelque peu dérangeante : une organisation gouvernementale se faisant connaître sous le nom, franchement ironique, de bureau d'aide sociale, est en fait chargée des sales besognes du pouvoir. Se débarrasser de chefs mafieux (nous sommes en Italie), protéger un témoin, neutraliser l'ennemi désigné sont les missions courantes de ses agents. Mais pas n'importe quels agents : des fillettes abandonnées par leur famille suite à un lourd handicap ou seules survivantes de massacres traumatisants. Bref, de jeunes adolescentes à l'apparence sage et innocente que l'on a transformées en machines à tuer en les dotant d'un corps artificiel et en les dopant de drogues diverses pour leur faire subir un lavage de cerveau appelé reconditionnement. Des jeunes filles restées pures malgré le sang qu'elles ont sur les mains...
Certes, leur sort de départ n'était guère enviable : Henrietta victime avec sa famille d'un tueur en série, Rico handicapée de naissance, Angelica victime de ses propres parents... Mais devenir des poupées tueuses à l'âme plus ou moins jetable, est-ce vraiment un meilleur sort ?
Néanmoins, le manga évite soigneusement de jouer la complaisance et la violence gratuite. Il n'y a aucun plaisir morbide et malsain qui se dégage de la situation. Ces fillettes sont totalement conscientes de leur situation tout en étant victimes un rien résignées des effets secondaires de leur traitement : elles savent que leur mémoire peut perdre les pédales, elles savent que ce qu'on leur a appris à ressentir est artificiel, elles savent que ce lien entre elles et leur instructeur n'est basé que sur du vent.
Car chacun d'entre elles est en binôme avec un adulte responsable, et c'est en duo (fratello dans leur langage) qu'ils opèrent. Chaque instructeur a ainsi son propre style : si certains ne voient en ces fillettes que des poupées sans âme, des outils pour travailler auxquels il ne faut surtout pas s'attacher, ne les traitant alors jamais en êtres humains qu'elles ne sont plus selon eux depuis leur reconditionnement, d'autres ne voient pas les choses de manière si déshumanisée. Ainsi, si Jean traite Rico comme un objet indispensable mais jetable, son frère José ne peut s'empêcher de voir en Henrietta une sorte de petite soeur à protéger et cajoler alors que c'est elle qui peut lui sauver la vie dans les situations dangereuses. Relation paradoxale, ambiguë et déstabilisante où le simple intérêt peut laisser sa place à l'amour et l'attachement sans crier gare...

Gunslinger Girl n'est alors pas un manga d'action pure comme on aurait pu le croire mais comporte pas mal d'introspection et de psychologie, fouillant les rapports entre ces êtres hors norme se balançant entre rationalité froide et humanité un peu paumée. Constamment, ce paradoxe ressort : ainsi, les fillettes vivent constamment ensemble, appréciant chaque moment d'une vie qu'on leur a autant redonnée que volée (si l'agence n'avait pas été là, que seraient-elles devenues ? Mais en même temps, pour quel destin...). Elles bavardent ensemble comme toutes les petites filles de leur âge, mais en même temps nettoient leur flingue comme des professionnels. Rougissent en pensant aux garçons ou à leur instructeur mais n'hésitent jamais à tuer sur demande, sans aucun remord ou état d'âme même s'il s'agit d'une connaissance qu'elles doivent exécuter. Chantent sur du Beethoven en regardant les étoiles filantes avec innocence et fraîcheur tout en sachant que demain, elles devront tuer. Appréciant alors d'autant plus cette vie qui leur est si précieuse et si vaine en même temps puisqu'elles ne vivent que par rapport à leur responsable pour qui elles feraient tout. Mais capables également d'admirer avec sérénité ce beau ciel bleu ou les premiers rayons du soleil de printemps.
Le Bien et le Mal deviennent alors des notions troubles devant elles : si leurs instructeurs, en être humains tout à fait basiques, peuvent voir les limites de la moralité de leur travail, elles n'ont été éduquées que dans un seul but, obéir. Suivre les ordres et réussir la mission, c'est le Bien. Rater ou désobéir, c'est le Mal. Quel remord devaient-elles alors ressentir après avoir accompli brillamment leur mission, même si cela voulait signifier tuer de sang froid, sans se poser de questions ?

