Ludwig Révolution par Kaori Yuki - 2004
4 volumes (édition terminée) - Tonkam
4 volumes (édition terminée) - Hakusensha
Sens de lecture japonais - 112x170 mm - 5,95€
Pas de planning
Couvertures japonaises Couvertures allemandes Couvertures françaises

Donnez votre avis
Lire les autres avis

Il était une fois dans un lointain pays une princesse d'une très grande beauté. Mais si elle s'appelait Blanche Neige, son cœur était noir comme la suie et sa mère la haïssait d'autant plus que son mari le Roi n'avait plus d'yeux que pour elle. Un soir, la Reine ordonna à son amant de tuer sa fille mais il ne put s'y résoudre et lui demanda de fuir... Pendant ce temps, le prince du pays voisin, Ludwig, amateur de jolies femmes écervelées, est chassé par son père las de ses frasques : s'il veut pouvoir revenir au château, il lui suffit d'aller demander la main de la princesse Blanche...

Ludwig Révolution est une des dernières œuvres en date de Kaori Yuki, l'auteur du shôjo à succès Angel Sanctuary. Comme pour ses précédentes séries, c'est Tonkam qui nous propose ce titre en quatre volumes. Si l'on connaissait cette mangaka pour ses atmosphère gothiques très sérieuses, c'est à un pétage de plomb drôlatique et jouissif qu'elle nous invite ici.

Ludwig Révolution part d'une base toute simple : reprendre les contes de fées de notre enfance - Cendrillon, Blanche-Neige, Le petit Chaperon rouge, etc. - et les parodier en n'ayant peur d'aucune limite, modifiant le cours de l'histoire, le point de vue, rendant les personnages bien plus névrosés et donc intéressants. Ainsi, les héroïnes de ces contes, jusqu'alors présentées comme de pauvres petites victimes à plaindre, se transforment ici en psychopathes totalement névrotiques, capables des pires horreurs pour arriver à leur fin, sans aucun scrupule.
Le brave prince censé les sauver des griffes de la fatalité s'avère souvent être un gros loser, otaku aussi taré et pathétique que sa princesse, à moins qu'il ne soit incarné par le prince Ludwig, surnommé Louis, qui change quelque peu de l'image désuète du prince bien lisse sans un gramme de personnalité - ah ils sont beaux nos contes de fées, entre la princesse potiche pleurnicharde incapable de se débrouiller toute seule et son prince transparent quasi inexistant...
Car Ludwig n'est pas en reste non plus quand il s'agit de perversité et de névroses, la première histoire consacrée à Blanche-Neige l'affublant même d'une perversion bien corsée que la mangaka préfère gommer un peu par la suite : difficile de suivre un héros aussi détestable sur quatre volumes, mieux vaut adoucir quelque peu le portrait.

Ainsi, au fil des histoires, Ludwig s'impose comme un personnage pas toujours très porté sur la morale mais drôle, cinglant et cynique, obsédé par l'idée de se trouver une princesse dotée d'une poitrine aussi opulente que possible, même si elle est déjà promise à un autre. Ca ne pose aucun problème à partir du moment où elle n'a aucune idée de meurtre à son encontre - ça changera des demoiselles qu'il fréquente habituellement. Les anachronismes ne manquent pas, totalement assumés et même recherchés par la mangaka, glissant des références à des jeux vidéo, des films, à d'autres mangas, etc. Elle maîtrise parfaitement sa parodie, détournant les contes de fées, leur donnant une chute souvent inattendue bien différente de la version classique, bourrant l'ensemble d'auto-dérision en cassant elle-même ses propres rebondissements, modifiant allègrement les personnalités avec jubilation en les extrêmisant sans limite, comme cette sorcière SM n'appréciant rien de plus au monde que de se faire piétiner, littéralement parlant, par son prince.
Tous les contes les plus connus y passent et Kaori Yuki parvient même petit à petit à insérer un fil rouge parmi toutes ces histoires qui n'ont pourtant rien à voir entre elles normalement. Elle ajoute une cohérence grâce à divers détails disséminés au fil des pages, une homogénéité au delà de ses délires, faisant de certains personnages des récurrents construisant ainsi l'intrigue au fil de leurs névroses et de leurs obsessions bien qu'au départ, il est clair que la mangaka n'avait prévu que de faire quelques histoires courtes de temps à autre avant de se lancer réellement dans un scénario suivi.
Comme elle le fait d'ailleurs remarquer, même pas besoin d'être cruel en parodiant, les contes sont déjà bien gratinés à ce niveau-là, la version Walt Disney qui les a popularisés ayant souvent gommé bien des détails sordides.

Mais au delà de la parodie, les différentes personnalités observées le sont plutôt finement, comme Ludwig, excessif, fantasque et totalement pince-sans-rire mais bien plus généreux qu'il ne veut le laisser paraître, notamment face à son valet Wilhelm, le brave gars trop gentil qui se fait rouler par tout le monde. Leur duo est bourré de gags mais aussi de tendresse et de chaleur, ce qui n'est pas une mince affaire dans l'univers de tarés profonds que Yuki met en scène.
Les princesses et autres héroïnes de contes de fées rencontrées au fil des aventures de Ludwig en quête de la femme parfaite ont toutes droit à leurs quatre vérités balancées en pleine figure, les obligeant à découvrir leur masque de gentilles filles pour revêtir à la place celui d'ambitieuses prêtes à tout pour réussir, à moins qu'elles ne soient affublées de gros complexes comme la pauvre Cendrillon - sans doute l'histoire la plus tordante. Seule une de ces fausses ingénues saura d'ailleurs faire réellement fondre le cœur pourtant bien glacé de Ludwig, par son caractère bien trempé. On est en tout cas bien loin des potiches incapables de la moindre action cohérente, pleurnichant à attendant le beau gosse sur son fier destrier blanc...

