BX par Mari Okazaki - 1999
1 volume (édition terminée) - Akata/Delcourt
1 volume (édition terminée) - Shueisha
Sens de lecture japonais - 110x175mm - 5,75€
Pas de planning
Couverture japonaise Couverture française

Donnez votre avis
Lire les autres avis

Nenohi, jeune lycéenne, semble ne trouver d'intérêt dans la vie que dans les fêtes, les soirées de beuverie, les coups d'un soir avec des mecs dont elle ignore même le nom. Jusqu'à sa rencontre avec Nagami, jeune boxeur qui passe sa vie à s'entraîner jusqu'à l'épuisement. Elle va en tomber follement amoureuse tandis que lui continuera à rester tourné vers la boxe. Mais regarder l'autre et le découvrir prend du temps, bien plus qu'un match de boxe même quand on est en route vers la gloire...

BX est un one-shot signé Mari Okazaki dont Akata/Delcourt nous avait déjà fait découvrir Déclic amoureux. Ils ne s'arrêteront pas là, nous proposant par la suite Le cocon et Ka-getsu (et ce n'est peut-être pas fini). Asuka devait nous faire découvrir en 2005 un de ses derniers titres, Suppli, dans leur collection Yuri mais l'auteure ne souhaite être publiée que par une seule maison d'édition en France...

Si Déclic amoureux s'intéressait au milieu de la photo en nous faisant suivre deux amies proches prenant leur vie en main en se découvrant l'une l'autre, c'est ici la boxe qui sera l'un des principaux protagonistes de BX. Même si l'auteure avoue qu'elle ne s'intéresse pas le moins du monde à ce sport, préférant y opposer l'amour, celui qui va naître dans le coeur de la jeune héroïne. Okazaki l'utilise comme un moyen pour mettre en scène et en relief les sentiments des différents protagonistes, ne s'appesantissant pas du tout sur les phases sportives. Ainsi les matchs de boxe ne sont jamais vécus en tant que tels, comme peuvent l'être les matchs de basket de Slam dunk ou de base-ball de Rookies. Ils servent plutôt de base à des flash-backs nous montrant l'état d'esprit des personnages spectateurs, ou simplement de moments forts, violents durant lesquels chacun réagit, se découvre aux yeux du lecteur qui apprend ainsi à mieux le connaître.

La boxe sert ici d'échappatoire au jeune Hiroyuki Nagami surnommé Usagi (=lapin, un surnom si mignon pour un gars capable de vous mettre KO en un coup...). La boxe est pour lui le seul moyen d'avancer, encore et toujours, pour ne jamais avoir à se retourner, pour ne jamais avoir à faire face à lui-même, à son passé, à ses faiblesses, à ses peurs, à l'inconnu. Affronter l'autre sur le ring dans un combat seul à seul pour ne pas avoir à s'affronter lui-même. Se dépasser pour s'oublier, pour ne plus avoir conscience de sa propre vie, de son propre corps. C'est peut-être tout ça qui rapproche autant Usagi de la jeune Nenohi, ou plutôt tout ça qui attire tant Nenohi vers Usagi, celui-ci ne vivant que pour la boxe. Car elle-même fuit.
En sortant, en couchant avec le premier garçon qui passe, elle se fuit, elle fuit le tête-à-tête avec elle-même qui risquerait, à ses yeux, de l'anéantir, de détruire la force de façade qu'elle affiche. En tombant éperdument amoureuse, pour la première fois, de ce boxeur, elle s'abandonne à lui, elle perd sa propre existence en ne s'attachant qu'à lui, n'existant plus pour elle-même, mais pour lui. Après avoir abandonné son corps au premier mec venu, Nenohi abandonne son coeur à l'amour passionné (mais finalement chaste) qu'elle porte à Usagi. Tandis que lui abandonne son corps à la boxe, ne pensant qu'à toujours se relever, sans imaginer le moment où il ne pourra plus avancer, parvenu au sommet de ses ambitions ou au contraire définitivement arrêté dans son ascension. Sans vraiment savoir quel est le but de tout ça, but qu'il découvrira peut-être dans les yeux de la fougueuse jeune fille, vibrant d'une émotion difficilement contenue.

