Infirmerie après les cours (L') par Setona Mizushiro - 2004
10 volumes (édition terminée) - Asuka
10 volumes (édition terminée) - Akita shoten
Sens de lecture japonais - 115x170 mm - 6,50€
Pas de planning
Couvertures japonaises Couvertures françaises Couvertures américaines

Donnez votre avis
Lire les autres avis

Mashiro a la cote auprès des filles, pourtant aucune n'a encore réussi à sortir avec lui. Tout le contraire de So, le tombeur avec une fille différente au bras tous les jours. C'est peut-être pour ça que Mashiro supporte aussi peu son camarade... Mais le jeune homme a d'autres préoccupations : la moitié supérieure de son corps est bien masculine mais ce n'est pas le cas de sa partie inférieure. Il porte ce lourd secret et ne parvient pas à l'accepter, refusant qu'on puisse le voir comme une femme.
Un soir, le voici qui se retrouve dans une infirmerie qu'il ne connaissait pas, où il va devoir passer chaque semaine un cours bien particulier : s'il réussit, il pourra quitter l'école. Mais il va alors devoir affronter d'autres élèves lui dévoilant leur vrai visage, bien moins beau que celui qu'ils montrent habituellement...

Après X-day, Asuka continue sur sa lancée en nous faisant découvrir d'autres oeuvres de Setona Mizushiro dont L'infirmerie après les cours, sa dernière série toujours en cours au Japon chez l'éditeur Akita shôten. Le passage à l'âge adulte, l'acceptation de soi, de voir la vie en face restent ses thèmes de prédilection dans ce titre, en partant d'une base pas du tout évidente à gérer : la question des genres, la confusion d'identité sexuelle, le type même de sujet qu'il est facile de traiter avec beaucoup de maladresse, totalement entravé dans ses propres clichés.
Ainsi, le héros Mashiro est mi-homme mi-femme. En dehors de l'aspect physique, qui en soi ne saute pas aux yeux à moins de se balader en tenue d'Eve dans les couloirs du lycée, le jeune homme (puisque celui-ci ne s'imagine pas en femme mais uniquement en homme) ne parvient pas à se libérer des clichés et des idées préconçues qu'il a assimilés sur cette question de genre, d'identité. Lui est obsédé à l'idée d'être un homme car cela représente son idéal, un idéal de noblesse, de force, de courage, de fierté... Jamais il ne semble envisager une seconde qu'une femme puisse posséder ces mêmes qualités, réduite à son état de sexe dit faible donc sans possibilité de s'accomplir réellement. Ainsi, toutes ses faiblesses, il en rend responsable son côté féminin, un côté qu'il sait en lui mais qu'il refuse d'admettre. Il veut alors être un homme totalement, espérant faire disparaître ce côté féminin qui lui fait tant peur et ainsi se débarrasser de tous ses problèmes... qui ne viennent pourtant pas du tout de là (tout comme les héros de X-day pensaient que faire sauter leur école ferait passer leur mal de vivre)...
La haine amoureuse que lui inspire So est alors entre jalousie et attirance car il représente semble-t-il son opposé parfait, le vrai homme, celui dont Mashiro voudrait la force tout en refusant ce qui va avec, agacé par son attitude, son comportement de macho prétentieux qui veut tout obtenir. Mais même So porte en lui une petite part féminine sans laquelle il ne serait pas vraiment complet...
Et Mashiro n'arrivera certainement pas à avancer en continuant perpétuellement de rejeter toutes les fautes, ses erreurs, ses doutes (pourtant nécessaires pour évoluer) sur une part de lui-même, en refusant de s'accepter tel qu'il est, en basant toute son identité sur son seul sexe biologique qui ne peut pourtant en rien déterminer ses qualités et défauts.

Comme dans X-day, les adolescents de L'infirmerie après les cours cachent leur vrai visage sous une apparence plutôt flatteuse, ou du moins forte. Ainsi, Mashiro passe pour le gentil jeune homme bien élevé, grand coeur, gentil avec tout le monde, faisant craquer les filles par son charme tout en ne profitant pas de la situation. S'il est effectivement gentil, grand coeur et plutôt candide, il ne se sent pas à l'aise avec cette image qu'il reflète, ayant l'impression de tromper son monde, de faire croire à sa banalité polie tout en cachant au fond de lui quelque chose qu'il trouve monstrueux et répugnant, son ambivalence tant physique et mentale (l'une dépendant de l'autre mais dans quel sens ?).
La jeune Kuréha cache aussi son jeu, apparaissant comme la gentille fille souriante là où son coeur n'est rempli que de haine envers les hommes, une haine et une rancune qui ne cessent de grandir au fil des mois, risquant petit à petit de l'engloutir.
Quant à So, il apparaît comme le Don Juan, le tombeur, celui qu'on jalouse et dont on condamne l'attitude mais qui continue pourtant de faire tourner les têtes des filles, toutes fières d'avoir pu se glisser dans ses bras guère farouches. Mais derrière cette apparence peu flatteuse mais vue comme forte (le tombeur est peut-être mal vu mais il est l'image même que certains se font de la virilité) semble bien se cacher un être aussi sensible que ses petits camarades, tout autant paumé également, s'étant jusque là fier à ce qu'il croyait être vrai, à ce qu'il croyait devoir faire sans vraiment savoir ce qu'il souhaitait vraiment, sans jamais avoir eu à s'impliquer et se mettre à nu face à quelqu'un. Une sorte de faiblesse qui le rend forcément plus humain...
Ainsi, les personnages ne sont pas manichéens, chacun ayant ses forces et ses faiblesses, ses brisures et ses doutes, alliant mauvais côtés et qualités sans laisser forcément paraître l'un ou l'autre selon le contexte, se construisant une façade répondant à ce que la société attend de chacun.

