Subaru, danse vers les étoiles par Masahito Soda - 2000
11 volumes (édition terminée) - Akata/Delcourt
11 volumes (édition terminée) - Shogakukan
Sens de lecture japonais - 128x180mm - 7,50€
Pas de planning
Couvertures japonaises Couvertures allemandes Couvertures espagnoles Couvertures françaises

Donnez votre avis
Lire les autres avis

Subaru a 9 ans. Rien ne pourrait la distinguer des filles de son âge, à part peut-être son regard triste. Car tous les jours, elle passe des heures à l'hôpital, aux côtés de son frère jumeau, malade, dont la conscience s'éloigne chaque instant un peu plus. La petite fille au naturel si gai dévoile alors des trésors d'énergie et d'inventivité pour garder ce frère tant aimé auprès d'elle. Jusqu'à ce qu'elle découvre la danse, peut-être un moyen d'exister par elle-même... Six ans plus tard, la petite fille a bien grandi... mais qu'est-elle devenue ?

Alors qu'il venait de terminer Daigo, soldat du feu (édition française en cours chez Kabuto), Masahito Soda se lança dans un nouveau projet : Subaru, danse vers les étoiles qui connaîtra 11 volumes. Après la lance à incendie, le tutu ? En partie... Mais qu'on ne s'y trompe pas, qui dit danse ne dit pas forcément shôjo mièvre et rose bonbon puisque Subaru fut prépublié dans le magazine seinen Big Comic Spirits de Shogakukan (d'ailleurs, en Allemagne, l'éditeur Egmont Manga a choisi de sortir Subaru dans sa collection "Pour Adultes"). Et le mangaka a récemment annoncé sur son blog son envie de reprendre les aventures de sa danseuse : un nouvel acte de Subaru devrait bientôt voir le jour au Japon tandis qu'on la découvre à peine en France chez Akata/Delcourt...

Subaru n'est encore qu'une enfant quand son jumeau entre à l'hôpital, atteint d'une tumeur au cerveau qui chaque jour l'éloigne un peu plus du monde des vivants. C'est ainsi que la petite fille fera ses premiers pas dans l'univers de la danse, en pirouettant et mimant tous les actes de la vie quotidienne à son frère, en espérant ainsi le pousser à s'accrocher. Cette quête de l'impossible, c'est elle qui forgera le caractère de l'enfant dont les émotions au quotidien ne sont que peur, solitude, colère, détermination, imprimant alors profondément leur marque dans l'esprit d'une gamine de 9 ans, l'obligeant à mûrir trop vite.
Peur de perdre son frère si proche et si protecteur et avec lui un peu d'elle-même. Peur d'affronter la mort, la fin définitive de tout, le néant.
Solitude face à un lit où ne reste qu'une enveloppe charnelle de plus en plus vide de toute vie.
Colère face à cette existence qui lui arrache son innocence, la faisant osciller entre auto-destruction et envie de vivre encore plus intensément, sans limite.
Détermination à garder cette flamme d'exigence et de dépassement vivante en elle.
Ainsi, la jeune Subaru cache plusieurs facettes en elle, se balançant sur une corde raide entre les ténèbres les plus profondes et la lumière la plus vive. Elle peut sangloter des heures, se lamenter sur son sort pour d'un coup relever la tête et rugir de nouveau, animée d'une énergie vengeresse et désespérée. La danse devient pour elle autant un exutoire qu'une prison, puisqu'elle lui permet de toucher la vraie liberté des doigts sans pour autant pouvoir s'y plonger totalement, y goûter pleinement. Une manière de se révéler à elle-même mais qui demande également une remise en question de tous les instants, rien n'étant jamais acquis définitivement. Un hymne à la vie pourtant mortel puisque la jeune fille n'a que ça dans son existence et est prête à s'y dévouer corps et âme pour le meilleur comme pour le pire, comme si sa vie entière en dépendait. La danse, sorte de vengeance face au néant de la mort, remplit sa vie au point de la phagocyter complètement...

