Dômu - rêves d'enfants par Katsuhiro Otomo - 1983
1 volume (édition terminée) - Les Humanoïdes Associés
1 volume (édition terminée) - Futabasha
Sens de lecture français - 215x315 mm - 19,67 €
Pas de planning
Couvertures allemandes Couvertures américaines Couvertures françaises Couvertures japonaises

Donnez votre avis
Lire les autres avis

Au Japon, dans un groupement d'immeubles. Un soir comme un autre, un homme saute du toit de l'immeuble. C'est le 25ème en 3 ans, le 25ème d'une série de morts suspectes et inexpliquées. La police cherche mais l'enquête piétine. Aucun indice, aucune piste, rien. Quand arrive alors une petite fille...

Attention, l'avis ci-dessous peut contenir quelques spoilers, mais bon c'est un peu obligé pour parler du manga et j'espère que ça ne gênera pas trop...
Etant une grande fan d'Akira, j'avais quelque peu entendu parler de sa précédente oeuvre, Dômu - rêves d'enfants. Je remercie donc Fredd de me l'avoir procurée, vu qu'elle est difficile à trouver en France. On retrouve déjà dedans tout ce qui fait le succès et la réussite d'Akira. Au niveau dessin, c'est à peu près pareil, des dessins plutôt réalistes, assez fouillés sans être fouillis, tout en restant simples et lisibles. Rajoutez là dessus des cadrages étonnants et vous obtenez une petite merveille. Ca commence très simplement, sans bruit, un groupe d'enfants qui parlent, un homme qui se suicide. Et petit à petit, l'angoisse s'installe, on nous présente les personnages, un à un, les policiers d'un côté et les "suspects" de l'autre, les personnes qui ne cadrent pas avec le petit monde bien propre et bien rangé du groupement d'immeubles: l'alcoolique, la folle de service, le grand baraqué un peu simplet, l'étudiant raté... On suit l'enquête, et finalement les policiers sont à notre place, eux aussi deviennent de simples spectateurs d'un combat titanesques entre deux personnes aux pouvoirs hors du commun... Une fillette à la maturité (pour son âge) et à la force étonnante, et un vieillard retombé en enfance, qui veut ses jouets, utilise les hommes comme des marionnettes, il n'a plus aucun repère et a perdu tout sens moral, abandonné par sa famille dans un complexe d'immeubles vide et froid, qui l'a totalement déshumanisé... Car c'est presque plus le groupe d'immeubles qui me parait le centre de l'histoire, le monstre qui détruit et avale tout, froid, glauque, sans âme... C'est encore plus accentué par les dessins, les cadrages, quand il y a un nouveau mort on a toujours un cadrage large sur l'immeuble ou le groupement d'immeubles, comme s'il avait avalé la vie des gens, comme une grosse fourmillière où la vie d'un être passe assez inapercue... Le vieillard n'en est que l'instrument, sans but ni logique, ce qui le rend encore plus terrifiant.
Une scène en particulier m'a beaucoup plu, c'est la course poursuite entre les deux personnages aux pouvoirs de télékinésie. Ils perdent tous deux la raison, et tout repère de ce qui les entoure, ils se poursuivent on les voit toujours à l'endroit mais le décor est à l'envers ou sur le côté, bref il n'existe plus pour eux, il n'a plus de sens, il n'y a plus ni haut ni bas, ni bien ni mal. Les seuls spectateurs sont des enfants, qui les fixent, comme si seuls des enfants pouvaient voir ce qui se passait, comme si les adultes ne pouvaient qu'assister impuissants sans pouvoir comprendre, car ayant quitté le monde de l'enfance, où l'on voit tout sans juger de la logique de ce qu'on voit, monde où s'est réfugié le vieillard. Et finalement après moultes destructions (en gros les destructions à la Akira sur une plus petite échelle), le manga se termine, sans bruit, comme il avait commencé, un groupe d'enfants qui parlent. La vie continue, comme si de rien n'était, les gens restent là, sans se poser de questions, oubliant petit à petit, reprenant leur petite vie bien tranquille, sans se douter que tout peut recommencer d'un coup, vu que rien n'a changé dans les mentalités pour éviter ça.
C'est d'ailleurs là une des différences entre Akira et Dômu, ils partent d'une situation assez classique et ordinaire, mais Akira part ensuite dans la destruction massive et la reconstruction d'un nouveau monde et donc quelque part un espoir d'une nouvelle humanité qui ne recommencera pas les mêmes erreurs, là où Dômu reste dans notre monde ordinaire (et par là même peut être encore plus inquiétant, vu que rien ne change et donc tout peut recommencer, pas d'espoir), ce qui rend cette oeuvre encore plus proche de nous.
C'est violent, c'est sanglant, c'est noir, c'est inquiétant (encore plus avec le noir et blanc du manga), c'est drôlement bien raconté, il y a beaucoup de planches sans un seul mot, juste avec des gros plans des personnages, des yeux surtout, ou des immeubles, qui seuls suffisent à nous faire comprendre ce que l'auteur veut nous faire passer. Otomo utilise des évènements surnaturels tout en nous décrivant une situation tout à faite existante et banale, qui à elle seule est déjà inquiétante, la vie dans une cité sans âme. Je pense que tout fan d'Akira appréciera ce manga. Il est certes assez cher, mais l'édition est superbe, c'est le même style d'édition que pour les Akira couleur de Glénat, sauf que cette fois ci l'éditeur c'est "les humanoides associés". Sens de lecture français mais pas remarqué de problème, ni dans la traduction d'ailleurs. Donc il semble plutôt que ce soit une bonne adaptation, avec une édition assez luxueuse niveau qualité de l'impression et du papier.
A lire impérativement pour tout fan d'Otomo, et pour tout fan de manga d'ailleurs.


