Mariko Parade par Kan Takahama / Frédéric Boilet - 2003
1 volume (édition terminée) - Casterman
1 volume (édition terminée) - Ohta Shuppan
Sens de lecture français - 170x240 mm - 12,50€
Pas de planning
Couverture japonaise Couverture française

Donnez votre avis
Lire les autres avis

Un homme et une femme font un voyage sur l'île d'Enoshima. Lui, c'est le mangaka français, elle, c'est Mariko, son modèle depuis 4 ans. Ce voyage, c'est pour prendre des photos pour un futur recueil. Descendus dans un ryokan des plus... simple, ils reviennent sur leur rencontre, les fruits de leur collaboration. Mais si lui est obsédé par le match Corée du Sud - France de la coupe du monde de foot, elle par contre ne sait pas comment lui annoncer...

Mariko parade est une manga signée à 4 mains, celles de Frédéric Boilet et de Kan Takahama. Je dis bien "une" manga, genre féminin choisie par Boilet pour différencier les oeuvres qui s'y rapportent de la masse d'autres mangas qui sortent, comme on le retrouve dans son manifeste disponible sur son site web. On pourra trouver la démarche élitiste, personnellement juger ainsi ne m'intéresse pas, je dirais même que je ne m'en plaindrai personnellement pas du fait que ça nous permette de découvrir certains mangas qu'on n'aurait jamais imaginés auparavant (voir la collection Sakka dirigée par Boilet en septembre 2004 chez Casterman, ou encore les sorties de mangas d'auteur comme L'homme sans talent de Tsuge ou Dans la prison d'Hanawa chez Ego comme X). Boilet reste après tout un des rares français à s'être fait une petite place au Japon où il habite depuis une quinzaine d'années, ses oeuvres étant publiées dans divers magazines nippons.
A noter que Mariko Parade sort dans la collection Ecritures de Casterman, qui a déjà accueilli quelques mangas, ceux (ou celles ?) de Jirô Taniguchi, tels que Quartier lointain, L'Orme du Caucase ou les rééditions de L'homme qui marche ou Le Journal de mon père.

Dans les oeuvres de Boilet, tout est souvent centré sur une femme: Alexia dans 36-15 Alexia (récemment rééditée chez Ego comme X), Kimié dans Tokyo est mon jardin, Yukiko dans L'épinard de Yukiko, et ici Mariko. Mariko qui lui a servi de modèle notamment pour L'épinard de Yukiko. Mariko mais également Kan Takahama. Jeune mangaka de 27 ans, publiée dans la revue underground japonaise Garo, on a déjà pu la découvrir par sa petite histoire "Bons baisers d'Angoulême" dans le magazine Bang ! 2. Découverte des plus enthousiasmante d'ailleurs. Et sa première oeuvre, le recueil Kinderbook, sera une des premières sorties de la collection Sakka de Casterman.

Courte chronique pour une manga qui se ressent (ou pas) plus qu'elle ne se raconte...
L'idée de départ de Mariko Parade était de présenter d'anciens travaux de Boilet liés à Mariko son modèle, avec comme fil rouge, lien entre les différentes oeuvres, une histoire de balade à Enoshima signée Takahama. Histoire qui finalement prend la majorité des pages.
La balade à Enoshima mise en scène par Takahama, c'est celle du mangaka français et de son modèle Mariko ("j'ai décidé que la Mariko de mon histoire serait une fille ordinaire, typique des jeunes japonaises" dixit Takahama dans sa préface sur la génèse de Mariko Parade), venus là quelques jours pour prendre des photos pour une prochaine oeuvre. Au fil des heures qui passent, des balades dans la ville, de la recherche du coin photo parfait, des nuits calines, l'érotisme ayant toujours été une part importante de l'oeuvre de Boilet, on suit un couple qui se défait petit à petit, malgré l'amour qui les unit. D'un côté Mariko le modèle qui cherche à exister par elle-même, au delà des photos et dessins de son compagnon, ne se reconnaissant plus dans les oeuvres anciennes où elle a servi de modèle, de l'autre le mangaka français qui n'avait rien vu vraiment venir, sachant que cela finirait pourtant par arriver mais se raccrochant au passé représenté par les différents anciens travaux de Boilet dévoilés au fur et à mesure, n'ayant pas remarqué l'évolution de son amie.