Comme dans Déclic amoureux, les personnages de BX détiennent tous une force de caractère, une force morale éblouissante, extrême, ne tombant jamais dans l'émotion superficielle. Tous vont jusqu'au bout d'eux-mêmes, prêts à tout dépasser pour ne pas avoir à croiser leur propre regard qu'ils craignent plus que tout. Usagi, comme Nenohi, sont assez proches du style de Rei dans Mars : prêts à se brûler les ailes pour se sentir vivre, quitte à mourir jeune, sans vouloir avoir conscience de soi, avec un côté terriblement désespéré par la vie. Ils ne croient guère en elle et à ce qu'elle pourrait leur offrir, ne veulent pas s'interroger là-dessus, craignant alors de s'autodétruire s'ils ne sont finalement pas capables de faire face à ce qu'ils pourraient découvrir. Ils veulent juste se sentir exister d'une manière ou d'une autre, même si c'est pour se consumer et s'éteindre au bout de quelques secondes. Ils craignent une véritable solitude à leurs yeux plus destructrice que cicatrisante, car les obligeant à se remettre en question, à rester seuls avec eux-mêmes comme si leur conscience était leur pire ennemie car la seule lucide à voir clair en eux. Mais par leur comportement, ils restent seuls, terriblement seuls: une solitude érigée en barrière infranchissable pour Usagi, une solitude des sentiments pour Nenohi.

La narration est ici totalement éclatée, développant une force, une violence sous-jacente explosive et sauvage. Elle ne rend pas la lecture aisée, cassant les images, les mots, les phrases, un peu comme le fil de nos pensées qui ne jaillissent jamais de manière ordonnée: soit on adhère et on est plongé dans les pensées profondes des protagonistes, soit on y reste totalement insensible et on passe complètement à côté des sentiments évoqués beaucoup par non-dits, sous-entendus, phrases en suspend (A noter qu'un certain nombre d'erreurs de PAO n'arrange pas la fluidité de lecture). Le dessin, superbe dans les visages hyper expressifs, dégage une très forte sensualité, par le jeu des regards, des vêtements, des poses, des corps, des muscles, des cheveux. Néanmoins, Okazaki sait ne pas tout baser uniquement sur un esthétisme certes recherché mais s'avérant, en général, souvent factice et superficiel, mais également créer des sensations, des sentiments violents et passionnés, profonds et complexes.

Droits images et couvertures: © 1999 par Mari Okazaki / Shueisha Inc., Tokyo


- un dessin dégageant beaucoup de sensualité, totalement adapté à l'histoire
- des personnages justes, touchants, sans exagération invraisemblable, qui se cherchent
- une histoire simple sans niaiserie ni guimauve
- des petites touches d'humour qui évitent au manga de sombrer dans une ambiance trop lourde ou pesante
- une narration totalement éclatée ne rendant pas toujours la lecture facile
- des erreurs de PAO (certainement corrigées lors d'une prochaine réédition) qui n'aident pas à la lisibilité

Au final, on suit durant ces quelques pages la vie sur quelques jours, semaines de deux êtres qui n'avait rien en commun hormis une peur de vivre et de s'assumer. Chacun continuera sa route à sa manière mais prendra l'autre comme un point d'ancrage, de retour vers lequel se tourner pour trouver un peu de sérénité ou tout simplement de bonheur. Poésie, sensualité, violence, humour (au travers des autres personnages, notamment) accompagnent et mettent en image cette recherche de soi-même au travers de la recherche de l'autre.


