Mushishi par Yuki Urushibara - 2000
10 volumes (édition terminée) - Kana
10 volumes (édition terminée) - Kodansha
Sens de lecture japonais - 127x180 mm - 7,35€
Pas de planning
Couvertures japonaises Couvertures françaises Couvertures espagnoles

Donnez votre avis
Lire les autres avis

Un garçon, seul, dans une maison au fond de la forêt. Il écrit quand soudain, un de ses kanji prend vie et s'envole pour finalement atterrir dans les mains d'un homme aux cheveux blancs qui arrive justement. Ce dernier s'appelle Ginko, c'est un mushishi, un expert en mushi. Il vient à la rencontre de Shinra Ioroi, le garçon qui détient le pinceau des dieux. Mais peut-être n'est-il pas si seul que ça dans cette grande maison...

Mushishi est le premier manga de Yuki Urushibara, prépublié dans le magazine Afternoon de Kodansha. En plus d'une série TV de 26 épisodes, il a également été adapté en 2006 en film live par Katsuhiro Otomo, jusque là plutôt adepte des films d'animation. Et c'est finalement Kana qui se charge de nous faire découvrir cet étrange manga en version française.
A noter qu'il a reçu en 2006 le prix Kodansha en catégorie Général.

Etrange manga bien difficile à cerner et encore plus à commenter...
Au travers d'histoires auto-conclusives, et impossibles à dater - on pourrait tout aussi bien être au 16ème qu'au 21ème siècle puisqu'on reste de toute façon en pleine nature sans rien de moderne qui transparaisse - Mushishi nous emmène à la rencontre d'un monde totalement différent du nôtre et pourtant si proche, celui des mushi, petits êtres aux frontières de la vie, invisibles pour la plupart des gens. Un monde à part, qui suit ses propres règles et ne s'intéresse pas à celui des humains même s'il y a souvent des interférences, des rencontres pouvant être aussi tragiques que magiques.

En soi, pratiquement chaque histoire de Mushishi suit le même principe : on commence par une mise en situation énigmatique, Ginko le mushishi arrive, soit par hasard au fil de ses pérégrinations soit suite à une demande, examine la situation, la résout après quelques recherches... Pour autant, on ne ressent aucune lassitude, aucune impression de répétition car l'inventivité dont fait preuve la mangaka pour mettre en scène ses mushi est étonnante, nous plongeant en plein coeur d'une culture japonaise empreinte de croyances shinto et animistes ce qui teinte le tout d'une aura de mystère et de merveilleux. Tout en sachant rester simple puisqu'on est au plus près de la nature. L'ambiance créée est unique, délicate et profonde, onirique et poétique. Un peu comme un cours d'eau tranquille en surface alors qu'il déborde de vie en dessous et que rien ne le laisse transparaître.
Le rythme n'est ni empressé ni ennuyeux, mais plutôt apaisant malgré les drames qui peuvent s'y nouer, la vie et la mort se croisant, comme les deux faces d'une même pièce, et on ne se retrouve jamais face à un manichéisme primaire. Aucune notion de Bien ou de Mal ne vient en effet ternir le déroulement des enquêtes du mushishi, aucune forme de jugement ne vient entraver le cours des mushi.

Ginko semble même un mushishi d'exception car contrairement à certains de ses "collègues" qui paraissent faire bien peu de cas des mushi qu'ils traquent, n'y voyant que vermines à exterminer, il pense plutôt vie en symbiose. Après tout, les mushi sont ce qu'il y a de plus proche de la vie originelle, de son essence même, pourquoi l'homme s'arrogerait-il le droit de sceller définitivement leur sort pour servir son propre intérêt ?
Car si l'intervention des mushi dans la vie humaine peut conduire au drame, ce n'est pas par méchanceté ou envie de nuire de leur part, simplement parce qu'ils sont ce qu'ils sont. S'ils ont besoin de se nourrir de bruits, de lumière, si leur manière d'exister risque de tuer, ce n'est pas de manière volontaire et consciente, c'est un simple fait. Aux humains de l'accepter et d'agir en conséquence, de s'adapter. Après tout, la cohabitation avec les mushi peut également se révéler bénéfique et permettre aux humains de découvrir la beauté et la pureté intemporelles de ce qui les entoure, s'ils sont prêts à en payer le prix.