Les dessins de Boilet et Takahama se mêlent donc au fil des pages, avec étonnamment beaucoup de cohésion, sans qu'on ressente la moindre cassure. Pourtant, voici bien deux styles de dessins très différents: réalisme quasi photographique pour Boilet, bien plus épuré et simple pour Takahama. Je suis d'ailleurs totalement sous le charme de son style: il s'en dégage énormément de douceur, de délicatesse, de sensibilité et de tendresse, pas mal d'humour aussi même dans les moments tristes, par le jeu des caricatures emprunté au style manga classique. Beaucoup de fraîcheur également, sachant merveilleusement faire ressortir une émotion, un trouble, un désir, un doute, la mélancolie des jours passés, l'éphémère bonheur d'un instant qui s'enfuit aussitôt. L'histoire, simple en elle-même, en devient forte et assez poignante, par le biais de quelques images, des regards fuyants, des sentiments dévoilés. La nonchalance de surface laisse poindre une souffrance non-dite mais bel et bien là...

Au final, une manga simple, peut-être surtout simplement humaine, une histoire d'amour qui portait sa propre fatalité dans la vie au quotidien de ses deux protagonistes, avec toujours une belle place pour l'humour et la tendresse, l'émotion qui apparaît au détour d'une case, l'érotisme qui ne se cache pas, traduisant les sentiments plus fortement que n'importe quel mot. Et si l'histoire de cette rupture annoncée n'a évidemment rien de joyeux, elle n'en reste pas moins chaleureuse, sans patho exagéré, sans mélo calculé...

Droits images et couvertures: © Kan Takahama / Frédéric Boilet - Casterman 2003


- dessin double: celui de Boilet, réalisme photo, et celui de Takahama, plus épuré
- une histoire simple et à priori banale mais qui apparaît intense et humaine
- de jolies touches d'humour

Une manga sur deux êtres qui s'aiment mais se sépareront. C'est doux, tendre, triste évidemment, mais sans patho ni mélo...


Nombre de volumes lus: 1 au 02-09-2004
Retour liste manga


Herbv
02-09-2004
   Je dois dire que je n'aime pas cette oeuvre sauf quand on passe aux planches de Boilet. En fait, j'aurais préféré un recueil de dessins et d'histoires courtes sans tout le parasitage de Takahama autour.

Pour être plus précis, je n'ai pas aimé :
- Le dessin de Takahama sur Mariko Parade. J'ai l'impression de voir du sous Boilet mal maîtrisé. Pourtant, quand je les autres oeuvres de l'auteure, j'aime beaucoup ce qu'elle fait et son dessin. Là, il y manque le réalisme et la maîtrise de Boilet.
- L'histoire : Il n'y a pas de fil conducteur, d'idée directrice, je n'ai pas senti de cohérence dans le propos. D'ailleurs, il ne faut pas s'y tromper, c'est co-signé mais pour moi, c'est une oeuvre de Takahama, ce qu'elle revendique dans l'intéressante préface. Là où je trouvais l'histoire d'amour (sur fond de rivalité masculine) prenante dans l'Epinard de Yukiko, je ne (re)trouve rien de bon ici, juste des scènettes souvent sans intérêt.
- La narration : C'est poussif, les oeuvres de Boilet ont l'air de débarquer dans l'histoire sans être bien amenées (sauf pour les illustrations sur les signes zodiacaux). J'avais adoré l'insertions fréquentes des croquis de Boilet tout au long de l'Epinard de Yukiko. Là, je trouve que c'est plaqué artificiellement.

En fait, cet album est une immense déception pour moi. Je pense que je devais m'attendre à un "Epinard de Yukiko" bis et que je ne l'ai pas eu, sinon quelque chose que j'ai ressenti comme un mauvais ersatz. Si je n'avais pas lu les courts récits de Takahama dans Bang! ça serait peut-être mieux passé car ça non plus, je ne l'ai pas retrouvé. Le truc "marrant", c'est que tout le monde, autour de moi, l'a beaucoup apprécié, mais, bon, je ne vais pas me forcer non plus :) Il faut dire que je venais de lire la réédition de "L'homme qui marche" juste avant ma première lecture de "Mariko Parade". Difficile d'apprécier un manga après, la barrière étant placée trop haute ;) Ceci dit, j'ai ressenti le même ennui lors de la relecture quelques semaines après. C'est définitivement mauvais à mes yeux. Allez, vivement que Kinderbook sorte dans la collection Sakka :)

Langage SMS, injures, allusions aux scans interdits. Merci également de développer un minimum votre avis.
Tout avis posté sera vérifié avant d'être validé et d'apparaître ci-dessus.
Nom: Email:
Votre avis général :
Aucun
Votre avis sur ce manga?
Afin de confirmer que vous êtes une vraie personne merci de recopier les lettres que vous voyez ci-dessous
Recopiez le code   
Retour liste manga