Nombre de volumes lus: 1 au 11-11-2004
Retour liste manga


selhyn
19-04-2005
   Bof, j'ai pas tellement accroché. J'avais déjà lu déclic amoureux et j'avais pas trouvé ça terrible. En voyant les bonnes critiques de Bx j'ai voulu tenter et je suis déçue. Je crois que je n'accroche pas au style de cette mangaka. Les personnages ne me touche pas, je n'accroche pas, je ne rentre pas dedans du tout, donc forcément à lire une histoire sans rentrer dedans y a des moments où c'est un peu ennuyeux. Cela dit je pense que si l'on accroche aux personnages ça peu plaire, toutes les critiques positives en sont la preuve mais moi je crois que le style de Mari Okazaki ne me convient tout simplement pas... je saurais pas la peine d'acheter les autres.

chibispounss
21-11-2004
   Tout simplement Gé-Ni-AL !!
J ai un seul regret, la fin... Ca coupe trop vite j aurais voulu en s avoir plus sur nenohi et usagi.Mais ce doit etre cette fameuse fin qui donne toute l originalité a ce shojo.A mon avis, mieux et moins enfantin que declic amoureux
bref en resumé un super shojo a lire absolument !!!

seyana
13-11-2004
   1 shojo comme on voudrait en voir plus souvent.
qui évite futilité, niaiserie...
mais qui se concentre sur le sentiment de manque chez les personnages, la solitude , l'impression de vide de son existence..(qui se trouve bousculé par un evenement une rencontre, une personne).
et en meme temps un message d'espoir, une vie qui devient belle.

Herbv
13-11-2004
   Excellente chronique de Morgan (une de plus ;)).

BX est un excellent manga même s'il peut ne pas plaire à tout le monde du fait de certains partis pris narratifs de l'auteure et un sujet moins universel que Déclic amoureux...

Mais au delà d'une simple histoire d'amour, on a un véritable questionnement sur ce qui motive certaines personnes à agir comme elles le font. On est loin d'une histoire mièvre et dégoulinante de bons sentiments. Les deux principaux protagonistes ont connu des drames dans leur enfance, drames qui les poursuivent encore. On ne baigne pas dans la joie de vivre à tout instant, ce qui rend les moments de bonheur encore plus forts.

Sinon, je dois dire que j'ai adoré le dessin que je trouve superbe, alliant à la fois finesse et détail, rendant beaux les personnages mais sans exagération. Et pour celles et ceux qui trouvaient que les bouches dessinées par Okazaki étaient un peu trop "spéciales", elles sont nettement moins charnues. D'ailleurs, en général, le dessin fait encore plus maîtrisé et surtout plus expressif que dans Déclic amoureux.

La narration est très dynamique, la mise en page étant parfois très éclatée, ce qui oblige de rester vigilant pendant la lecture, ce qui n'est pas une mauvaise chose, bien au contraire. En tout cas, cela donne une sacrée pêche à l'histoire et nous entraîne dans un tourbillon de sentiments et d'action. Ça vie, ça coule tout seul, c'est génial ! En plus, il y a des pointes d'humour parsemées tout au long du manga, ce qui, par leur côté décalé, m'a fait éclater de rire plus d'une fois.

N'hésitez pas ! Achetez BX !

youkoulele
12-11-2004
   Un très beau one shot qui donne envie de lire déclic amoureux, c'est vrai que parfois l'histoire est un peu difficile à comprendre mais les sentiments sont joliement peints au travers un dessin et une ambiance voluptueuse et naturelle. Du bon manga à lire et à posseder.

Langage SMS, injures, allusions aux scans interdits. Merci également de développer un minimum votre avis.
Tout avis posté sera vérifié avant d'être validé et d'apparaître ci-dessus.
Nom: Email:
Votre avis général :
Aucun
Votre avis sur ce manga?
Afin de confirmer que vous êtes une vraie personne merci de recopier les lettres que vous voyez ci-dessous
Recopiez le code   
Retour liste manga