Le trait d'Urushibara me fait beaucoup penser à celui de Kei Toume (notamment dans Les lamentations de l'agneau ou Kuro Gané), sans trop savoir pourquoi... peut-être par la sensibilité qui s'en dégage, la mélancolie qui l'imprègne, la délicatesse et la sensibilité un peu sombres mais jamais lugubres qui s'y développent ou encore par les yeux des personnages, dont le regard semble se porter au delà de l'horizon ?
Dans un autre style, on peut également penser à Genzo le marionnettiste de Yuzo Takada pour le personnage principal un brin mystérieux qui va de quête en quête en trimbalant sa science si personnelle avec lui mais aussi au Cortège des cent démons d'Ichiko Ima pour son ambiance et l'inventivité des histoires, nous faisant plonger en plein coeur des croyances et légendes japonaises. On peut sans doute voir aussi un peu de Sorcières de Daisuke Igarashi, mangaka qu'Urushibara cite volontiers dans ses influences.
Côté narration, elle demande parfois à ce qu'on s'y reprenne à deux fois pour bien comprendre un passage, énormément d'indications et de détails nous étant donnés constamment et prenant tout leur sens au fur et à mesure, sans pour autant que cela soit éreintant à lire mais apportant au contraire une profondeur inattendue. Il y a de quoi être un peu dérouté au départ mais finalement, cela correspond plutôt bien au style du manga, nous entraînant dans un monde à part, un petit bout de rêve éphémère qui suit le cours de la vie, sans regarder en arrière, sans regret, sans aigreur ni cynisme. Le fil de la vie, le plus simplement du monde.

Droits images et couvertures: © Yuki Urushibara 2002 - publié au Japon par Kodansha Ltd., Tokyo


- un graphisme simple et sobre, sans doute pas parfait mais qui dégage quelque chose d'apaisant
- une ambiance unique, douce et poétique, mystérieuse et merveilleuse
- Ginko le héros, sympathique et rassurant, avec ses petites pointes d'humour et son ouverture au monde qui l'entoure
- une galerie de personnages au rôle éphémère et pourtant travaillés et complexes, attachants et simples
- des histoires inventives, nous plongeant dans le Japon des croyances animistes, avec des mushi toujours différents
- pas de manichéisme, de jugement, de morale, juste des histoires de vie
- une narration parfois un peu déroutante, en tout cas au début

Au final, Mushishi est un manga terriblement charmeur si on se laisse prendre par son ambiance unique, ses histoires fascinantes et pourtant si simples, ses personnages vite attachants et plus complexes qu'on pourrait croire, nous faisant plonger dans leurs émotions, leurs expériences pour les comprendre en quelques pages seulement, sobrement, sans superflu. On apprend à découvrir Ginko le mushishi, toujours serein et calme, ne connaissant pas tout des êtres qu'il attire mais acceptant d'apprendre et de découvrir au fil de ses rencontres. Magique !


Nombre de volumes lus: 3 au 02-11-2007
Retour liste manga


yas
15-01-2011
   Une trés belle série unique en son genre, des dessins trés beaux et une histoire originale. J'ai lu le premier tome et wahou! j'ai dévoré les autres!

Marie
11-06-2009
J'ai acheté le premier volume totalement par hasard... D'abord à cause du titre "Mushishi"... Si si, répétez le plusieurs fois, on dirait un murmure ! Et puis, pour ses dessins qui me parraissaient assez simples et finalement très beaux. Dès la fin du premier chapitre, j'étais déjà résolue à acheter le deuxième tome. L'atmosphère créée est incroyable, calme, sereine, un peu mélancolique, très poétique. A chaque nouveau tome, j'avais comme un objet précieux entre les mains... Et les pages couleurs ! (de l'aquarelle ?) Toutes ces couleurs !
Un manga qui détonne par son ambiance (ni baston, ni histoire d'amour pompeuse, pfiou !) et qui m'a fait l'effet d'une bouffée d'air !

mii-chan
02-01-2008
   Enfin un manga qui change!!!
Plus d'affrontement méchants/gentils.
Je l'ai acheté dès sa sortie, j'en avais déjà beaucoup entndu parler et je ne regrette pas de l'avoir acheté!!!
Ce manga est plein de poésie, toutes les histoires sont différentes et n'ont pas forcément une fin heureuse....

Magique, c'est le mot qui correspond le mieux à ce manga!

Katoru
17-11-2007
De Mushishi, j'ai d'abord vu l'anime avant de me pencher sur le manga. Les deux supports m'ont laissé une impression très étrange. Je ne sais pas si j'aime ou si je déteste mais ce dont je suis sûre, c'est que cette histoire ne m'a pas laissée indifférente.
L'ambiance est tout simplement unique. Feutrée et mélancolique, parfois oppressante, parfois à la limite du malsain, on ne sait jamais vraiment à quoi s'attendre, ni dans quelle époque on se trouve - des fois j'ai même eu l'impression que notre expert en mushis avait la capacité de voyager dans le temps.
Pour moi, c'est un petit OVNI dans le monde du manga et comme toutes les histoires d'objet volant, il me laisse un peu perplexe.

Blood
04-11-2007
Ta chronique me donne furieusement envie de me pencher sur cette série qui m'intriguait déjà depuis un bon moment, Morgan ! Merci à toi !
(Note de Morgan : j'espère que la série te plaira autant qu'à moi... Bonne lecture !)

Langage SMS, injures, allusions aux scans interdits. Merci également de développer un minimum votre avis.
Tout avis posté sera vérifié avant d'être validé et d'apparaître ci-dessus.
Nom: Email:
Votre avis général :
Aucun
Votre avis sur ce manga?
Afin de confirmer que vous êtes une vraie personne merci de recopier les lettres que vous voyez ci-dessous
Recopiez le code   
Retour liste manga