Au premier abord, Masahito Soda utilise toutes les techniques classiques d'un shônen : un personnage principal qui ne connaît pas son potentiel mais dont l'entourage entrevoit les extraordinaires capacités, sa montée en puissance sous forme de parcours initiatique, sa manière d'épater les autres pourtant incrédules, des rivaux qui apparaissent régulièrement, ses progrès fulgurants, ses moments de petit déclic quasi-divin qui font autant l'admiration que l'inquiétude de tous, ses entraînements à la difficulté échelonnée, tout cela au prix de larmes et de sueur, d'efforts insoupçonnables, mettant toujours en branle une détermination sans faille, une assurance de tous les instants, prônant le dépassement de soi malgré toutes les difficultés. A ceci près que là où le shônen sera forcément limité du fait du public visé, Subaru peut dépasser sans contrainte ses limites. Le public ciblé étant plus âgé, Soda peut alors se permettre d'aller beaucoup plus loin, gagnant ainsi encore en intensité.

De plus, Subaru a à l'évidence un don mais ses progrès restent relativement logiques : si elle peut maîtriser une technique difficile en quelques jours, c'est bien parce qu'elle suit des cours depuis plusieurs années et que son "entraînement" à l'hôpital lui a permis de développer des capacités de concentration et de tension impossibles à obtenir dans un contexte normal. Elle est évidemment exceptionnellement douée et talentueuse mais possède les bases obligatoires pour rendre ses exploits vraisemblables. Tout le monde n'a pas un super Saiyan simiesque planqué dans sa mémoire pour devenir super balèze sous la colère...

Un des gros points forts du manga, c'est bel et bien le personnage de Subaru. Comme ne cessent de le répéter les autres protagonistes, elle est difficile à cerner tant sa personnalité est complexe. A la fois forte et fragile, un peu folle et pourtant pragmatique, immature mais déterminée, idéaliste et inconsciente, entière et spontanée. Le but ne semble pas de la rendre follement attachante dès le début mais qu'on apprenne à la connaître et à lire ses émotions et ses états d'âme au fil des pages. Il nous faut effeuiller la complexité d'un personnage finalement aussi intense que passionnant, nous poussant alors petit à petit à l'aimer sans complaisance, en acceptant ses défauts en même temps que ses qualités.
Une personnalité difficile à prévoir aussi, tout en restant parfaitement cohérente dans ses actes et émotions, tout à fait vraisemblable dans ses coups de tête naïfs dignes de ses 15 ans comme dans ses éclairs de génie quand elle est sur scène, transfigurée. Une jeune femme marquée par la vie, ne poussant jamais le pathos ni l'auto-apitoiement (seul le premier volume est très lacrymal, le temps que les épreuves impriment leur marque au fer rouge dans l'esprit de la gamine Subaru), pouvant apparaître aussi bien froide et loin de tout qu'enthousiaste et joyeuse.
Pas besoin alors d'être un amoureux de la danse pour se plonger dans son quotidien car celle-ci est plus un moyen de "libérer" Subaru et de la faire évoluer, lui faire prendre conscience d'elle-même, la pousser toujours plus loin. Il n'en reste pas moins que le tout semble très précis et documenté, aussi bien dans les pas, les gestes, les ballets, etc. ce qui renforce le rythme de l'histoire.

Rythme. Un des mots-clés dans Subaru. Car le mangaka possède un réel don d'agencement et de narration. Ses pages sont un hymne vibrant à l'énergie et à la vie (on y revient toujours), dégageant un dynamisme prenant et tourbillonnant sans jamais pour autant donner le tournis, surcharger les cases ou rendre l'ensemble illisible. Rien n'est vraiment de trop, tout apporte toujours au moins un petit quelque chose, même le détail le plus anodin, complétant un des personnages, apportant une petite touche qui le rend unique. Car Subaru, dans sa quête de liberté ultime dans la danse, se heurtant à la dure loi de l'effort et de la souffrance aussi bien morale que physique (non, ce n'est pas un manga SM !), rencontre toute une galerie de personnages lui permettant d'évoluer, d'apprendre, de révéler ses capacités. Certaines de ses rencontres se terminent alors en bain explosif d'énergie, parfois contenue, parfois douloureuse, en tout cas assez jubilatoire.
De plus, un des personnages récurrents est celui de Mana, sa rivale qu'elle ignore sans le vouloir, sorte de jouet dans les mains de Subaru. Une danseuse suivant la voie classique en croyant qu'il s'agit de la seule et unique voie possible, refusant à Subaru le choix d'évoluer à sa manière, refusant de se laisser distancer par sa camarade. L'habituelle peste mesquine prête à toutes les bassesses pour gagner ? On ne dirait pas puisqu'elle aussi fait des erreurs, dévoile une personnalité complexe, pas fondamentalement méchante, juste jalouse et envieuse, voyant dans la danse un moyen de se rapprocher d'une mère passionnée par son art... Elle qui s'imagine de si grands et nobles idéaux sur sa motivation et son avenir n'est pas si éloignée que ça des aspirations de Subaru dont elle est pourtant l'opposée.