Yu Aida ne cherche en tout cas pas la facilité : là où on aurait pu s'attendre à l'habituel manga de flingues avec jolies minettes à la jupette virevoltante dévoilant une petite culotte aguicheuse accompagné d'une morale vomitive, il (elle ?) instaure plutôt un cadre psychologique, fouillant les relations des duos, le malaise de ces jeunes filles à la place toute relative. Leur donnant à toutes une identité bien distincte, une manière d'agir et de réagir personnelle, Triela la grande soeur lucide et protectrice, Henrietta la fillette mignonne, Rico l'innocente optimiste, Claes le cobaye résigné mais serein, etc..
Au final, si scènes d'action il y a, elles ne sont pas si présentes que ça. Ce qui n'est pas forcément un mal car le style de dessin est plutôt figé, contemplatif et sied mal à l'action brute, d'où l'abus des lignes de vitesse qui alourdissent quelque peu ces scènes. Ainsi, si certains chapitres sont exclusivement fixés sur l'accomplissement des missions, d'autres ne nous font suivre que le quotidien presque tranquille des Gunslinger Girls dans leur QG. Nous dévoilant et développant leurs relations, leurs rêves, leurs doutes, dévoilant également toutes l'équipe humaine autour d'elles, au sentiment là aussi très diversifié.
Mais le tout n'est pas que psychologique, il est également stratégique et politique : ce bureau d'aide sociale est au coeur de multiples complots notamment séparatistes et doit déjouer bon nombre d'attentats en préparation. La politique mise en scène est plutôt détaillée, voire complexe, ne rendant pas toujours aisée la lecture. Fort heureusement, le mangaka nous a d'abord bien présenté les différents fratellos et les autres membres de l'agence avant de les lâcher dans la nature, nous apportant également au détour d'une page un flash-back de temps à autre (reconnaissable à la bordure noire) nous donnant quelques clés, épaississant les relations.
De plus, on ne nous montre pas qu'un seul point de vue mais ceux de tous les bords. Les membres du bureau ne sont pas les seuls que l'on suit puisque l'on apprend à connaître ceux que l'opinion nomme terroristes, poseurs de bombes guidés par une idéologie faisant fi des moyens employés ou simplement avides de pouvoirs. Mais sont-ils finalement si différents de leurs ennemis ?

Voilà en tout cas une série complexe, fouillée, dérangeante de par son sujet mais qui ne cherche aucunement à faire la morale ou imposer son jugement, nous poussant par contre à revoir notre propre notion de Bien et de Mal, notions qui deviennent bien relatives selon le contexte. Les fillettes sont extrêmement attachantes dans leur envie de réussir à s'intégrer dans cette nouvelle "chance" qui leur est donnée, cherchant à réapprendre à vivre tout en assumant leurs nouvelles fonctions, étant parfaitement rationnelles et lucides sur leur rôle et leurs limites. Elles ne demandent rien sinon un peu d'amour, gardant alors cette petite étincelle d'humanité que certains ne veulent pas voir et encore moins entretenir. Prêtes à tout pour ça, pour gagner leur place dans une société qui les a oubliée et transformée en arme, elles ne demandent qu'une chose, toute simple : vivre...

Droits images et couvertures: © Yu Aida 2005 - publié au Japon par Media Works Inc., Tokyo


- une base déstabilisante finalement bien maîtrisée, ne cédant pas à la facilite du racolage malsain
- les scènes d'action alternent avec les moments plus calmes, la psychologie des personnes est très développée
- des personnages attachants, dévoilant leurs blessures au fur et à mesure
- une ambiance parfois sombre mais jamais pesante ou trop glauque
- des intrigues complexes, bourrées de magouilles politico-stratégiques travaillées
- un dessin peut-être un peu figé mais dont Aida parvient à pallier les faiblesses en évitant l'action inutile
- des scans peut-être un peu sombres...

Evitant la facilité racoleuse et un peu limite d'un volume de Gunsmith cats mais aussi la lenteur cachant le néant scénaristique d'un épisode de Noir, Yu Aida nous propose avec Gunslinger Girl un manga profond et intelligent, nous questionnant sur les notions du Bien et du Mal, de l'amour et du pouvoir au travers du regard de ces gamines pas comme les autres, poupées sans âme pour certains, gamines à protéger pour d'autres, déesses de la Mort sans remord pour leurs victimes désignées...