Si on peut y retrouver certains éléments utilisés dans Utena - série et film - (école dont on disparaît aussi bien physiquement que des mémoires après des duels, ambivalence du héros voulant devenir prince, relation frère-soeur incestueuse, ambiance générale mystérieuse...), il y a tout de même une différence primordiale : là où Mashiro ne voit derrière ce terme de prince que le fait d'être un homme, Utena ne basait pas sa force et sa noblesse sur son sexe, dont elle ne semblait avoir que faire, dépassant allègrement les convenances et les genres, voyant derrière le terme de prince plutôt un ensemble de qualités, une attitude, un simple idéal à atteindre à force d'obstination, de foi et de courage. Un détachement et un recul dont est totalement incapable Mashiro, se focalisant uniquement sur ses différences physiques qui le divisent là où elles pourraient être une force.
On imagine alors que ce mystérieux cours après les cours aura pour impact de l'obliger à faire face, à s'accepter tel qu'il est, à retrouver une apparence onirique en harmonie avec celle qu'il a dans le monde réel, faisant de lui un tout enfin unifié et serein. Ses diverses rencontres avec les autres élèves, acteurs ou non dans cette mystérieuse infirmerie le jeudi soir, l'obligent à évoluer, à douter, à se découvrir une force par delà ses souffrances et sa honte.

Mais quel est donc réellement le but de ce cours ? Que se cache-t-il derrière cette porte derrière laquelle disparaissent les possesseurs de la clé ? Rien ne dit vraiment que tout ce petit jeu aux règles plus ou moins floues ou tordues est bel et bien pour l'épanouissement des élèves... Après avoir dû affronter son propre visage, ses propres peurs dans ce monde où tout est possible, qui dit que cette force nouvellement acquise lors de ce cours sera suffisante pour faire face à la suite... ?

On avait déjà pu le remarquer dans X-day, Mizushiro se plaît à fouiller dans le côté sombre et dépressif de ses ado tourmentés, sans pour autant en faire des tonnes, évitant toujours d'appuyer trop fortement leurs émotions. La finesse qu'elle avait alors pu dévoiler dans son oeuvre précédente prend ici toute son ampleur dans ce récit dense et travaillé où son dessin délicat sied parfaitement. En effet, si les traits ont au départ un côté classiquement shôjo, on découvre vite que la mangaka parvient à donner beaucoup de profondeur à ses personnages par leur regard, trahissant bon nombre d'émotions retenues (ou non). La narration sait rester dynamique et parfaitement lisible malgré des allers-retours entre le monde réel et onirique qui ne coupent jamais le rythme de lecture.

Droits images et couvertures: © Setona Mizushiro 2005 - publié au Japon par Akita Publishing Co., Ltd.


- un dessin très fin et délicat, très shôjo mais avec un petit quelque chose en plus dans le regard des personnages
- des personnages tourmentés, à l'apparence lisse et trompeuse tandis qu'à l'intéreieur, ils se perdent dans des émotions complexes
- beaucoup de mystères qui ne perdent pas à la lecture mais augmentent habilement la tension
- une réflexion sur les genres masculin et féminin, ce qui se cahe derrière
- le dessin peut vite paraître très froid

Bref, Setona Mizushiro nous propose ici une histoire soignée et travaillée, dense et complexe, plutôt prenante, difficilement prévisible tout en nous présentant des personnages assez attachants derrière leur attitude un peu froide.


Nombre de volumes lus: 3 au 13-12-2006
Retour liste manga


Exx83
06-08-2012
Je les ai tout simplement dévoré!
Vraiment le manga à lire sans aucune retenue!
Les personnages sont attachants et l'histoire est extraordinaire!
Dès le premier tome, on ressent les sentiments que porte So au fond de lui avec Mashiro!

Je le conseille à tous et à toutes!

mangaLandes
05-07-2008
   ce shojo est génial je l'adore
c'est mon amie qui me l'a fait découvrir et j'en suis littéralement tombée amoureuse cette collection est excellente. Dès que j'ai finis de castré et que j'empoche les sous je me l'ai achètes les 10 pour ajouté a ma collection.
Je vous les recommandes vous êtes obligés de les lire. Si vous le faites pas vous ratez quelque chose.