Droits images et couvertures: © Masahito Soda 2001 - publié au Japon par Shogakukan Inc., Tokyo


- un dessin original, dynamique, lisible malgré tous ses détails
- une narration débordant d'énergie, rythmée et ne donnant pas la migraine pour autant
- des personnages complexes et fouillés, dévoilant de multiples facettes au fil de l'histoire
- Subaru, l'héroïne, particulièrement intense et passionnée
- un premier volume très lacrymal qui peut rebuter et pourtant...

Intense, survolté, vibrant, rythmé, émouvant, prenant, grisant. Subaru, derrière ses airs simplistes de manga extrêmisant l'effort, dévoile énormément de sensibilité à fleur de peau, nous apprenant à connaître cette gamine à la fois si ordinaire et totalement unique. Difficile alors de s'empêcher d'attendre avec impatience la suite de ses aventures que j'espère toujours aussi bouillonnantes.


Nombre de volumes lus: 3 au 31-07-2006
Retour liste manga


Baka Pink
16-06-2007
   Extraordinaire, fantastique, fabuleux, autant de termes qui pourraient s'attacher facilement à ce manga novateur.

L'histoire est trépidante et le graphisme fait frissonner tellement il est expressif. On a presque l'impression d'avoir les personnages face à nous tellement ils sont réalistes.

Au delà de tout ce que l'on peut voir, l'émotion est intense. On en veut toujours plus, un peu comme l'héroine avec la danse: aller toujours plus loin. Il y a quelque chose qui se dégage de ce manga comme une aura d'une clarté étonnante et qui nous emmène à milles lieux d'ici.

Nous sommes le public de Subaru quand elle danse vers les étoiles!

odore
14-08-2006
   J'ai adoré ce manga. Le personnage de Subaru est très intéressant, c'est une jeune fille écorché vif par le fait d'avoir perdu son frère jumeau et qui lui a permis d'exprimer ses sentiments par la danse.
On peut voir aussi dans ce manga le dur milieu de la danse( comme tous les milieux artistiques, que ce soit dans la danse ou le stylisme ou autre).
C'est un manga que je conseille à tout le monde.

kira
11-08-2006
ce manga est tout simplement GENIAL, on s'attache très vite à cette fille, écorchée vive, qui rennait grâce à la danse. de plus les dessins sont magnifiques, très expressifs, et je précise que j'adore ce manga bien que je ne sois pas fan de danse, il s'adresse donc à toutes et à tous.

Luna
10-08-2006
   J'ai réussi à faire entrer ce manga dans la petite médiathèque où j'ai effectué un stage... Et j'en suis plutôt contente! Ce manga a été une vraie découverte, un vrai coup de coeur, les dessins sont parfais, on peut lire les sentiments des personnages sur leurs visages et l'histoire est très bien racontée... On s'attache très vite aux personnages car il y a toujours une part de mystère autour d'eux...
J'ai hâte de lire la suite!
Bravo pour le site et les critiques! Cela m'a beaucoup aidé lors de mon stage ;-)

Langage SMS, injures, allusions aux scans interdits. Merci également de développer un minimum votre avis.
Tout avis posté sera vérifié avant d'être validé et d'apparaître ci-dessus.
Nom: Email:
Votre avis général :
Aucun
Votre avis sur ce manga?
Afin de confirmer que vous êtes une vraie personne merci de recopier les lettres que vous voyez ci-dessous
Recopiez le code   
Retour liste manga