Comme toujours, le trait de Kaori Yuki reste égal à lui-même, on aime ou on déteste : très fin, précis, bourré de détails rendant parfois les planches véritablement surchargées même si ici, la lecture n'en est pas trop gênée, notamment car on évite le trop plein de textes lourdingues comme ça pouvait être le cas dans ses autres mangas. Le côté beau gosse androgyne poussé à l'extrême si cher à la mangaka est totalement tourné en ridicule - Wilhelm se moquant ouvertement de la nouvelle coiffure très Visual Rock de son maître, c'est tordant - et la narration souvent très bordélique de Yuki, si elle reste parfois très embrouillée, ne gâche finalement pas le plaisir de lecture ressenti ici.
Ajout non négligeable de la mangaka, les notes de fin de volume relatant le conte originel nous permettent ainsi de mieux nous rendre compte des libertés prises tout en découvrant l'histoire de base.

Ludwig Révolution s'avère donc être une vraie réussite, drôle, caustique, rythmée, délirante, bourrée d'auto-dérision sans oublier des personnages bien frappés auxquels on finit petit à petit par s'attacher. Ca tombe bien, rien ne dit qu'on ne les retrouvera pas un jour dans de nouvelles aventures, Kaori Yuki ayant simplement dû stopper son intrigue pour cause de maternité. Ainsi, le quatrième volume en termine véritablement avec le fil rouge mis en place durant les précédents chapitres, il n'y a donc aucune frustration, mais la fin reste suffisamment ouverte pour permettre le retour du prince Ludwig et de son débile de valet Wilhelm...

Droits images et couvertures: © Kaori Yuki 1998 - publié au Japon par Hakusensha Inc., Tokyo


- un dessin typique de Kaori Yuki : précis, détaillé à l'extrême, fin...
- un humour assez décapant, la mangaka n'hésitant pas à se jouer d'elle-même et à rire de ses propres tics
- une parodie jubilatoire qui dégomme le prince mieilleux et la princesse godiche
- des personnages plutôt travaillés, attachants, qui évoluent et se dévoilent
- derrière la parodie se dessine un scénario plus vaste, simple mais bien construit
- un dessin typique de Kaori Yuki : à la limite du bordélique parfois
- une narration pas toujours limpide, sans pour autant devenir illisible

Les contes de fées comme on a toujours voulu les voir : jouissifs, défoulants, drôles et grinçants. Kaori Yuki semble s'être bien éclatée à dégommer les classiques de notre enfance à sa manière, avec beaucoup d'auto-dérision rafraîchissante, sans oublier pour autant d'y ajouter un vrai scénario. Une bonne surprise...


Nombre de volumes lus: 4 au 13-12-2008
Retour liste manga


Mord-2-Kai
29-06-2009
   Ludwig est un pur Kaori Yuki graphiquement mais pas tout à fait scénariquement...
Une merveilles que même les non-fan peuvent aprécier!

Je commencerais par le point faible de ce manga... En fait LE point faible de l'auteur pour être précis...
L'auteur fournis des pages très riches, parfois trop... Bref c'est merveilleux mais il ne faut vraiment pas être fatigué pour lire du Yuki...
Moi personnellement cela ne me dérange pas le moins du monde... Mais certains n'apprécient pas.

Bon, point fort un graphisme magnifique.
Reconnaissons que c'est très shojo et limite gothique (elles ont de ses robes les princesses... KAWAIIII). Mais c'est un régal visuel.
Perso quand je dessine j'en pleure si je compare avec les dessins de miss Yuki!

Scénariquement l'histoire se compose de multiples chapitres contant la quete d'un prince (bel hystérique fan de gros seins, nécrophile et complétons le tableau par complétement cinglé et égoiste) pour trouver la princesse de sa vie (oh la pauvre).
Presque tous les chapitres font référence a un conte.
Une culture en ce sens (oubliez un peu disney il a trop rommancé les frères grimms et autres auteurs classiques) et un vrai bonus et on s'amuse a retrouver uen cendrillon manipulatrice ou un petit chaperon rouge qui tiens plus de la louve sanguinaire que de la faible fillette morte de peur. Bref nos grands classiques revisité à la folie!

Si vous n'aimiez pas Yuki car vous avez trouver angel Sanctuary trop long et sérieux, se perdant dans son scénario (oui oui j'ai deja croisé quelqu'un qui pensait ça) alors vous pourriez aimer voir adorer ce délire!
Tentez le coup, en plus il n'y a que 4 volumes!

Anonyme 23-03-2009
   Mon coup de cœur!Les personnages sont splendides et l'histoire est délassante, pleins d'absurdités^^. Je le conseille au fan de Kaori Yuki

Langage SMS, injures, allusions aux scans interdits. Merci également de développer un minimum votre avis.
Tout avis posté sera vérifié avant d'être validé et d'apparaître ci-dessus.
Nom: Email:
Votre avis général :
Aucun
Votre avis sur ce manga?
Afin de confirmer que vous êtes une vraie personne merci de recopier les lettres que vous voyez ci-dessous
Recopiez le code   
Retour liste manga