- dessin précis, détaillé tout en restant clair...
- manga à l'ambiance sombre superbement rendue
- narration excellente avec des cadrages inouis
- histoire très réaliste (malgré les éléments surnaturels) qui dénonce les travers de la société contemporaine...
- on peut ne pas apprécier les dessins d'Otomo...
- non vraiment c'est tout... le prix peut-être mais pour une édition de très grande qualité

Un sacré chef d'oeuvre d'Otomo, reprenant les thèmes d'Akira en plus proche de nous et pessimiste... Oeuvre noire, flippante, glauque... Indispensable, bien sûr...


Nombre de volumes lus: 1 au 27-01-2002
Retour liste manga


Aya-drug star away 36
09-03-2004
Domu n'a rien à envier à akira, à mon avis... tout aussi prenant, tout aussi captivant, tout aussi unique, seigneur Otomo nous démontre une nouvelle fois son génie.^^ Une histoire courte mais vraiment magnifique. A lire, même si l'on n'aime pas Akira

Chandler
07-03-2004
   Comme beaucoup, j'ai profité de la réédition par les Humanoides Associés de ce titre paru il y a quelques années sous le format "BD européenne" et introuvable depuis trop longtemps. Et grand bien m'en a pris (mais je n'en doutais pas une secondes, avec un mangaka de la classe d'Otomo). Ce titre est un concentré de talent, à tous points de vue : scénaristique, narratif, visuel. Otomo signe là un chef d'oeuvre, qui laisse entrevoir les thèmes aborder de façon plus développée dans Akira. Difficile pour moi de préférer l'un ou l'autre de ces titres. Je suis inconditionnel des deux, tout simplement...

Grunt
06-09-2003
   Je risque de me faire des ennemis mais Domu reste pour moi une assez grande déception, d'un mangaka pourtant prestigieux.

L'histoire débute pourtant bien, l'intrigue est d'émblée bien plantée et le décor urbain, qui ne surprend pas quand on connait les oeuvres d'Otomo, se prete on ne peut mieux à l'histoire. Et la thématique choisie, qu'on découvre rapidement, promet de bons moments...

Hélas, malgré des découpages et des gros plans de qualité, qui contribuent efficacement à une atmosphère angoissante et qui témoignent d'un talent certain, Otomo n'est pas parvenu à m'accrocher plus que ça. Ces personnages ne semblent pas "creusés" et le dénouement final reste facile, voire baclé.

En conclusion, c'est une impression assez confuse que m'a laissé Domu : un mélange d'interrogation et de déception subsite lorsque je referme ce livre; ce qui me pousse à dire que ce titre ne m'a vraiment pas séduit.

Ben oui. =o) Désolé. (pas tapé, pas tapé...)