Nombre de volumes lus: 5 au 31-08-2006
Retour liste manga


Yannick V Martin
04-04-2012
Je suis tombé par hasard sur ce manga et j'apprécie énormément la saga, aussi bien les livres que le dessin animé.

Ikkyu
02-11-2007
   Gunslinger Girl est plus fait de psychologie que d'action. Ainsi on découvre le passé de chaque jeunes filles et leur relation avec leur tuteur, entre amour et conditionnement, il n'est pas simple de faire la différence, entre enfant et robot doté de vie, les tuteurs ne réagissent pas de la même manière.
Ce passé qui même après un lavage de cerveau demeure d'un façon inexpliqué bouleversant la vie nouvelle et inexpérimenté des ces jeunes cyborgs.
D'autre part, Yu Aida fait ressortir le côté politique (tout à fait réaliste) d'un pays : l'Italie. Un pays coupé en deux, faisant apparaitre des conflits entre politiciens et policiers tout deux corrompus et parties extrémistes allant jusqu'au terrorisme pour défendre leurs idéaux. Ainsi le scénario ne se résume pas une une suites de petites histoires sans aucun rapport, elles se croisent, se lient et complètent par la même occasion le passé de certains personnages.
Pour ce qui est du dessin, il est vrai que les premiers tomes sont assez sombre, mais vers le tome 5 (si je ne me trompe pas) Yu Aida n'est plus seul sur le manga, les dessins deviennent alors plus clairs, vivants, détaillés et jolis sur les personnages et surtout sur les décors.
Personnellement un coup de cœur.

skizyk
13-09-2006
Je ne met pas de smileys car j'ai encore du mal a juger cette série au bout de 5 tomes.
D'un coté j'avais été très surpris par le coté non violent et non racolleur de ce manga. En lisant le synospsis, je me disais que ca allait etre du niveau de Battle Royale ou de Gantz. En fait non, pas du tout, rien a voir. La violence réside surtout dans la froideur qui se dégage des petites filles et de leur liens parfosi complexe avec leurs tuteurs. Pas de boucheries ni de giclées de sang exagérées. Bon point !
Ensuite, j'avais trouvé les 4 premiers tomes franchement mou... Ca manquait d'action tout ça ! C'ets bien gentil mais c'est pas très rythmé. Et puis les dessins sont pas sensass.
Et la, tome 5, grosse claque : ce tome poutre, roxxe, décalote, arrache sévère! Il est magnifiquement construit, le dénouement est haletant et pas vraiment prévisible, de la bombe ! Et c'ets la qu'on s erend compte que tout avait été préparé dans les tomes précédents...
Donc j'attend la suite pour voir. En espérant que le rythme de parution japonais soit pas trop lent et qu'on est pas a attendre les tomes trop longtemsp (pour le moment rien a dire, et de toute façon, on pourra rien y faire).

Wang Tianjun
06-09-2006
   Je n'ai pas grand chose à rajouter à la chronique qui a été faite... en effet l'habit ne fait pas le moine et la couverture avec une jeune fille avec un Gun ne signifie pas forcément action pure et petites culottes dans tous les sens lol

On a là un manga profond, intelligent, mais il fo adhérer à l'idée, on aime ou on aime pas. A savoir que ici on est plus spectateur que dans d'autres mangas du genre ou on s'implique plus (je pense à Transparent et là question du "et si c'était vrai" ? )

En fait, le reproche que je pourrais faire à Gunslinger, c'est qu'il réclame un effort de concentration pour bien comprendre l'ensemble. A ne pas lire en écoutant un CD ou en mangeant en même temps lol.
En effet, après un début qui présente chaque Gunslinger girl, on entre dans l'intrigue avec les séparatistes... inclure ce manga dans un univers européen (en Italie), c'est une bonne idée, mais il aurait fallu intégrer en fin de manga un point sur la situation en Italie, sur la mafia, tout ça.. parce que certaines notions sont assez obscures

Mais passé ce problème de compréhension, c'est que du bon ^^

Langage SMS, injures, allusions aux scans interdits. Merci également de développer un minimum votre avis.
Tout avis posté sera vérifié avant d'être validé et d'apparaître ci-dessus.
Nom: Email:
Votre avis général :
Aucun
Votre avis sur ce manga?
Afin de confirmer que vous êtes une vraie personne merci de recopier les lettres que vous voyez ci-dessous
Recopiez le code   
Retour liste manga