Vivreoumourir999
22-05-2008
   C'est le big love sur ce manga, dès le premier volume, je suis tombée folle amoureuse de ce manga, dès que j'aurai de l'argent je m'achete toute la collection ^^

Vivement recommendant, je vous le promet!!!!

Shakka
25-01-2008
   ce manga est vraiment génial !!!
personnellement, j'ai tous les Setona Mizushiro chez moi, et malfré une petite déception avec S, je reste une fan inconditionnelle de cette mangaka (mes préférés étant d'ailleurs "l'infirimerie après les cours" et "le jeu du chat et de la souris).

j'espère que les éditeurs vont continuer ses séries car j'ai hâte de voir les autres yaoï de sa collection :p

(petite parenthèse, il ne devait pas y avoir que 10 volumes pour "l'infirmerie après les cours" ? car il est encore dans les mangas en cours sur votre site)
(Note de Morgan : pour le nombre de volumes final, le mystère reste encore entier jusqu'à ce que quelque chose m'indique clairement la fin de la série...)

rakuen
19-12-2007
   Un excellent shojo, (très) loin des clichés habituels.

La recette est parfaite : des personnages complexes, tourmentés, imprévisibles et profondémment humains; une histoire pleine de mystères; un dessin bien maitrisé et efficace (pas de SD laids, un trait fin et précis ce qui les rend plus humains) et une atmosphère sombre et romantique.

Enfin un beau gosse atypique (So): loin de couver l'héroïne, il reste ambigüe : tantôt il est froid et sarcastique et la blesse volontairement, tantôt, très épris d'elle, il ne sait comment lui montrer son affection.
Avec son passé sombre et mystérieux, il semble avoir du mal à tout gérer et se révèle plus faible qu'il en a l'air.

J'aime beaucoup l'évolution de l'héroïne (Mashiro)même si elle est plutôt lente (mais après tout c'est normal, personne ne change du jour au lendemain). Sans cesse confrontée à ses 2 personnalités, elle s'impose comme un personnage en crise. Ne sachant vers qui se tourner, elle tente désespérémment de s'accrocher à ses illusions, mais c'est sans compter sur So, qui ne supportant pas la voir choisir la voie de la facilité, la confronte continuellement à la réalité (il sera suivi de Kuréha).

Les autres personnages sont aussi très intéressants (Kuréha, le capitaine de kendo) car personne n'est se qu'il semble être, dissimulant leur véritable personnalité, qui éclate dans les cours de l'infirmerie.

Ces cours, d'ailleurs, ont quelque chose de malsain. D'abord parce qu'ils les mettent d'emblée face à leurs défauts, face à ce qu'ils sont véritablement et ensuite parce qu'ils obligent les participants à s'entretuer pour sortir de ce rêve (ou plutôt ce cauchemar !). C'est un peu comme soigner le mal par le mal.

Dans ce manga, les personnages se blessent (mututuellment, volontairement ou inconsciemment), s'entraident et se cherchent, ce qui rend leurs relations crédibles et réalistes.
Sans oublier l'amour qui, comme tout bon shojo qui se respecte, a droit à la place la plus importante dans l'histoire.

Je vous le conseille vivement, à chaque tome que je lis je ne peux m'empêcher de trembler, et j'attends la suite avec impatience ! A dévorer sans modération >__< !

suro
23-08-2007
   Je viens de terminer le tome 6 qui vient de sortir. Encore une fois, un tome parfait du début à la fin et on sent que la série va tout doucement entrer dans sa phase finale (fin au tome dix) et que les clés du mystère entourant l'infirmerie sont peu à peu données, notamment au sujet de ce qui se passe si un élève décide d'arrêter d'assister au cours. J'adore l'auteur et il faut dire que cette année, on est gaté côté sortie setona mizushiro ^^

Misato
09-04-2007
   Un très bon manga, pas très connu malheureusement ^_^"
Les dessins sont vraiments très beaux et l'histoire est originale !
Le héros est un peu banal(mis à part sa petite particularité ^^"), et il bassine un peu avec ses histoires d'idéal masculin!!Eh oh, les filles ne sont pas toutes nulles !!
Kureha n'a pas vraiment d'intérêt...
Le seul qui m'intrigue fortement, c'est bien So (et aussi sa soeur), c'est un personnage très intéressant !!
Bref, une vraie révélation !!

Nao
20-12-2006
   Une pure merveille!
Tant par le dessin, que par la narration ou le caractère des personnages.
On aurait presque envie de se laisser tomber dans les bras de So, si classe, et de faire partie de l'histoire.
A lire absolument!

Gwen
14-12-2006
   Un nom provoquant la curiosité, un thème ambigu, et une approche étrange de la vie . Voila un manga sympa qui arrète de faire passer le shôjo pour une niaiserie

Langage SMS, injures, allusions aux scans interdits. Merci également de développer un minimum votre avis.
Tout avis posté sera vérifié avant d'être validé et d'apparaître ci-dessus.
Nom: Email:
Votre avis général :
Aucun
Votre avis sur ce manga?
Afin de confirmer que vous êtes une vraie personne merci de recopier les lettres que vous voyez ci-dessous
Recopiez le code   
Retour liste manga