Herbv
12-08-2003
   Ça y est, j'ai lu Dômu. N'ayant jamais apprécié Akira et n'étant pas particulièrement fan du dessin d'Otomo (mais je reconnais son très grand talent), je me demandais ce qu'aller donner la lecture de ce manga. Et bien je dois dire que c'est un bon sang de sacré bon truc. Vu que je partais avec un à priori négatif, ça vous donne une idée de la qualité de l'oeuvre ;) Attentions, ce qui suit va dévoiler en partie le contenu du manga.

J'adore l'ambiance qui s'en dégage, ce mélange de vie moderne avec ses petits détails (les propos que les mères de famille s'échangent, l'atmosphère qui se dégage des grandes barres d'immeubles, les couloirs glauques, les enfants qui jouent...) et de fantastique (le combat psychokynésique entre E-Chan et Chô-san, le vol au dessus des immeubles). L'aspect policier du manga, ce mélange de fantastique et de modernisme déshumanisant m'a fait penser à un film japonais, Suicide Club. J'ai aimé le fait qu'il ne faut pas s'attacher aux personnages, tous état susceptible de mourir (un certain nombre n'y survivront pas, d'ailleurs). Par certains aspects, car le propos de Katshuiro Otomo est infiniment mieux construit que celui de Sion Sono (le réalisateur du film), j'ai retrouvé le même monde glauque basé sur des "suicides" inexplicables, le même décalage entre le réalisme policier (dépassé par les événements) et le fantastique d'un monde inconnu. Comme Morgan, j'ai adoré la scène de poursuite où le mangaka sait nous dérouter par des angles de vues faisant fi de la pesanteur. Par contre, comme pour Akira, je trouve qu'il en fait des tonnes (nettement moins, certes) dès qu'il s'agit de scènes de destructions. Je trouve qu'il appauvrit son histoire, en faisant trop de scènes d'explosions, en s'attardant trop dessus. On perds pas mal de la subtilité de l'histoire à ce moment. Mais après tout, pourquoi pas...

Dans tous les cas, je reconnais qu'il s'agit d'un manga incontournable et que je le préfère largement à Akira.

cycy
27-07-2003
    Attention, voilà un chef-d'oeuvre comme il est rare d'en voir. tout est vraiment stupéfiant dans cet album. L'histoire est tout simplement incroyable entre cette rivalité entre l'enfant et le grand-père, et les policiers qui essaient de comprendre quelque chose à ce qui ce passe. Pour les dessins, il y a ici un formidable travail, un album dessiné avec tout les détails possibles et inimaginables, les différentes scènes d'action sont surprenantes et inattendues.
C'est un vrai régal de lire cet oeuvre, impossible de s'ennuyer une seule seconde.
Un manga que je conseil de se procurer au plus vite et de le dévorer. Tchô.

jolan
19-06-2002
Quand je lis ce manga, je me demande si des fois je ne le préfère pas à Akira....Franchement, c'est un manga très prenant, à l'ambiance unique (un vrai huis clos! chose rare dans un manga ou même une BD), et au dessin magnifique. Un must!

Fredd
22-01-2002
Alors là, attention chef d'oeuvre.
Un one-shot absolument stupéfiant made in Katsuhiro Otomo (Mr Akira).
On est plongé dans une histoire fantastique urbaine très très glauque : vague de suicides mystérieux et ensuite lutte de pouvoirs psychiques entre un vieillard solitaire et une étrange fillette. Tout cela dans le quotidien déprimant (remarquablement décrit) d'un complexe d'immeubles de banlieue.
L'ambiance est très oppressante, la violence psychologique et graphique est très perturbante (âmes sensibles s'abstenir).
Au niveau graphique, Otomo expérimente des cadrages insensés et donne un rythme dingue à toutes les scènes d'action. C'est du génie à l'état pur.
Et si Dômu était le véritable chef d'oeuvre d'Otomo?
Un manga à se procurer toutes affaires cessantes, si ce n'est déjà fait (et non, il n'est pas en rupture de stock).

Langage SMS, injures, allusions aux scans interdits. Merci également de développer un minimum votre avis.
Tout avis posté sera vérifié avant d'être validé et d'apparaître ci-dessus.
Nom: Email:
Votre avis général :
Aucun
Votre avis sur ce manga?
Afin de confirmer que vous êtes une vraie personne merci de recopier les lettres que vous voyez ci-dessous
Recopiez le code   
Retour liste manga