Itadakimasu par Yuki Yoshihara - 2004
4 volumes (édition terminée) - Soleil manga
4 volumes (édition terminée) - Shogakukan
Sens de lecture japonais - 112x172 mm - 6,95€
Pas de planning
Couvertures japonaises Couvertures françaises Couvertures allemandes

Donnez votre avis
Lire les autres avis

Naéko travaille dans une agence matrimoniale dont le patron n'est autre que son ex-mari, coureur de jupons invétéré cherchant néanmoins constamment à renouer avec sa belle... Mais celle-ci veut refaire sa vie et tombe ainsi sur le charmant Ôji, lycéen de 18 ans...

Itadakimasu est une série en 4 volumes signé Yuki Yoshihara, la spécialiste du manga féminin sexy. Après Panini Manga, c'est Soleil Manga qui s'intéresse désormais à cette auteur.
Itadakimasu est l'expression que disent les Japonais avant de débuter un repas. Bien évidemment, pour Yuki Yoshihara, il n'est nullement question ici de nourriture mais de consommation plus charnelle comme le laisse d'ailleurs deviner le sous-titre français "Un homme à déguster !". En fin gourmet, Naéko l'héroïne choisit un met raffiné - une jeune et beau garçon - et en grosse gloutonne qu'elle est réellement sous ses airs de douce jeune femme, comme toutes les héroïnes de Yoshihara d'ailleurs, elle le dévore au fil de ses assauts souvent musclés et ravageurs.

En effet, qu'on lise Ai suru hito, Darling (chez Panini Manga) ou Itadakimasu, l'histoire reste toujours la même : une blondinette immature limite nymphomane et totalement obsédée par les attributs de son partenaire tombe raide dingue du beau gosse placide qui les fait toutes/tous craquer et elle n'aura de cesse de l'épuiser sexuellement parlant, n'ayant pas son pareil pour lui retirer son slip à la vitesse de la lumière. Le beau gosse est d'ailleurs bien plus responsable que sa tendre moitié - la cohabitation avec une telle folle furieuse nécessitant des nerfs d'acier et un moral de champion même s'il est plus jeune qu'elle dans cette histoire - mais parfois, le vernis se craquelle et un tout autre personnage, aussi timbré que son alter égo féminin, fait surface pour quelques pages.
Toutes les situations possibles et imaginables y passent, surtout les plus farfelues, il ne faut s'attendre à aucune logique, à aucune limite, les dialogues peuvent être très crus - elle est loin l'image de la brave petite japonaise toute sage qui n'ose pas toucher la main de son chevalier servant - et le dessin très explicite (à noter d'ailleurs que Soleil Manga ne signale nulle part sur la couverture que ce manga ne devrait pas trop traîner dans des mains un peu trop jeunes...).

Mais le sexe n'est pas non plus ultra-présent - quelques scènes sauvages par volume - et le reste voit se succéder des aventures très légères à la débilité totalement assumée, la mangaka alternant les scènes assez romantiques voire complètement guimauves - l'amour est un idéal indestructible pour son couple-phare et rien ne pourra les séparer - avec des moments d'humour et d'auto-dérision où l'héroïne se ridiculise constamment, passant en mode SD - petite boulotte lourdingue assumée accrochée à son homme comme une moule à son rocher... hum, l'image est presque trop bien choisie...
En fait, il n'y a pas réellement de scénario, on ne fait que suivre les idées tordues et les délires de la mangaka. Les personnages restent assez basiques et n'évoluent pas franchement, on découvre juste leurs différentes facettes au fil des pages. Les lecteurs des précédentes oeuvres de Yoshihara se retrouveront en terrain connu tant l'originalité n'est pas vraiment son fort en terme de cheminement général, même si elle a par contre de l'imagination pour créer des situations idiotes où laisser barboter ses personnages (reste à voir ce que donnera sa dernière oeuvre en date, Ma petite princesse, à sortir chez Soleil dès septembre 2008).

On se retrouve en tout cas face à un manga divertissant, drôle, plutôt explicite sans tomber dans le porno bas de gamme, souvent débile, souvent guimauve, plutôt rythmé avec notamment des passages SD survoltés. Une lecture dont il ne faut pas abuser néanmoins, sous peine de vite se lasser de scènes assez basiques et donc assez prévisibles.

Droits images et couvertures: © Yuki Yoshihara 2004 - publié au Japon par Shogakuken Inc., Tokyo



Retour liste manga


Hagaren
17-01-2009
   En ayant lu ce résumé qui a attisé ma curiosité, je suis donc allé me faire ma propre opinion...
C'est tout simplement un remède anti morosité! certes, c'est un shojo, c'est parfois un peu guimauve, c'est la seule critique négative que je peux en faire.
Mais si en effet on ne prête pas attention que c'est aussi hentaï (gaffe aux enfants!) c'est tout simplement un super investissement!
4 tomes, c'est court, et en même temps ça suffit.
Si vous commencez à vous faire happer par le monde délirant de la mangaka et auprès de ce couple pas vraiment ordinaire, c'est grosses parties de rigolades en perspective! (je vous raconte pas la honte dans un métro bondé... ;-)
Non vraiment, je recommande,c'est doux, gentil, pour public un peu averti quand même, à ne pas laisser trainer entre toutes les mains.
J'espère que vous rirez autant que moi devant les histoire de Naéko et Oji, que la mangaka n'hésite pas à ridiculiser gentiment pour nous faire rire davantage.

Langage SMS, injures, allusions aux scans interdits. Merci également de développer un minimum votre avis.
Tout avis posté sera vérifié avant d'être validé et d'apparaître ci-dessus.
Nom: Email:
Votre avis général :
Aucun
Votre avis sur ce manga?
Afin de confirmer que vous êtes une vraie personne merci de recopier les lettres que vous voyez ci-dessous
Recopiez le code   
Retour liste manga